Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tami.

Pierluigi Tami
Image illustrative de l’article Pierluigi Tami
Biographie
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance (58 ans)
Lieu Clusone (Italie)
Taille 1,82 m (6 0)
Poste Défenseur
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1981-1984 Drapeau : Suisse FC Chiasso
1984-1988 Drapeau : Suisse FC Locarno
1988-1990 Drapeau : Suisse AC Bellinzone
1990-1993 Drapeau : Suisse FC Lugano
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1999-2002 Drapeau : Suisse FC Locarno
2002-2003 Drapeau : Suisse FC Lugano
2005 Drapeau : Suisse Suisse - 17 ans
2006-2015 Drapeau : Suisse Suisse (adjoint)
2009-2015 Drapeau : Suisse Suisse espoirs
2012 Drapeau : Suisse Suisse olympique
2015-2017 Drapeau : Suisse Grasshopper
2017- Drapeau : Suisse FC Lugano
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Pierluigi Tami, né le 12 septembre 1961 à Clusone, est un entraîneur et joueur de football suisse.

BiographieModifier

Né le à Clusone, près de Bergame, Pierluigi Tami grandit dans le canton du Tessin[1].

Entre 1981 et 1993, il passe sa carrière au poste de défenseur en Suisse italienne, au FC Chiasso, au FC Locarno, à l'AC Bellinzone et au FC Lugano.

Entraîneur entre 1999 et 2003 à Locarno puis à Lugano, il reçoit sa licence UEFA en juin 2003. Tami entraîne l'Équipe de Suisse des moins de 17 ans. En 2006, il rejoint l'équipe de Suisse comme adjoint de Köbi Kuhn pour la Coupe du monde 2006. Il sera reconduit dans ses fonctions lors de l'arrivée d'Hitzfeld deux plus tard. Puis l'ASF le nomme sélectionneur de l'Équipe suisse espoirs en 2009[2]. Son équipe sera finaliste du Championnat d'Europe de football espoirs 2011 (battu 2-0 par l'Espagne). En 2012, Tami entraîne l'Équipe de Suisse olympique, qui est éliminée au premier tour[3].

Après six ans passés à la tête des espoirs suisses, Tami est libéré de son contrat pour prendre les rênes du Grasshopper Club Zurich, où il remplace Michael Skibbe[4]. Il est limogé après deux saisons pour manque de résultats, remplacé par Carlos Bernegger.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Peter M. Birrer, David Wiederkehr, « «Ich werde einen guten Job machen» », sur tagesanzeiger.ch, (consulté le 27 août 2015).
  2. (en) « Pierluigi Tami », sur uefa.com (consulté le 5 novembre 2012)
  3. sportinformation, « La Suisse sort sans gloire », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. bond, « Super League: Pierluigi Tami est le nouvel homme fort de GC », sur rts.ch, (consulté le 15 janvier 2015).