Pirates du Panama

Les pirates du Panama ont écumé la Caraïbe à partir de la fin des années 1670, à partir de plusieurs implantations situées dans l'isthme de Panamá, le Rendez-vous de l'île d'Or, l'archipel de San Blas et le site de Bocas del Toro. Ces trois sites avaient l'avantage d'être relativement éloignés de Panama, le site fortifié espagnol protégeant la région.

Les pirates du Panama ont utilisé la position géographique privilégiée de l'isthme de Panama pour gagner l'océan Pacifique, alors décrit comme les mers du Sud et piller les riches villes côtières de l'empire espagnol, encore relativement peu protégées.

Ces pirates étaient anglais, français et hollandais. Leur existence est attestée selon les historiens par les récits autobiogroaphiques effectués par six d'entre eux, dont Alexandre-Olivier Exquemelin, Basil Ringrose, Raveneau de Lussan, Lionel Wafer, et Louis Le Golif.

ChronologieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c http://www.wrecktavern.com/pirateauthor.htm
  2. (en) David Marley, Pirates of the Americas, , 883 p. (ISBN 978-1-59884-201-2, lire en ligne), p. 517.
  3. a b et c Pascale Jeambrun et Bernard Sergent, Les enfants de la lune : l'albinisme chez les Amérindiens, , 351 p. (ISBN 978-2-85598-488-9, lire en ligne), p. 69.
  4. « François Grognier » (version du 5 janvier 2009 sur l'Internet Archive)
  5. (en) Basil Ringrose, A Buccaneer's Atlas, , 314 p. (ISBN 978-0-520-05410-3, lire en ligne).
  6. « http://www.islomania.com/resources/JuanFernandez/ringrose/index.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. « The Story of the Voyage » [livre], sur Google Books (consulté le ).
  8. Michel Rodigneaux, La guerre de course en Guadeloupe, XVIIIe-XIXe siècles, ou Alger sous les tropiques, , 428 p. (ISBN 978-2-296-01531-9, lire en ligne), p. 38.