Pierre François Massey

personnalité politique française

Pierre François Massey est un homme politique français né le à Amiens (Somme) et décédé le dans la même ville.

Pierre François Massey
Fonction
Député français
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
AmiensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Manufacturier de coton à Amiens, il « siège à partir de 1784 à la Chambre de commerce de Picardie et au tribunal de commerce d'Amiens »[1].

Il est élu député de la Somme à l'Assemblée législative. Il y présente en 1792 un « projet de prohibition totale de sortie de certaines matières premières » et de « protectionnisme intégral » des manufactures françaises qui suscite de nombreux débats mais ne sera voté qu'au moment de la Convention[2].

Il est juge au tribunal de commerce d'Amiens en 1791, puis président de 1798 à 1801, conseiller municipal d'Amiens et conseiller d'arrondissement.

FamilleModifier

Il est le fils de Pierre François Massey et de Françoise de Ribeaucourt. Il épouse en 1779 Marie Françoise Angélique Anselin. De leur union naissent cinq enfants, dont Pierre Vast Vite Massey (1783 Amiens-1860 id), député de la Somme sous la Monarchie de Juillet.

NotesModifier

  1. Jean Marie Wiscart, « MASSEY (Pierre-François) », Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale. Somme,Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1978, p. 95.
  2. Marcel Dorigny, « Recherche sur les idées économiques des Girondins», Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards (actes du colloque tenu en Sorbonne le 14 décembre 1975), Paris, SER, 1980, p. 86-87.

BibliographieModifier

  • « Pierre François Massey », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Jean Marie Wiscart, « MASSEY (Pierre-François) », Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale. Somme, Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1978, p. 95 et suivantes.