Ouvrir le menu principal

Guerre météorologique de l'Atlantique nord

Station météorologique Kurt, une station météo allemande automatique (au Musée canadien de la guerre).

La guerre météorologique de l'Atlantique nord s'est déroulée pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Alliés (la Grande-Bretagne en particulier) et l'Allemagne étaient en compétition pour l'accès à des données fiables dans l'Atlantique nord et l'Arctique pour leurs services de météorologie militaire. Ces données étaient importantes car elles affectaient la planification militaire et le routage des navires et des convois. Dans certaines circonstances, une bonne visibilité était nécessaire (reconnaissance photographique et bombardement) et dans d'autres, elle était défavorable (en révélant les mouvements des navires secrets ou en permettant l'activité aérienne de l'ennemi).

La planification du Jour J a été grandement affectée par les prévisions météorologiques. Il a été retardé d'une journée dans l'attente qu'une tempête s’apaise et que les conditions en mer soit acceptables. Les sources météorologiques britanniques incluaient des données provenant de navires en mer et des stations météo situées à l’observatoire de l’Île de Valentia et à Blacksod Point (comté de Mayo), en Irlande neutre.

L’utilisation par les Allemands de navires météorologiques a également mis en péril leur code secret Enigma.

Sommaire

Les besoins des belligérantsModifier

L'évolution de la météo et la prévision des changements de temps dans l'océan Atlantique et le nord et l'Europe occidentale sont largement tributaires des processus météorologiques dans/de l'atmosphère de la région arctique. Pour l'étude et les prévisions, les stations météorologiques européennes utilisent collectivement, depuis la Première Guerre mondiale, des observations faites par des stations très lointaines relevées régulièrement - certaines plusieurs fois par jour - et les conditions météorologiques communiquées par radio à toutes les parties intéressées.

Les prévisions météorologiques sont très précieuses pour l'établissement des plans militaires. Par exemple, du mauvais temps peut favoriser une sortie discrète de navires allemands ou assurer une absence de bombardements pour les villes allemandes. À l'inverse, prévoir du beau temps peut favoriser le repérage des convois ou permettre de bombarder, entre autres, les bases des U-boote.

Pour ces raisons, les deux camps ont cherché à obtenir les moyens de dresser des prévisions météorologiques fiables.

Les moyensModifier

Les services météoModifier

Pour les Allemands
Chaque arme possède son service de prévision météo. Par exemple, pour la Kriegsmarine, il s'agit du Marinewettertrupp, pour la Luftwaffe, du Luftwaffewettertrupp.
Les données météo sont relevées puis transmises en code à l'État-Major. Le code utilisé est le Wetterkurzschlüssel (en abrégé : WKS) et utilise les machines à coder Enigma. Les messages météo sont courts et compressés pour diminuer la durée de transmission et, partant, les risques de détection de l'émetteur par radiogoniométrie.
Un message météo se compose, après un en-tête d'identification, d'une série de lettres renseignant chacune des données météo présentée dans un ordre prédéfini. Les lettres utilisées changent régulièrement pour rendre plus difficiles les tentatives de briser le code. Les messages sont envoyés à des heures prédéfinies et sur des fréquences elles aussi prédéfinies. Paradoxalement, cet ensemble de règles permettra aux Alliés de détecter plus facilement la nature des messages, à défaut de les comprendre, et la position de celui qui l'émet.
Exemple : le code donnant l'état de la mer sera issue d'une table comme celle-ci :

 Origine              |            période du relevé                 
 de la houle          |  matin     | mi-journée |    soir    |           
--------------------------------------------------------------------------
 N                    |     a      |     i      |     q      |             
 NO                   |     b      |     j      |     r      |             
 O                    |     c      |     k      |     s      |             
 SO                   |     d      |     l      |     t      |             
 S                    |     e      |     m      |     u      |             
 SW                   |     f      |     n      |     v      |             
 W                    |     g      |     o      |     w      |             
 NW                   |     h      |     p      |     x      |             
 Houle modérée        |            |            |            |     y     
 Tempête              |            |            |            |     z       
Ainsi, une houle modérée de nord-ouest, relevée à midi, sera traduite par "JY" dans le corps du message (et sera ensuite codée par la machine Enigma).
Pour les Alliés
Les Britanniques
Les Américains
Les structures intégrées

NaviresModifier

Article détaillé : Navire météorologique.

La prise de données météorologiques régulières en mer date du XIXe siècle avec la formation de l’Organisation météorologique internationale. Durant les années 1930, un embryon de réseau de prise de données en positions permanentes en mer fut initié par la France et la Grande-Bretagne[1]. Le conflit accéléra ce développement.

AlliésModifier

 
USS Muskeget

À partir de 1939, les navires de la Garde côtière des États-Unis ont été utilisés comme navires météorologiques pour protéger le commerce aérien transatlantique[2]. Le Service d'observation météorologique de l'Atlantique (Atlantic Weather Observation Service) a été autorisé par le président Franklin Delano Roosevelt le 25 janvier 1940[3]. En février 1941, cinq cotres de 327 pieds des garde-côtes ont été utilisés en patrouille météo, habituellement déployés pendant trois semaines, puis renvoyés au port pour une dizaine de jours. Comme la Seconde Guerre mondiale se poursuivait, des cotres étaient nécessaires pour l'effort de guerre et à partir d’août 1942, six navires de charge ont été utilisés. Ces cargos, bien qu'armés, ne bénéficiaient pas d'escorte durant le conflit, ce qui a conduit à la perte de l’USCGC Muskeget (WAG-48) avec 121 hommes d’équipage à bord, torpillé le 9 septembre 1942. En 1943, le United States Weather Bureau a reconnu leurs observations comme «indispensables» à la poursuite de l'effort de guerre[2].

Les vols de chasseurs entre l'Amérique du Nord, le Groenland et l'Islande ont conduit au déploiement de deux navires météorologiques supplémentaires en 1943 et 1944. Le Royaume-Uni en positionna un dans une bande de 80 kilomètres (50 miles) au large de ses côtes ouest. En mai 1945, 16 navires étaient en opération au nord du 15e parallèle nord dans l'Atlantique, et six autres dans l'Atlantique tropical. Un total de 20 frégates de la marine américaine ont été utilisées dans le Pacifique pour des opérations similaires. Le personnel du Weather Bureau stationné sur les navires météorologiques devait être volontaire pour embarquer. En plus des observations météorologiques de surface, les navires météorologiques lançaient des ballons-sondes munis de radiosondes et des ballons de plafond, ou PIBALs, afin de déterminer les conditions météorologiques en altitude.

AllemandsModifier

 
Certains Fw200 Condor ont été utilisés pour des vols météo.

Les Allemands ont commencé à utiliser des navires météorologiques durant l'été 1940. Toutefois, trois de ces quatre navires ont été coulés le 23 novembre, ce qui a conduit à l'utilisation de navires de pêche pour ce besoin. Leurs navires météorologiques étaient en mer pour des campagnes de trois à cinq semaines. Les observations météorologiques des Allemands étaient chiffrées à l'aide de leurs machines Enigma[4]. Le München et le Lauenburg ont été arraisonnés par la Royal Navy, qui a réussi à recueillir de précieux renseignements dans les deux cas. Le Wuppertal est resté coincé dans la glace et a été perdu sans que subsistent de traces du navire ou de l'équipage.

Après la perte de leurs navires météo, les Allemands vont se reporter sur la collecte de données à partir d'avions (principalement les Condor 200) et les sous-marins. Ceux-ci pourront être, au départ ou à la fin d'une mission, assignés à une position donnée pour transmettre régulièrement les informations météo. Ceux-là effectueront généralement leurs vols en partant des bases de la Norvège occupée.

Après la guerreModifier

Article détaillé : Navire météorologique.

En raison de leur importance, les opérations ont continué après que la Seconde Guerre mondiale ait pris fin, ce qui a conduit à un accord international en septembre 1946 stipulant que pas moins de 13 stations météorologiques dans l'océan seraient maintenues par l'US Coast Guard, cinq autres par le Royaume-Uni et deux par le Brésil[2].

AvionsModifier

AlliésModifier

AllemandsModifier

Pour collecter des infos météos, des avions Heinkel 111 et des Junkers Ju 88 appartenant au Wettererkundungstaffel 5 sont déployés en Norvège à Trondheim et Banak. L'escadron effectue, généralement, deux fois par jour des vols d'observation au-dessus de la mer de Norvège et de la mer du Groenland, la zone d'opération s'étendant de l'est du Groenland au nord du Spitzberg et à l'est de Novaya Zemlya - le mauvais temps empêchant parfois les vols.

Un vol typique s'effectue à basse altitude pour recueillir les informations utiles sur l'état de la mer, la nébulosité, la pression atmosphérique, etc. Puis, l'avion grimpe pour enregistrer des paramètres, comme la pression barométrique, à différentes altitudes. Il répètera cette opération plusieurs fois pendant sa mission. Il redescendra enfin à basse altitude pour achever sa mission. Le sens et la force du vent sont aussi déterminés en utilisant les armes de bord et appréciant la forme des gerbes produites[5].

Les informations collectées sont chiffrées dans un code spécifique, et renvoyées régulièrement vers les sites allemands par messages radio. La procédure prévoit aussi qu'une synthèse des données recueillies soit aussi chiffrée et transmise périodiquement par radio dans le code opérationnel des unités navales et du commandement de la Kriegsmarine. Ces missions météo aériennes seront peu troublées par les Alliés (voir ci-dessous)[5].

Stations terrestresModifier

 
Emplacement des diverses stations météo allemandes.

Les Alliés avaient un net avantage dans la compétition des données météorologiques terrestres, occupant la totalité des masses continentales et des îles (Terre-Neuve, le Groenland, l'Islande) de l'Atlantique nord. Comme les phénomènes météorologiques à cette latitude se déplacent généralement d'ouest en est, les Alliés pouvaient suivre la progression d'un système dépressionnaire traversant l'Atlantique. Les Allemands ont été obligés, par leur concentration en Europe continentale, de s'appuyer largement sur leurs avions à grand rayon d’action et sur des navires météorologiques, qui étaient vulnérables aux attaques, et des équipes clandestines dans des endroits exposés. Avec un petit nombre de stations d'observation non permanentes, ils devaient compter sur la chance pour détecter un front météorologique avant qu’il n’atteigne l'Europe.

Il y eut des tentatives dans les deux camps pour mettre en place des stations météorologiques terrestres basées dans des endroits disputés comme le Spitzberg. Ce dernier était un lieu important pour les Allemands, permettant de surveiller les conditions météorologiques sur la route des convois vers Mourmansk. Tout au long du conflit, ils établiront des bases discrètes pour obtenir des prévisions météorologiques comme sur l'archipel de Svalbard, y compris le Spitzberg et Hopen (Hope Island). Les Alliés n'arriveront jamais à interdire complètement ces tentatives.

Les Allemands ont aussi laissé sur l'île Jan Mayen, le Groenland oriental et jusque sur les côtes du Labrador des stations automatisées (comme la station météorologique Kurt[6]) ou mises en œuvre par du personnel.

En août 1941, lors de la préparation de l'opération Gauntlet, la Royal Navy détruit la station météo sur l'île aux Ours et, plus tard, celle sur le Spitzberg (après avoir transmis de fausses informations afin de décourager l'observation aérienne).

Le dispositif alliéModifier

Stations terrestres
Navires météo
unités aériennes.
Les squadrons 517 et 518 de la RAF étaient chargés de vols de reconnaissance météo au dessus de l'Atlantique.

Les opérations allemandesModifier

Présentation chronologique.

1940
1941
1942
1943
1944
1945
Mission Organisateur Région Période Chef effectifs Localisation
Bansö Luftwaffe Ouest du Spitzberg 1941/42 Erich Etienne/Moll 4 Adventdalen
Knospe Kriegsmarine Ouest du Spitzberg 1941/42 Hans-Robert Knoespel 6 Signehamna, Lilliehöökfjord
Nussbaum Kriegsmarine Ouest du Spitzberg 1942/43 Nusser 6 Signehamna, Lilliehöökfjord
Holzauge Kriegsmarine nord-est du Groenland 1942/43 Weiß/Ritter 17 Germania Land
Kreuzritter Kriegsmarine Ouest du Spitzberg 1943/44 Knoespel 12 Liefdefjord
Schatzgräber Kriegsmarine Archipel François-Joseph 1943/44 Drees/Makus 10 Terre d'Alexandra
Svartisen Luftwaffe Hopen 1943/44 Ertl/Schwarz 4
Bassgeiger Kriegsmarine est du Groenland 1943/44 Schatz 8 Île Shannon
Edelweiß Kriegsmarine nord-est du Groenland 1944 Weiß/Alleweldt 11 Dove-Bugt
Edelweiß II Kriegsmarine nord-est du Groenland 1944 Schmidt 12 Lille-Koldewey Ø
Zugvogel Kriegsmarine Mer du Groenland 1944/45 Hofmann/Schönfeld 20 Wetterschiff Wuppertal
Helhus (Zitronella) Luftwaffe Hopen 1944/45 Neunteufl 4
Landvik Abwehr sud du Spitzberg 1944/45 Norweger 2 Stormbukta
Taaget Abwehr Île aux Ours 1944/45 Norweger 2 Sorhamna
Haudegen Kriegsmarine nord-est du Spitzberg 1944/45 Dege 11 Ripfjorden

