Philipp Franz von Walther

ophtalmologue et chirurgien allemand

Philipp Franz von Walther (né le à Burrweiler et mort le à Munich) est un ophtalmologue et chirurgien allemand. Il est surtout connu pour avoir été un pionnier en ophtalmologie et chirurgie oculaire. En 1826, il décrit la première tarsorraphie (en).

Philipp Franz von Walther
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître
Directeur de thèse

BiographieModifier

Walther étudie la médecine à l'université de Vienne sous la direction de Georg Joseph Beer (1763–1821). Il obtient son doctorat de l'université d'Ingolstadt en 1803. Il enseigne par la suite aux universités de Bamberg, Landshut, Bonn (1818–1830) et Munich[1]. Parmi ses étudiants les plus connus, on compte Johannes Peter Müller (1801–1858), Johann Lukas Schönlein (1793–1864) et Cajetan von Textor (1782–1860).

Avec Karl Ferdinand von Gräfe (1787–1840), il a édité le Journal der Chirurgie und Augenheilkunde, une revue de chirurgie et d'ophtalmolotie.

ŒuvresModifier

  • (de) Ueber die therapeutische Indication und den Techniscismus der galvanischen Operation, 1803.
  • (de) Ueber das Alterthum der Knochenkrankheiten, 1825.
  • (de) Ectropicum anguli oculi externi, eine neue Augenkrankheit und die Tarsoraphie, eine neue Augen-Operation, 1826.
  • (de) Ueber die Trepanation nach Kopfverletzungen, 1831.
  • (de) Die Lehre vom schwarzen Star und seine Heilart; Pathologie und Therapie der Amarose, 1840.
  • (de) Ueber die Amaurose nach Superciliar-Verletzungen, 1840.
  • (de) Ueber die Revaccination, 1844.
  • (de) Ueber die Hornhautflecken, 1845.
  • (de) Kataraktologie, Beobachtung einer Cornea conica im chirurgisch-ophthalmologischen Klinikum in München, 1846.
  • (de) Wieder-Anheilung einer ganz abgehauenen Nase (S.521-235, 1 Taf.). et Nachricht über die Anheilung einer, zwei Stunden lang völlig abgetrennten Nase; ein Sendschreiben des R.Markiewicz an C.F. Graefe (S.536-537).

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier