Ouvrir le menu principal

Paul-Albert de Forbin
Image illustrative de l’article Paul-Albert de Forbin
Biographie
Naissance
Décès
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité 1589
Prieur de Saint-Gilles
19 mars 1644[3] –12 juillet 1661[4]
Grand commandeur
1642[6] –14/27 février 1644
Ambassadeur de l'Ordre en France
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction laïque
Lieutenant-général des Galères

Paul-Albert de Forbin-Gardanne, seigneur de Bonneval, (1580 à Arles-1661) dit le « Bailli de Forbin » est un officier de marine et aristocrate français des XVIe et XVIIe siècles. Il est ambassadeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem auprès du Royaume de France, prieur de Saint-Gilles et lieutenant-général des galères.

BiographieModifier

Issu de la famille de Forbin, une ancienne famille de la noblesse provençale, il est le troisième fils de Bertrand de Forbin, seigneur de Bonneval, commissaire général de la Marine, député de la noblesse aux États de la noblesse de 1591, gouverneur de la baronnie de Lambesc, et de sa femme Jeanne d'Ivray. Il est reçu de minorité dans l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1589, à l'âge de neuf ans[7].

Il est envoyé en France en qualité d'ambassadeur de l'Ordre pour féliciter Louis XIII sur la naissance du Dauphin[8]. Il se rend à Rome pour négocier quelques affaires et retourne ensuite à Paris toujours en qualité d'ambassadeur de l'Ordre[9]. Le Roi l'ayant nommé lieutenant-général des galères, il part à la tête de seize galères et de vingt vaisseaux et se dirige devant Collioure par mer, alors que le maréchal de La Meilleraye l'assiégeait par terre. Après la reddition de cette place, le Bailli de Forbin retourne en Provence avant de reprendre la mer pour rejoindre Barcelone avec ses galères, et venir en renfort du marquis de Brézé, amiral de France, qui commandait l'armée navale. Quoique supérieure en nombre la flotte espagnole est dispersée grâce aux manœuvres de Forbin. Deux jours plus tard, un second combat naval a lieu et Forbin s'y distingue à nouveau. Il devient grand commandeur en 1642[6] puis en 1644, il est fait prieur de Saint-Gilles[3] et ensuite gouverneur des îles d'Hyères. Il meurt le 12 juillet 1661[4], à l'âge de 81 ans.

RéférencesModifier

  1. Nicolas 1905, p. 209-210
  2. Nicolas 1905, p. 225
  3. a et b Nicolas 1905, p. 211
  4. a et b Nicolas 1905, p. 224
  5. Nicolas 1905, p. 207, 209
  6. a b et c Nicolas 1905, p. 210-211
  7. Cousot 1969, p. 103
  8. Nicolas 1905, p. 212
  9. Nicolas 1905, p. 213

Sources et bibliographieModifier

  • Claude Petiet, Le roi et le grand maître : l'Ordre de Malte et la France au XVIIe siècle, Paris-Méditerranée, , p. 318 et suiv.
  • Claude Petiet, Le bailli de Forbin : lieutenant général des galères : un chevalier de Malte sous Louis XIII, Fernand Lanore, , 388 p. (lire en ligne)
  • Paul-Martial Cousot, « Paul-Albert de Forbin, Lieutenant général des galères : 1580-1661 », Provence historique,‎ (lire en ligne)
  • Paul-Albert de Forbin et les galères, Marseille (no 86), , 49-51 p.
  • Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome II », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVIII,‎ , p. 211-225, disponible sur Gallica