Ouvrir le menu principal

Un piscicide est un produit ou une molécule (naturelle ou synthétique) qui tue les poissons. Les plus connus sont la roténone et l'antimycine[1].

UsagesModifier

Des produits piscicides semblent avoir été utilisés depuis longtemps pour certaines techniques de pêche traditionnelle dite « Pêche au poison ». Même quand ils agissent in vitro à faible ou très faible dose, ils ne sont efficaces qu'à certaines conditions, notamment pour contrôler des espèces de poissons introduites[2] et ils tuent aussi de espèces non-cibles[3]. Ce type d'usage est aujourd'hui interdit pour la pêche commerciale et de loisir, mais peut encore être pratiqué par des populations autochtones dans leur environnement naturel (dont amérindiennes en Guyane).

En tant que pesticides, en 1975 une trentaine[4] de molécules piscicides avaient déjà été testées ou utilisées (généralement inefficacement) pour éliminer ou tenter d'éliminer une espèce dominante ou invasive[5] (ex : Neogobius melanostomus[6]) dans certains milieux aquatiques d'eau douce (bassins d'élevage, réservoirs), ou pour éliminer des poissons parasités. Les produits utilisés ou qui ont été autorisés sont notamment :

Piscicides végétaux ou inspirés de molécules produites par des végétauxModifier

De nombreuses plantes, alors dites ichtyotoxiques synthétisent pour se défendre de leurs prédateurs herbivores ou lignivores des molécules toxiques pour de nombreux animaux, dont les poissons[10]. Plusieurs techniques traditionnelles de pêche ont consisté à utiliser des poisons piscicides extraits de plantes, diffusés dans l'eau, pour ensuite récupérer les poissons morts. Beaucoup de ces plantes sont des sources naturelles de roténone et de saponines, très toxiques pour les poissons. Parmi ces plantes figurent notamment celles qui sont classées dans les genres suivants :

Différentes classes de molécules chimiques (souvent également insecticides), provenant de divers phylums végétaux ont déjà été découvertes, dont :

Certaines des molécules piscicides (parfois très actives) sont aussi utilisées par des médecines traditionnelles ou pour faire du savon (ce qui peut poser problème s'il est utilisé en bordure de cours d'eau), dont par exemple en Angola[13].

Certains auteurs estiment qu'il est possible de produire des pesticides bioinspirés ou d'origine végétale moins nocifs pour la nature (Eco-friendly) que certaines molécules de synthèse[14], ces molécules naturelles étant susceptibles de mieux être biodégradées, ou photodécomposées[15].

ToxicologieModifier

Peu de données semblent disponibles concernant certains produits traditionnels. Les pesticides piscicides actuellement mis sur le marché ont dû faire l'objet de certaines études toxicologiques et écotoxicologiques[16].

ÉcotoxicologieModifier

Les effets de ces molécules sur les poissons adultes, leurs larves ou leurs œufs sont souvent directs et importants. Des effets secondaires peuvent être induits par la disparition des poissons, qui bouleverse éventuellement le réseau trophique. Divers auteurs ont estimé que des piscicides comme la roténone et l'antimycine ont peu d'effets directs sur les populations de mollusques et d'invertébrés aquatiques, alors que d'autres estiment que ces effets ne sont pas négligeables[17] ; une revue d'études publiées du milieu du XXème siècle à 2010 montre que pour les suivis de moins de 3 mois, les effets sur les assemblages d'invertébrés varient de « mineurs » à « substantiels », mais qu'il n'existait alors pas d'évaluation ayant porté sur une durée de plus d'un an[17].

Résilience du milieu : le temps et les conditions de détoxication du milieu aquatique et du sédiment après utilisation de piscicides, dépend de divers facteurs (doses et molécules utilisées, température, éclairement, courant, etc.) ; ils sont encore mal connus[18].

RéférencesModifier

  1. Finlayson B.J, Schnick R, Skaar D, Horton W.D, Duffield D, Anderson J.D, ... & Steinkjer J (2010). Comment: Comparative effects of rotenone and antimycin on macroinvertebrate diversity in two streams in Great Basin National Park, Nevada. North American Journal of Fisheries Management, 30(5), 1126-1128.
  2. Dawson, V. K. (2003). Successes and failures of using piscicides. Integrated management techniques to control nonnative fishes. US Geological Survey, Upper Midwest Environmental Sciences Center, La Crosse, Wisconsin, 33-38.
  3. Colvin, M. E., Pierce, C. L., Stewart, T. W., & Grummer, S. E. (2012). Strategies to control a Common Carp population by pulsed commercial harvest. North American journal of fisheries management, 32(6), 1251-1264.
  4. Cumming, K. B. (1975). History of fish toxicants in the United States (No. 4, pp. 5-21). American Fisheries Society, North Central Division | résumé.
  5. Brown P.J (2010). Environmental conditions affecting the efficiency and efficacy of piscicides for use in nonnative fish eradication. Montana State University.
  6. Schreier, T. M., Dawson, V. K., & Larson, W. (2008). Effectiveness of piscicides for controlling round gobies (Neogobius melanostomus). Journal of Great Lakes Research, 34(2), 253-264.
  7. Rotenone as a piscicide
  8. Rotenone Stewardship Program « Copie archivée » (version du 10 novembre 2007 sur l'Internet Archive)
  9. a b c et d Susan J. Clearwater, Chris W. Hickey, Michael L. Martin Overview of potential piscicides and molluscicides for controlling aquatic pest species in New Zealand Science & Technical Publishing 2008 (ISBN 978-0-478-14376-8)
  10. Acevedo-Rodríguez P (1990). The occurrence of piscicides and stupefactants in the plant kingdom (Vol. 8, pp. 1-23). New York Botanical Garden.
  11. Chiayvareesajja, S., Rittibhonbhun, N., Hongpromyart, M., & Wiriyachitra, P. (1997). Toxicity of the Thai piscicidal plant, Maesa ramentacea, to freshwater fishes in ponds. Aquaculture, 158(3), 229-234.
  12. Cannon JG et al. (2004) Naturally Occurring Fish Poisons from Plants  ; Journal of chemical education ; Octobrer 2004 ; DOI: 10.1021/ed081p1457
  13. Bossard E (1993). Angolan medicinal plants used also as piscicides and/or soaps. Journal of ethnopharmacology, 40(1), 1-19| résumé.
  14. Singh, A., Singh, S. K., Yadav, R. P., Srivastava, V. K., Singh, D., & Tiwari, S. (2006). Eco-friendly molluscicides, piscicides and insecticides from common plants. Trends in Agriculture and soil pollution research. New York: Nova Science, 205-230.
  15. Dawson V.K (1973). Photodecomposition of the piscicides TFM (3-trifluormethyl-4-nitrophenol) and antimycin (Doctoral dissertation, University of Wisconsin--La Crosse).
  16. Marking L.L (1975) Toxicological protocol for the development of piscicides (No. 4, pp. 26-31). American Fisheries Society, North Central Division.
  17. a et b Vinson, M. R., Dinger, E. C., & Vinson, D. K. (2010). Piscicides and invertebrates : after 70 years, does anyone really know?. Fisheries, 35(2), 61-71 |résumé
  18. Rowe-Rowe, D. T. (1979). he detoxification of two rotenone-containing piscicides in fresh water. South African Journal of Wildlife Research-24-month delayed open access, 3(1), 22-23.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier