Ouvrir le menu principal

Le parc de la pomme de terre (Parque de la papa), est une aire de patrimoine autochtone et communautaire[1] dédiée à la conservation des variétés indigènes de pommes de terre andines. D'une superficie d'environ 12 000 hectares, s'étageant entre 3150 et 5000 mètres d'altitude, il se situe dans la Vallée sacrée des Incas (département de Cuzco) au Pérou.

Sommaire

HistoriqueModifier

Ce parc a été créé en 1997 par six communautés quéchuas : Sacaca, Chawaytire, Kuyo Grande, Pampallaqta, Paru Paru et Amaru, regroupant environ 6000 personnes. Ces communautés se sont constituée en association, l'Asociación de Comunidades del Parque de la Papa (association des communautés du parc de la pomme de terre), qui est chargée de l'administration du parc[2].

En 2005, l'association Andes, représentant les communautés du parc, a signé avec le centre international de la pomme de terre (CIP) une « convention pour le rapatriement, la restauration et le suivi de l'agrobiodiversité des pommes de terre indigènes et des systèmes de connaissance communautaires associés »[3]. Cette convention reconnaît les droits des communautés sur les souches de pomme de terre indigènes et prévoit de leur restituer les ressources génétiques rassemblées par le CIP. À terme, environ 4 000 variétés connues de pomme de terre seront rassemblées dans le parc, ce qui lui permettra de fonctionner comme deuxième centre d'origine de cette culture de base[4]

VariétésModifier

Le parc abrite environ 600 variétés indigènes, dont la majorité n'ont jamais quitté cet habitat. Début 2008, le CIP a transféré au parc 246 variétés de pommes de terre libres de virus[5].

Notes et référencesModifier

  1. en anglais « Indigenous and Community Conserved Areas », cf. ICCA.
  2. (es) Nosotros la gente del parque, Parque de la papa.
  3. (es) Convenio CIP-Parque de la Papa, GRAIN.
  4. (fr) Conservation de la biodiversité de la pomme de terre dans les Andes, Année internationale de la pomme de terre 2008 (CIP).
  5. (es) Parque de la Papa sería un centro secundario de origen de la papa, CIP, communiqué de presse, 31 janvier 2008.

Voir aussiModifier