Ouvrir le menu principal

Pietro Morgari

peintre italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morgari.
Pietro Morgari
Naissance
Décès
Nationalité
Italien (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Formation
Jeune femme avec un chien.

Pietro Morgari, né en 1852 à Turin, et mort en 1885 à Londres, est un peintre peintre italien, principalement de portraits.

BiographieModifier

Pietro est né dans une famille de peintres. Il étudie à l'Accademia Albertina des Beaux-Arts de Turin, où son père, Rodolfo (1827 - 1909), éminent peintre, y est un professeur d'ornementation. À l'Académie, il est aussi encadré par Andrea Gastaldi et Enrico Gamba. Le frère de Rodolfo et l'oncle de Pietro, Paolo Emilio Morgari (1815-1882) sont également des peintres. Le père de Rodolfo est Giuseppe Morgari (1788-1847). Paolo Emilio a trois enfants, Luigi (1857-1935) et Béatrice (1858-1936), tous deux peintres, et Oddino (1865-1944), journaliste et homme politique.

En 1880, à l'Académie, il expose, Violazione di confini, une poignante rencontre d'un étalon et d'une jument avec un poulain. Le tableau a été reproduit par L'illustrazione Italiana, publiée par les Fratelli Treves. Il peint aussi: L'ultima cacciata del Conde di Monterosso. À Milan, en 1881, il expose: Desolation, en 1883, de nouveau à Milan, il expose: Mai. En 1883 à Rome, il expose Dolor, et en 1884 à Turin : Caccia alla volpe et Idillio. D'autres œuvres incluent Attori girovaghi[1].

Il collabore avec Tommaso Juglaris dans de nombreuses commandes pour l'atelier de son père Rodolfo et de son oncle Paolo Emilio. En 1871, après une dispute physique avec Pietro, Juglaris a quitté le Morgari emploi. Il a rejoint la société des Acquafortisti (acquafortisti aquarellistes) en 1874. En 1878 à Paris, il se réconcilie avec Juglaris.

Il déménage à Londres en 1883 et se suicide dans cette ville deux ans plus tard, peut-être en raison d'un chagrin d'amour[2].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Classement par ordre chronologique :

Liens externesModifier