Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flon.
Paul Flon
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nationalité
Activité

Paul Flon, né le 6 octobre 1898 à Bruxelles et décédé le 10 août 1981 à Jette, est un directeur de la photographie et réalisateur belge.

Sommaire

BiographieModifier

Paul Flon commence sa carrière cinématographique comme chef opérateur en 1914 pour Alfred Machin dans le mélodrame raffiné Maudite soit la guerre.

Avec le film Belgique (1920), dans lequel Francis Martin joue comme acteur, Paul Flon se lance dans la réalisation de productions patriotiques.

En 1926, sur le film Nos peintres, Paul Flon devient chef opérateur de Gaston Schoukens pour qui il travaillera jusqu'à son dernier film Scandale à la Belgique Joyeuse (1959).

En 1954, Paul Flon réalise sa seule fiction sonore Fête de quartier sur un scénario de Jeanne Lefebvre et Georges Michel, dans lequel joue, pour son premier et dernier rôle cinématographique sonore, l'acteur et chanteur Willy Maury qui décède l'année suivante.

On connait moins le réalisateur comme documentariste qui aborde le thème des fêtes populaires à l'instar d'Antoine Castille, de Charles Dekeukeleire et, plus tard, de Henri Storck[1].

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

Ces deux derniers films sont disponibles en bonus sur le DVD, édité par Belfilm, contenant les longs métrages J'ai gagné un million (O. Calster, 1936) et Les Gangsters de l'expo (E.G. De Meyst, 1937).

  • 1974 : Portraits de femmes - 11 minutes.

Ce film sur l'art présente une galerie de tableaux célèbres consacrés à ce thème aux XIXème et XXème siècles a été réalisé à l'occasion de l'exposition La femme dans la peinture moderne organisée au musée du Jeu de Paume à Paris.

Directeur de la photographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Fêtes de Belgique d'Henri Storck est une somme comportant dix volets, dédiés à James Ensor et à Michel de Ghelderode. Cette œuvre relève autant de l'univers pictural que de l'ethnographie européenne. Storck montre comme une explosion de couleurs, carnavals et processions sans s'abandonner à la faculté (et à l'insignifiance) du discours impressionniste. Il s'est livré ici à une longue et exemplaire enquête folklorique préalable en s'entourant des conseillers les plus avertis.
  2. C'est la seule fiction sonore du réalisateur qui, depuis l'arrivée du son (en Belgique : La Famille Klepkens, 1930), s'était consacré à son travail de directeur de la photographie.
  3. Ce document audiovisuel évoque plusieurs processions religieuses célèbres, à Hakendover, Bruges, Furnes, Montaigu, ...
  4. Regarder le film Le petit monde de ma grande ville ici

Voir aussiModifier