Philipp Spitta (musicologue)

musicologue allemand
Philipp Spitta
Spitta.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Wechold (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Ludwig Otto Adalbert Spitta (d)
Friedrich SpittaVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
StMV Blaue Sänger Göttingen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Julius August Philipp Spitta (né le à Wechold près de Hoya, et mort le à Berlin) est un musicographe et musicologue allemand, surtout connu pour sa biographie de Jean-Sébastien Bach, parue en 1873 et fruit de longues recherches.

BiographieModifier

Il est fils du pasteur luthérien et poète Philipp Spitta (18011859), et de son épouse Johanna Maria Hotzen. Son père a composé un recueil d'hymnes intitulé Psalter und Harfe (Psautier et harpe). Son frère, Friedrich Spitta, est théologien et musicologue.

Philipp Spitta fils reçoit tout d'abord l'enseignement de précepteurs et apprend le piano, l'orgue et la composition. En 1856, il entre au collège à Hanovre et, deux ans plus tard, au lycée à Celle, où il obtint le baccalauréat en 1860. Le de cette année, suivant le désir de ses parents, il s'inscrit en théologie à l'Université de Göttingen, mais, dès le premier semestre, suit uniquement l'enseignement magistral de la faculté de philosophie. Il s'inscrit en 1861 en philologie classique et soutient sa thèse de doctorat en 1864[1].

Dès le début de son séjour à Göttingen, il se fait des relations qui allaient lui permettre de participer à la vie musicale locale. Parmi ses premières connaissances figure Julius Otto Grimm (de), qui lui fait connaître Hermann Sauppe et, surtout, le gynécologue Eduard von Siebold, dont la fille Agathe connaît personnellement Johannes Brahms. Grâce à son activité et à ses connaissances en matière de musique, Spitta obtient bientôt une considération certaine et devient, en , membre et dirigeant des Blaue Sänger - la chorale des étudiants de l'Université au sein du Sondershäuser Verband avec lesquels il remporte des succès remarqués.

Après la parution de sa biographie de Johann Sebastien Bach, il est nommé en 1875 professeur d'histoire de la musique à l'université de Berlin.

En 1877, Brahms lui dédie ses deux motets a cappella opus 74[1]. Il donne des éditions importantes des compositions de Dietrich Buxtehude et Heinrich Schütz, favorisant ainsi leur redécouverte.

Il meurt à Berlin, à l'âge de 52 ans, le . Il est inhumé dans un mausolée au cimetière protestant, le Neuer Zwölf-Apostel-Kirchhof [nouveau cimetière des Douze Apôtres] situé 5, Werdauer Weg dans le quartier de Tempelhof-Schöneberg.

ŒuvresModifier

LivresModifier

  • Ein Lebensbild Robert Schumanns, Leipzig, 1862
  • Johann Sebastian Bach, Leipzig, 1873–1880, 1962
  • Zur Musik, Berlin, 1892
  • Musikgeschichtliche Aufsätze, Berlin, 1894

Éditions musicologiquesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Honegger 1970, p. 1057 op. cit.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier