Ouvrir le menu principal

Opération Postmaster

L'opération Postmaster (officiellement Postmaster Operation) a été une action de guerre navale qui s'est passée dans la Guinée espagnole (actuellement Guinée équatoriale) en janvier 1942, au cours de la Seconde Guerre mondiale, et cela sans respecter la neutralité officielle de l'Espagne.

AntécédentsModifier

L'Espagne franquiste était officiellement neutre lors de la Seconde Guerre mondiale, mais elle a aidé les forces de l'Axe à protéger et sauvegarder des navires dans les enclaves espagnoles, et principalement dans la Guinée espagnole. Depuis le début de la guerre (1939) jusqu'à l'année où a été menée cette attaque (1942), presque une centaine de bateaux allemands et italiens se sont réfugiés dans des ports espagnols, dont un des principaux a été celui de Santa Isabel (actuellement Malabo).

Les bateaux objets de discorde avec les Alliés étaient un puissant remorqueur diesel allemand, le Likomba et une barge diesel, le Bibundi ainsi que le navire de commerce italien de 8 500 tonnes, le Duchessa d´Aosta, arrivé à Santa Isabel le 10 juin 1940. Ces bateaux ont été l'objet d'une attention soutenue de la part des bateaux britanniques, qui craignaient de les voir appareiller pour distribuer des vivres aux sous-marins de l'Axe. On a entrepris de surveiller ces bateaux. Le Royaume-Uni a alors lancé l’opération Postmaster, une action qui est restée secrète dans les archives britanniques durant plus de 50 ans.

Le planModifier

Les détails de l'attaque ont été élaborés à Lagos. On a décidé qu'un commando d'assaut divisé en deux groupes pénétrerait dans le port de Santa Isabel (aujourd'hui Malabo) dans l'île de Bioko lors d'une nuit sans lune; un des groupes se chargerait de la Duchessa et l'autre des vedettes. Les premiers devaient attaquer le bateau, neutraliser la radio et contrôler le navire; ils devaient détacher les ancres, accrocher les vedettes, et enfin sortir du port. Le tout devait se faire en 15 minutes. La corvette Violet, de la Royal Navy britannique les attendait dans les eaux internationales pour les escorter jusqu'à Lagos. Ce plan a obtenu le feu vert en 1940, avec l'appui logistique du Nigeria. Les Britanniques ont utilisé les services de trois espagnols républicains exilés, et surtout celui d'Agustín Zorrila, appui qui a été décisif pour le succès de cette opération. L'attaque devait être déclenchée à 23 h 30 le mercredi 14 janvier 1942.

L'attaqueModifier

Cette nuit tranquille, les bateaux qui surveillaient les eaux, se trouvaient près des côtes du Río Muni (sur la partie continentale de la Guinée), et il n'y avait dans le port que les bateaux venus se réfugier et quelques petites embarcations. La canonnière Dato, en service dans la colonie, et le vapeur intercontinental Gomera se trouvaient également près du Río Muni. L'éclairage public était éteint habituellement à 1 heure du matin, mais à cause de la rareté du gasoil, l'extinction se produisait à cette période à 23 h.

Le commando a été moins rapide que prévu et a mis une demi-heure pour contrôler les équipages, surtout celui de la Duchessa, et on a dû utiliser plusieurs charges explosives pour libérer l'ancre, ce qui a alerté la population et les gardes. Quand on a allumé l'éclairage public pour connaître les causes des explosions, les bateaux réfugiés n'étaient plus là. Le matin suivant, le gouverneur colonial a monté une expédition à la recherche des bateaux, mais on ne les a pas retrouvés, et le gouvernement central en Espagne a été informé.

ConséquencesModifier

À la levée du jour, le gouverneur en fonction a donné l'ordre qu'un aéroplane De Havilland DH.89 Dragon Rapide de la compagnie Iberia essaie de localiser les trois bateaux. L'avion est armé avec une mitrailleuse et des bombes à main, car c'était la première fois qu'un appareil d'Iberia et son équipage étaient militarisés, mais l'opération de ratissage des côtes du Cameroun et du Gabon est un échec, alors que la Nuneaton, un remorqueur au service du gouvernement colonial du Nigeria, est restée deux jours en vue de Fernando Poo, à cause de problèmes de moteur.

L'Espagne proteste auprès de l'ambassade britannique pour cette attaque dans les eaux souveraines d'un État neutre, mais le gouvernement de Londres s'est excusé en disant que l'on avait trouvé les bateaux en haute mer et qu'ils avaient été seulement conduits au port de Lagos. D'un autre côté, l'Allemagne et l'Italie ont reproché au gouvernement espagnol de ne pas avoir su défendre leurs bateaux.

Les bateaux capturés ont ensuite été rebaptisés et utilisés par le Royaume-Uni pendant la guerre comme transport de matériel entre le Canada et les ports britanniques. La Duchessa d'Aosta a été rendue à l'Italie une fois le conflit terminé.

Une autre conséquence moins connue a été l'envoi de volontaires espagnols, car en Espagne, cette attaque a été ressentie comme une déclaration de guerre du Royaume-Uni contre l'Espagne. Le gouvernement espagnol a envoyé très rapidement des volontaires (dont le nombre reste inconnu). La majorité de ces volontaires transportés par bateau sont morts au cours de la traversée à cause d'une épidémie de fièvre jaune déclarée sur le navire. Quand les quelques survivants sont arrivés en Guinée, tout était terminé et il ne subsistait plus qu'un problème diplomatique. La majorité des survivants est restée en Guinée et les volontaires ne sont revenus en Espagne que bien après.

Notes et référencesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (es) Jesús Ramírez Copeiro del Villar, Objetivo África: crónica de la Guinea Española en la II Guerra Mundial, Huelva, Imprenta Jiménez S.L., (ISBN 84-609-0335-4)