Ouvrir le menu principal

Parc des Sources de la Bièvre

Le parc des Sources de la Bièvre est situé à Guyancourt dans les Yvelines. Le Parc a été dessiné par le paysagiste Paul Soun et l'architecte Bertrand Lemoine en 1975. C'est l’artiste Dani Karavan en l'an 1999 qui réalisa le Carré urbain.

GéographieModifier

Ce parc d'une superficie de 60 hectares assure la transition entre le quartier fortement urbanisé du centre commercial de Saint-Quentin-en-Yvelines et la vallée de la Bièvre site classé depuis le 7 juillet 2000[1]. Le parc assure aussi une liaison verte entre les quartiers du Parc, des Saules et des Garennes.

Les jardins urbainsModifier

Les sculptures monumentales de Marta Pan assure la liaison entre le centre commercial lui-même et l'entrée du parc des Sources de la Bièvre. Trois sculptures composent ce cheminement : les engouffrements, les marches et la perspective.

Les engouffrements sont situés face à l’église Saint-Quentin-les-Sources de Montigny-le-Bretonneux. Les engouffrements sont constitués de trois symboles : le carré, le rond et le triangle qui dans la culture asiatique signifient : l'univers, la terre et la pensée.

C'est boulevard Vauban, entre l'immeuble de la communication de Massimiliano Fuksas et la bibliothèque universitaire de Guyancourt des architectes J. Ripault et D. Duhart que se situe la porte d'entrée du parc avec la continuité des œuvres de Marta Pan : les marches et la perspective (voir l'image ci-contre).

C'est en suivant l'eau qui s'échappe des sculptures de Marta Pan que l'on découvrira le parc des sources de la Bièvre. Après Marta Pan, c'est Dani Karavan qui met en scène le Carré urbain. Il était prévu initialement en 1988 de faire réaliser par Karavan une tour blanche de grande hauteur, munie d'un ascenseur et permettant aux visiteurs de découvrir l'ensemble de la ville et de la vallée de la Bièvre. Cet aménagement a été finalement abandonné compte tenu des coûts d'investissement et de fonctionnement. Dani Karavan s'est alors orienté en 1999 vers un aménagement plus traditionnel organisé autour de l'eau reliant La Perspective de Marta Pan et les bâtiments universitaires (les jardins de l'Université) aux espaces naturels précurseurs de la vallée de la Bièvre.

Dans le parc des Sources de la Bièvre, outre La Perspective de Marta Pan et le Carré urbain de Dani Karavan, de nombreuses sculptures réalisées en 1977 viennent conforter cet aménagement : L'oiseau du sculpteur roumain Victor Roman, sculpture en laiton de Patrick Guérard, Ascendance oblique de Bérard, sculpture en acier de Marcel Dupertuis, Fontaine en marbre gris de Ladislas Schwartz.

Article détaillé : Art urbain à Guyancourt.

En avançant dans le Parc, l’environnement apparaît de plus en plus "naturel". Au fil de l’eau, le promeneur sort de la ville pour rejoindre le parc urbain avec les Jardins de l'Université et les Jardins du Parc puis, l’étang des Roussières dans le quartier des Garennes qui fournit un espace qui semble « naturel ».

Ces jardins urbains sont bordés par plusieurs bâtiments réalisés par des architectes de renom:

 
Le labyrinthe végétal

Le Jardin du Parc, face au quartier du Parc, présente lui aussi des aménagements ludiques ; un labyrinthe végétal, des espaces de jeux pour les enfants, une roseraie...le tout organisé autour d'une ligne d'eau urbaine.

Les espaces naturelsModifier

Enfin l'étang des Roussières, qui présente une superficie de 5,20 hectares, termine le parc. Cet étang a été réalisé dans les années 1970, sa fonction première étant de réguler les eaux pluviales, des zones urbanisées. En période de fortes pluies, ces eaux sont stockées dans l'étang. Puis en période de sécheresse ces eaux de pluies sont rejetées dans le lit de la Bièvre située en aval de l'étang.

 
L'étang des Roussières, l'espace nature du Parc des Sources de la Bièvre

Le Bois des Roussières, situé sur ses berges, est actuellement géré par l’Office national des forêts (ONF). Ce bois est déjà signalé sur le plan d'Intendance de 1787, il y est dénommé « plan de Trou »[2]. De même on retrouve sur ce plan d'Intendance les 2 petites mares d'eau qui existent toujours au pied du labyrinthe végétal.

En continuité de ce bois, le « Jardin de l'Aqueduc » d'une superficie de 1,30 hectare assure la jonction avec le quartier des Saules. Ce Jardin est implanté au-dessus de l'Aqueduc qui permettait d'amener l'eau depuis l'Étang de Saint-Quentin à Trappes au parc du château de Versailles, d'où sa dénomination. À partir de ce Jardin de l'Aqueduc, il est possible de rejoindre grâce à une passerelle piétonne, le Hameau de Bouviers où se situe la source de la Bièvre.

À voirModifier

BibliographieModifier

  • Si Saint-Quentin en Yvelines m'était conté Volumes 1 à 6, publiés de 1990 à 1996 Directeurs de la publication Jean-Paul Alduy puis Gilbert Roubach, Directeurs Généraux de l'EPA.
  • Mon nom est Guyancourt, publié en 2006 par Jean et Liliane Gex, Yvelinédition (ISBN 9782846681285)

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

  1. Site officiel de Dani Karavan
  2. Entretien de Dani Karavan avec Alain le Pichon

PhotographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.