Ouvrir le menu principal

Pierre-Jérôme Chatizel

religieux et personnalité politique française
Pierre-Jérôme Chatizel
Fonction
Député aux États généraux de 1789
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
AngersVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Pierre-Jérôme Chatizel de la Néronnière[1], né à Laval le , mort à Angers le , est un prêtre séculier et théologien français. Il sera curé de Soulaines, et député des Etats Généraux de 1789.

BiographieModifier

Il est le fils de Pierre Chatizel, notaire royal et de Catherine Gallais. Après des études à Laval, il termine au séminaire Saint-Sulpice à Paris, il se fit recevoir docteur en théologie de l'Université d'Angers. Il est tonsuré au Mans le 17 septembre 1754.

Licencié en théologie et droit canon, il touche d’abord quelques bénéfices. Vicaire de Bonchamp en 1761, puis à la Trinité de Laval, il se fait remarquer par son austérité, ses prises de position antijansénistes, son action auprès des jeunes, trop dissolus à son gôut.

Nommé principal du collège de Laval en 1770, il n’y tient que quelques mois, face à l’opposition des chanoines de Saint Tugal de Laval, ardents jansénistes. Il permute alors avec Jean-Pierre Cotelle de La Blandinière, curé de Soulaines.

En 1789 il est élu le premier des députés ecclésiastiques de sa province aux États-généraux et il réussit à écarter de la députation tout membre du haut clergé angevin. Arrivé à Paris, il se montre défenseur des droits de l'Église. Il refuse tout serment schismatique. De retour dans sa paroisse, il publie divers écrits et sa verve s'exerce contre l'église constitutionnelle. Forcé de fuir, après un court séjour à Laval, il se réfugie à Bruxelles, puis en Allemagne et en Angleterre. Lors du concordat il revint dans sa paroisse.

PublicationsModifier

  • Quaestio theologica : Quaenam est columna et firmamentum veritatis ? Has theses... tueri conabitur M. Petrus Hieronymus Chatizel,... die lunae 1 mensis februarii, anno... 1757 in scholis Mauritianis... Andegavi : apud P.-L. Dubé, (s. d.). Gr. in-fol. plano. ;
  • Discours sur la virginité, prononcé à la cérémonie du couronnement de la première rosière de S... Angers : Impr. de C.-P. Mame, 1780, Paris : Durand, 1786. In-8, VIII-60 p. ;
  • Traité du pouvoir des évêques de France sur les empêchements de mariage, pour servir de supplément à la nouvelle édition des conférences d'Angers, Avignon, 1782, in-12, XI-201 p[2].

On attribue aussi à Chatizel :

Notes et référencesModifier

  1. Catherine Gallais apporte la Néronnière en Saint-Céneré qu’elle tenait de sa mère Jeanne Leballeur.
  2. La doctrine de cet ouvrage a été combattue par Gabriel-Nicolas Maultrot. Il revendique pour les curés tous les droits que les évêques se réservaient en cette matière. Extrait de cet ouvrage : On peut méconnaître l'autorité des évêques dans tous les cas où les évêques croient pouvoir avec succès méconnaître celle du pape, et dans les diocèses où ces évêques dispensent de tout ce qui est réservé à Rome, les curés peuvent bien dispenser de tout ce qui est réservé aux évêques.

SourcesModifier