Ouvrir le menu principal

Du grec oste : os ; et tomê : section, coup, l'ostéotomie désigne la section chirurgicale d'un os, pour en modifier son axe, sa taille ou sa forme, à des fins thérapeutiques ou plastiques.

Ostéotomies maxillofacialesModifier

Ostéotomies de la mâchoireModifier

Elles consistent à cliver (sectionner) la mandibule ou le maxillaire dans son épaisseur pour libérer la portion dentée et permettre sa mobilisation dans les trois plans de l'espace. Ces deux types d'ostéotomie peuvent être réalisés isolément ou conjointement.

Section de la mandibuleModifier

Pour la mandibule, différents tracés du trait de section existent. Il traduisent l'évolution au fil du temps de cette technique. Les incisions sont endo buccales, avec parfois un abord punctiforme sur la joue. Le point commun des modes de clivage est de sectionner la mandibule dans un plan vertical, en dehors de dents et du nerf alvéolaire inférieur qui chemine dans l'épaisseur de cet os, pour libérer une portion interne, ou valve interne, portant l'arcade dentaire, et une portion externe dite valve externe, reliée au crâne par l'articulation temporo mandibulaire. Une fois le repositionnement de l'arcade dentaire réalisé (avancée recul, recentrage, horizontalisation) la synthèse (solidarisation) des deux fragments est réalisée. Différentes possibilités existent aussi dans ce domaine : utilisation de plaques ou de vis.

Section du maxillaireModifier

Pour le maxillaire, l'abord est exclusivement endo-buccal, le maxillaire est sectionné dans un plan horizontal passant au-dessus des dents. Le maxillaire est abaissé et reste solidaire du voile du palais. Après repositionnement, des plaques en forme de "L" sont utilisées pour la synthèse et l'immobilisation.

Ostéotomie bimaxillaireModifier

Article connexe : Avancée maxillomandibulaire.

Elle combine les ostéotomies maxillaires et mandibulaires. Il est fréquent d’y associer une disjonction maxillaire si l’arche maxillaire (supérieure) est trop étroite.

Ostéotomie du mentonModifier

Plutôt que d'insérer un implant du menton, le chirurgien maxillofacial peut pratiquer une ostéotomie en glissant l'os vers l'avant dans le cadre d'une génioplastie[1].

Ostéotomie du nezModifier

Dans une rhinoplastie, le chirurgien doit parfois pratiquer une ostéotomie sur le patient[2].

Ostéotomie frontofacialeModifier

L'ostéotomie frontofaciale (synonymes : avancement frontofacial, Le Fort IV) vise à traiter les cas graves de craniosynostose en avançant à la fois le front et la position des orbites[3]. Toutefois, c'est une procédure à risque qui peut entraîner la cécité dans certains cas[4].

Ostéotomies du genouModifier

Ces interventions corrigent une déformation du membre inférieur en redressant le tibia ou, plus rarement, le fémur. Elles sont effectuées par section de l'os, redressement puis maintien de cette correction. Il s'agit donc d'une fracture contrôlée qui nécessite d'attendre la consolidation osseuse obtenue par la survenue d'un cal osseux.

IndicationsModifier

L'ostéotomie a pour but de traiter certaines arthroses localisées à une partie du genou. L'ostéotomie, en corrigeant l'alignement du membre inférieur, permet de rééquilibrer les pressions au niveau du genou en les diminuant au niveau de la zone arthrosique pour les reporter sur la zone saine. L'ostéotomie ne modifie donc pas l'arthrose qui existait et le pincement articulaire persistera. Mais elle a un double objectif : soulager les douleurs, stabiliser l'arthrose en stoppant l'aggravation du pincement articulaire, ce qui est d'autant plus important que le sujet est plus jeune. L'ostéotomie tibiale ou fémorale peut aussi redresser un genu valgum ou un varus.

TechniqueModifier

L'intervention consiste donc à sectionner l'os. Pour le redresser il est possible d'enlever un coin osseux (ostéotomie de fermeture) ou d'ajouter une cale (ostéotomie d'ouverture), le plus souvent osseuse, par greffe prélevée sur le bassin.

Suites opératoiresModifier

La marche ou n'importe quel mouvement exerce une force considérable sur le genou. En général, il est conseillé de de [5] ne marcher que par obligation durant les 6 mois suivant l'opération, à l’aide de deux cannes. Une attelle doit toujours être maintenue lors des déplacements du patient, et durant le sommeil pendant cette période.

Ostéotomies du piedModifier

Hallux valgusModifier

IndicationModifier

L'ostéotomie est utilisée pour redresser un Hallux Valgus. Les chirurgiens pratiquent couramment maintenant des sections osseuses (ostéotomies), qui modifient l’architecture du pied, améliorant considérablement les résultats. En sus de la section ou l’allongement des parties molles, on réalise des sections-réorientation des os. Celles-ci permettent de corriger toutes les déformations possibles : on peut ainsi abaisser un os, le réorienter dans l’axe du pied, le raccourcir si besoin…. Les cicatrices, de quelque cm siègent en général à la partie interne du pied en regard du gros orteil, et au-dessus du pied.

TechniqueModifier

Les os sont fixés par du matériel métallique que l’on ne retire pas, en général ce sont des toutes petites vis et des agrafes. Les deux types d’ostéotomies les plus pratiquées sont celle de Scarf et le Chevron.

Pied botModifier

IndicationsModifier

Différentes ostéotomies sont à envisager selon la difformité du pied bot.

  • Cheville vara
  • Pied bot varus équin
  • Pied bot équin

TechniqueModifier

L'ostéotomie valgisante ou l'ostéotomie varisante sont réalisées, associées très souvent à l'ostéotomie du péroné. L’ostéotomie de dérotation du calcaneum est une intervention à visée morphologique permettant une marche alignée.
La chirurgie est pratiquée pour corriger la position anormale des tendons, des ligaments et des articulations. Après la chirurgie, un plâtre est installé pour maintenir le pied dans la bonne position et il doit être gardé pendant 10 à 12 semaines.
Il est possible de pratiquer une ostéotomie lorsque l'enfant a atteint l'âge de 5 ans, ou une arthrodèse (fusion et stabilisation des os) lorsque l'enfant est âgé d'au moins 10 ans. La plupart des enfants ne nécessitent qu'une intervention chirurgicale.

Notes et référencesModifier