Palais de l'Aurore

résidence officielle du président du Brésil
Palais de l'Aurore
Palácio da Alvorada
Homologação do tombamento de obras do Niemeyer (34321040524).jpg
La façade sud du palais de l'Aurore.
Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Architecte
Ingénieur
Joaquim Cardoso (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Propriétaire
État brésilien
Usage
Site web
Localisation
Pays
Région
État
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Brésil
(Voir situation sur carte : Brésil)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Brasilia
(Voir situation sur carte : Brasilia)
Point carte.svg

Le palais de l'Aurore (en portugais, Palácio da Alvorada) est un édifice public officiel de la république fédérative du Brésil, situé à Brasilia, capitale du pays. Il est la résidence officielle du président de la République.

SituationModifier

Le palais s'élève à l'est de la ville, sur une presqu'île dominant les eaux du lac Paranoá.

NomModifier

Le nom du palais fait référence à une citation de Juscelino Kubitschek, président de la république fédérative du Brésil de 1956 à 1961 : « Brasília est la nouvelle aurore dans l'histoire du Brésil. »

HistoriqueModifier

Les travaux commencent le et le palais est le premier édifice de Brasilia à être inauguré le .

ArchitectureModifier

L'architecte du palais est Oscar Niemeyer qui a utilisé des matériaux contemporains comme le béton, le métal et le verre[1]. D'une surface de 7 000 m2, le bâtiment s'étage sur trois niveaux.

UsageModifier

Le palais de l'Aurore est le lieu de résidence du président de la république fédérative du Brésil, alors que le palais du Planalto accueille ses bureaux et les salons de réception. Quelque 72 personnes sont employées au palais de l'Aurore, en ne comptant que le personnel chargé de la sécurité, de l'entretien, de la maintenance et enfin le service médical.

Notes et référencesModifier

  1. Bruno Meyerfeld, « Au Brésil, face aux ambassadeurs étrangers, Jair Bolsonaro torpille le système électoral », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le )