Pierre Lucas (sculpteur)

sculpteur français actif à Toulouse
Pierre Lucas
Subleyras Pierre Lucas (RO 227).jpg
Portrait du sculpteur Pierre Lucas par Pierre Subleyras (Toulouse, Musée des Augustins)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Enfant
Autres informations
Maîtres

Pierre Lucas, né à Toulouse en 1692[1] et mort dans la même ville en 1752, est un sculpteur français, actif à Toulouse et dans sa région.

BiographieModifier

Pierre Lucas a été l'élève de Marc Arcis[2], sculpteur du roi, et du peintre Antoine Rivalz.

Il a travaillé pour la haute société toulousaine, les capitouls et les magistrats du parlement de Toulouse, dans leurs hôtels toulousains et leurs châteaux à la campagne.

Il a été professeur à l’École municipale de dessin, créée en 1726, et membre de la Société des Beaux-Arts, que Louis XV a transformée en 1750 en Académie royale de peinture, sculpture et architecture.

Il a possédé au milieu du XVIIIe siècle une maison dans la rue Maurice-Fonvieille (ancien no 16, actuel no 14).

Pierre Lucas a eu huit enfants, dont François Lucas (Toulouse, 1736 – Toulouse, 1813), sculpteur actif à Toulouse ; Jean-Paul Lucas (mort en 1808), peintre, qui fut l'un des fondateurs, puis conservateur, du Muséum du Midi de la République, devenu le Musée des Augustins ; Maris-Simone Lucas, qui a épousé le doreur François Derome.

ŒuvresModifier

  • Décors de la chapelle des Pénitents bleus, devenue l'église Saint-Jérôme.
  • Décors de la chapelle des Pénitents blancs, aujourd'hui disparue, avec Marc Arcis.
  • Sculptures de la façade du Capitole, avec Marc II Arcis et Parant.
  • Décors de la salle de concert.
  • Œuvres éphémères commandées par la Ville pour le mariage de Louis XV (1725), la naissance du dauphin, l'entrée du duc de Richelieu dans la ville (1741).
  • Statues pour le parc du château d'Orbessan[3] (Gers).
  • Statues pour le parc du château de Saint-Élix[4].

Notes et référencesModifier

  1. Les ouvrages remontant au XIXe siècle (comme P. T. Suau, Notice des tableaux exposés dans le musée de Toulouse, Toulouse, 1850, p. 182) placent sa naissance en 1691 et cette datation se retrouve dans des sources comme le Bénézit ; cependant, les travaux récents et les documents actuels du musée des Augustins retiennent 1692 comme année de naissance.
  2. Il entre dans son atelier à dix-neuf ans en 1711 et y passe quatre ans.
  3. B. Loncan, « Les statues du château d'Orbessan », Menestral, octobre-novembre 1978, p. 14-15.
  4. Des modèles en terre cuite représentant Borée et Zéphyre, conservés au musée des Augustins, sont sans doute des travaux préparatoires pour le décor de ce parc.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • B. Bonnin-Flint, Une dynastie d'artistes toulousains, les Lucas, thèse de doctorat, université Toulouse II, 1999, 3 vol.
  • Fabienne Sartre, « La sculpture toulousaine dans la première moitié du XVIIIe siècle », Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, t. 61, p. 165-194 (en ligne).

Liens externesModifier