Ouvrir le menu principal

Pierre de Francqueville

artiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francheville.
Pierre de Francqueville
Pierre de Francqueville.png
Pierre de Francqueville par François Pourbus le Jeune, copie de Jean de Francqueville
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Autres informations
Mouvement
Maître

Pierre de Francqueville, dont le nom italianisé est Pietro Francavilla (Cambrai, 1548 - Paris, 1615) est un sculpteur français ayant œuvré en Italie, où il s'initie au maniérisme qu'il introduit en France à son retour.

BiographieModifier

Article connexe : Famille de Francqueville.

Fils de Martin de Francqueville, échevin de Cambrai. Premières études à Paris. Il se rendit en Italie, prit pour maître un étranger italianisé comme lui, Jean de Bologne (Giambologna) qui tient l'atelier de sculpture le plus important de Florence.

En 1574, il réalise une série de statues pour la Villa Bracci de Rovezzano, commanditées par l'abbé Antonio Bracci.

Il participe activement à la réalisation de la statue célèbre de l'Enlèvement des Sabines (1579- 1583), visible aujourd'hui dans la Loggia dei Lanzi.

En 1589, il prend part, avec de nombreux autres artistes, à la construction des décorations fastueuses du mariage de Ferdinand Ier de Médicis et de Christine de Lorraine.

En 1590, il installe deux sculptures pour le Pont Santa Trinita, l'Hiver et le Printemps, pendant que les autres deux saisons sont l'œuvre de son ami et rival Giovanni Battista Caccini.

En 1598, sa sculpture Orphée et Cerbère est emportée à Paris par Girolamo Gondi, un des agents de Catherine de Médicis. L'œuvre est très admirée (elle fut transférée ensuite au château de Versailles et aujourd'hui elle est conservée au musée du Louvre).

Henri IV le rappelle en France et il laisse à Pietro Tacca le rôle de premier assistant de Giambologna.

Après la mort du roi Henri IV, il est nommé sculpteur de Louis XIII.

ŒuvresModifier

 
Statue de Cosme Ier

D'après le catalogue des œuvres sculptées de Pierre de Francqueville[1] :

  • "Zéphyre", marbre H 182 cm, (1576), pour l'abbé Bracci à Florence. Jardin de Kew (Angleterre).
  • "Apollon", marbre H 182 cm, (1577), pour l'abbé Bracci à Florence. Jardin de Kew (Angleterre).
  • "Flore", marbre H 174 cm, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. Château de Windsor (Angleterre), terrasse est du jardin.
  • "Pomone", marbre H 174 cm, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. Château de Windsor (Angleterre), terrasse est du jardin.
  • "Syringue", marbre 167 cm, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. Château de Windsor (Angleterre), terrasse est du jardin.
  • "Diane", marbre 167 cm, (1580), pour l'abbé Bracci à Florence. Château de Windsor (Angleterre), terrasse est du jardin.
  • "Prothée, marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "Pan", marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "Bacchus", marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "Ceres", marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "La Nature", marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "Vertumne", marbre, (entre 1576 et 1580), pour l'abbé Bracci à Florence. débris au Parc de Windsor (Angleterre), Crown Land.
  • "Jupiter", marbre, P.G.N. (1585) pour Luca Grimaldi à Gênes. Palais Pianco à Gênes.
  • "Janus" , marbre, P.G.N. (1585) pour Luca Grimaldi à Gênes. Palais Pianco à Gênes.
  • "Moïse", Modèle terre. Rome, aurait été transférée du Musée du Château Saint-Ange au Palazzo Venezia pour attribution et restauration en 2018, ce dernier écrivant n'en pas avoir trace. Donation du marquis Desmet, 1949.

Deuxième modèle terre, Florence, Musée National, vente Castellani, 1906.
Marbre, G.N. (1589) pour la famille Niccolini à Florence. Chapelle Niccolini, église Santa Croce à Florence.

  • "Aaron", Modèle terre. Rome, donation du marquis Desmet, 1949.

Deuxième modèle terre, Florence, Musée National, vente Castellani, 1906.
Marbre, G.N. (1589) pour la famille Niccolini à Florence. Chapelle Niccolini, église Santa Croce à Florence.

  • "L'Humilité", marbre, G.N. (vers 1589) pour la famille Niccolini à Florence. Chapelle Niccolini, église Santa Croce à Florence.
  • "La Prudence", marbre, G.N. (vers 1589) pour la famille Niccolini à Florence. Chapelle Niccolini, église Santa Croce à Florence.
  • "La Virginité", marbre, G.N. (vers 1589) pour la famille Niccolini à Florence. Chapelle Niccolini, église Santa Croce à Florence.
  • "Saint Miniato", Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Saint Zenobe", Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Saint Pogio", Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Saint Hyppolyte, Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Saint" (non identifié), Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Autre saint" (non identifié), Stuc, P.G.N. (1589) pour la décoration de la cathédrale de Florence, au mariage de Christine de Lorraine. Salle de la Coupole, cathédrale de Florence.
  • "Urne de saint Antonin", catafalque ouvragé, (1589) pour le corps de l'archevêque Antonio Pierozzi, de Florence. Chapelle Salviati, église Saint-Marc, à Florence.
  • "Jason", Marbre, 5 bras. (1589) pour la maison Zanchini à Florence. Palais Ricasoli à Florence.
  • "Apollon", marbre P.G.N. (1591) pour Averardo Salviati à Florence. Baltimore (États-Unis), Walters Art Gallery.
  • " Le Printemps" , marbre P.G.N. (1593) pour Alexandre Accioli à Florence. (1608) pour le pont de la Sainte-Trinité à Florence. Accidentée en 1944, réparée en 1958 et 1961.
  • "Ferdinand 1er", buste en marbre (1594) œuvre de commande. Façade de l'ancien hôpital Saint-Paul-des-Convalescents à Florence.
  • " autre Ferdinand 1er", buste en marbre (1594) œuvre de commande. Place du Stellino à Pise.
  • "Ciboire", 16 statuettes en terre cuite (1595) ornement pour la chapelle de l'Annonciation de la cathédrale de Pïse. Œuvre détruite.
  • "Orphée", marbre H 250 cm (1598) pour l'Hôtel de Gondi à Paris. Musée du Louvre, Paris.
  • "Ambrogio Traversari", marbre (1599) pour le couvent Sainte-Marie-des-Anges à Florence. Cloître des Mutilés à Florence.
  • Saint Romualdo", marbre (1599) pour le couvent Sainte-Marie-des-Anges à Florence. Cloître des Mutilés à Florence.
  • Les deux bas-reliefs en bronze représentant des batailles et des génies qui ornaient les faces latérales du socle de la première statue équestre de Henri IV (qui ont été fondus en 1792, lors de la révolution, pour faire des canons) ainsi que les quatre statues d'esclaves ou de nations vaincues qui ornaient les angles et qui sont conservées au musée du Louvre.
  • le groupe du Temps enlevant la Vérité, jardins du château de Pontchartrain ;
  • Un David vainqueur de Goliath, et un Orphée charmant les animaux au musée du Louvre.
 
Statue équestre en bronze représentant Louis XIII enfant par Pierre de Francqueville

Notes et référencesModifier

  1. Robert de Francqueville : "Pierre de Francqueville Sculpteur des Médicis et du roi Henri IV (1548-1615)", Paris éditions A & J.Picard et Cie, 82 rue Bonaparte (1968)

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

SourceModifier

  • Livre de Robert de Francqueville : "Pierre de Francqueville Sculpteur des Médicis et du roi Henri IV (1548-1615)", Paris éditions A & J.Picard et Cie, 82 rue Bonaparte (1968).