Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soto.

Pablo Soto
Illustration.
Pablo Soto, en 2018.
Fonctions
Conseiller municipal de Madrid
En fonction depuis le
(3 mois et 29 jours)
Élection 26 mai 2019
Maire José Luis Martínez-Almeida
Adjoint à la maire de Madrid
chargé de la Participation citoyenne, de la Transparence et du Gouvernement ouvert

(4 ans et 2 jours)
Élection 24 mai 2015
Maire Manuela Carmena
Biographie
Nom de naissance Pablo Soto Bravo
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Podemos[1]
Ahora Madrid (depuis 2015)
Más Madrid (depuis 2019)
Profession Développeur

Pablo Soto

Pablo Soto, né en 1979 en Espagne, est un homme politique espagnol. Informaticien et développeur de profession, il est élu au conseil municipal de Madrid, dont il est adjoint à la maire chargé de la Participation citoyenne, de la Transparence et du Gouvernement ouvert entre 2015 et 2019.

BiographieModifier

Né Pablo Soto Bravo en 1979, il est autodidacte en informatique et a commencé à travailler à l'âge de seize ans[2].

Pablo Soto a développé le protocole MP2P, Manolito, et deux logiciels de partage de fichiers musicaux : Blubster et Piolet. En 2004, il semble avoir quitté la communauté pair-à-pair (P2P) pour raison de santé ; Blubster et Piolet connaissant alors un lent déclin. En 2006, Pablo Soto publie Manolito[3], un troisième clone et une version améliorée de Blubster et Piolet. En 2008, Pablo Soto travaille sur Omemo[4],[5], un logiciel pair-à-pair open source de partage d'espace de stockage.

En juin 2008, Warner Music, Universal Music, Emi, Sony et l'association espagnole PROMUSICAE déposent plainte contre la société de Pablo Soto, MP2P Technologies, exigeant 13 millions d'euros de dommages et intérêts[6]. En 2009, cette « procédure coûteuse [lui] a déjà valu de réduire sévèrement les dépenses de son entreprise, passée de neuf à quatre employés, lui y compris, en un an »[2]. Mi-décembre 2011, Pablo Soto est acquitté par la justice concernant ces accusations de violation de droits d'auteur, le juge estimant que la technologie pair-à-pair est totalement neutre[7].

Il est atteint d'une dystrophie musculaire, ce qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant[8].

En 2015 il se présente aux primaires de Maintenant, Madrid[9], il fut par la suite élu conseiller municipal lors des élections municipales de 2015 dans cette ville. Nommé par Manuela Carmena, maire de Madrid, au sein de l'exécutif municipal, il est chargé de la participation citoyenne, de la transparence et du gouvernement ouvert[10]. Il promeut notamment le logiciel libre au sein de l'administration[11] et met en place les politiques d'ouverture des données publiques et de budget participatif[12].

Il est réélu lors des élections suivantes en 2019, mais le bloc de gauche perdant la majorité absolue, il siège dans l'opposition pour ce deuxième mandat.

RéférencesModifier

  1. (es) « Los grupos de Ahora Madrid en el consistorio », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 18 juin 2019)
  2. a et b « Pablo Soto : l'industrie du disque lui réclame 13 millions d'euros », sur nouvelobs.com,
  3. (en) « Manolito Strikes Back », sur slyck.com, (consulté le 18 juin 2019)
  4. (en) « P2P Writer's Block », sur slyck.com, (consulté le 18 juin 2019)
  5. (en) « Where’s Pablo Soto? », sur slyck.com, (consulté le 18 juin 2019)
  6. (es) « Caso Napster a la Española: reclaman a desarrollador de software P2P 13 millones de euros », sur filmica.com, (consulté le 18 juin 2019)
  7. (es) « Un juez dicta que la tecnología P2P es 'totalmente neutra' », sur publico.es, (consulté le 18 juin 2019)
  8. (es) « La mujer de Pablo Soto hace de asistente del edil "sin remuneración de ningún tipo" », sur eldiario.es, (consulté le 18 juin 2019)
  9. (es) « Pablo Soto Bravo – Primarias Ahora Madrid » (consulté le 18 juin 2019)
  10. « Pablo Soto Bravo - Ayuntamiento de Madrid », sur www.madrid.es (consulté le 18 juin 2019)
  11. (es) « Software libre: la receta de Ahora Madrid para acabar con el "despilfarro informático" », sur economiadigital.es, (consulté le 18 juin 2019)
  12. « Rencontre avec Pablo Soto, le geek de Podemos », sur nouvelobs.com,

Liens externesModifier