Ouvrir le menu principal

Paul Friedrichs

pilote de motocross professionnel est-allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Friedrichs.
Paul Friedrichs
Description de cette image, également commentée ci-après
Paul Friedrichs au Motocross des nations le 3 septembre 1967 à Markelo aux Pays-Bas.
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Buchholz
Nationalité Drapeau : Allemagne de l'Est Allemagne de l'est

Carrière
Qualité pilote de moto-cross


Paul Friedrichs, né le 21 mars 1940 à Buchholz et mort le 30 août 2012 à Erfurt, était un pilote de motocross professionnel est-allemand. Il a été sacré trois années consécutives champion du monde de moto-cross 500 cm³ FIM en 1966, 1967 et 1968.

BiographieModifier

Paul Friedrichs a grandi dans le Mecklembourg, une région de l'Allemagne septentrionale où il a rejoint successivement les clubs de sport moto : le MC tractor de Franzburg, le MC Dynamo de Rostock et le Sportvereinigung (SV) Dynamo.

Avec sa formation reçue au sein de ces clubs, il est devenu l'un des meilleurs pilotes de moto-cross et enduro de son temps. En 1965, il a terminé à la deuxième place du Championnat du monde 500 cm³, derrière Jeff Smith, avant de décrocher son premier titre mondial en 1966 au guidon d'une CZ d'usine. Paul Friedrichs devint ainsi le premier champion du monde 500 cm³ avec une moto à moteur deux-temps et le premier champion du monde venant du bloc de l'Est dans une Europe divisée.

En 1967 et 1968, Paul Friedrichs réussit à garder sa couronne, avant de finir à la troisième place du Championnat 1969.

En 1972, il termine deuxième derrière Roger De Coster dans le Championnat du monde 500 cm³. Cette année-là, il remporte notamment le Grand Prix de France sur le circuit du Val de Gravel à Corseul dans les Côtes-d'Armor.

Paul Friedrichs a également participé à l'édition 1972 des ISDT (International Six Days of Trial, devenus les ISDE en 1981, International Six Days of Enduro, et appelés "Les 6 jours" en France), au sein de l'équipe nationale est-allemande qui a terminé deuxième derrière la puissante équipe nationale tchécoslovaque, vainqueur chez elle sur le circuit de Špindlerův Mlýn.

RéférencesModifier