Les contre-mesures alliéesModifier

Détection des navires
 
Le Lauenburg sous le feu des navires alliés.

Les émissions radio des navires chargés des relevés météo étaient aussi reçues par les stations d'écoute alliées. Même si le message codé ne pouvait être traduit, sa forme même permettait de déduire qu'il s'agissait d'un message météo. Par triangulation, il était possible de déterminer la position du navire émetteur. C'est de cette manière que seront détectés les navires météo allemands détruits en 1941 et 1942. Il en sera de même pour les U-boote assignés à ce même rôle.

Le cryptologue britannique Harry Hinsley, qui travaillait alors à Bletchley Park, réalisa à la fin d'avril 1941 que les navires météorologiques allemands étaient généralement des chalutiers isolés non protégés et utilisaient les mêmes livres de code Enigma que le navire de guerre de Kriegsmarine[7]. Bien que les navires météorologiques ne transmettaient pas les bulletins météorologiques avec Enigma, ils devaient encore avoir l'une de ces machines à bord pour décoder les signaux Enigma de l'Amirauté ou d'autres navires allemands[7].

Hinsley s'est rendu compte que les livres de code seraient plus faciles à obtenir de ces chalutiers vulnérables et le renseignement britannique pourraient ensuite déchiffrer des messages destinés à des U-Boote et découvrir leur emplacement. Le problème principal était d'aborder l'un des navires météorologiques avant que l'équipage ait le temps de jeter leurs configuration actuelle d’Enigma à la mer. Hinsley estima aussi que les codes du mois suivant devraient être enfermés dans un coffre-fort à bord du navire et pourraient être oubliés si l'équipage était forcé d'abandonner précipitamment le navire[7]. Ceci mena à :

  • Navires météo :
    • la capture du WBS6 München le 7 mai 1941 au large de l'Islande ;
    • la capture et la destruction du WBS3 Lauenburg le 28 juin 1941 au large de l'île Jan Mayen ;
    • la capture et la destruction du WBS6 Khedingen le 1er septembre 1944 au large du Groenland[note 1] ;
    • la capture du WBS11 Externsteine le 16 octobre 1944 au large du Groenland.
  • U-boote
    • 5 des 53 U-boote utilisés pour servir de postes de recueil de données météo seront coulés pendant leur activité, voire avant (U-342, U-1276, U-248, U-877 et U-1226).
Détection des avions

En ce qui concerne les vols météo allemands, les Alliés ne les harcèleront que faiblement, s'étant rendu compte que les mêmes données étaient transmises dans deux codes différents dont l'un était déjà connu. Il était utile de l'utiliser pour aider à traduire les messages chiffrés dans l'autre code[5]. Pour continuer à profiter de cette faille de sécurité, il fallait laisser les avions allemands continuer leurs vols.

Stations météo terrestres
  • La mission Nussbaum sera capturée par un commando britannique ;
  • La mission Edelweiss I sera capturée avant son débarquement par le USCGC Northland (septembre 1944) ;
  • La mission Edelweiss II sera capturée par les Américains 3 jours après son débarquement (octobre 1944) ;
  • La mission Bassgeiger sera attaquée par un commando le 22 avril 1944, sans résultat, mais elle pliera bagage en juin.

BibliographieModifier

Les sources sur le sujet sont éparses. Les principaux ouvrages concernés sont les suivants :

Livres
  • (en) Wilhelm Dege, War North of 80. The Last German Arctic Weather Station of World War II. Traduit de l'allemand et présenté par William Barr. Arctic Institute of North America (Northern lights series 4). Calgary, Alberta (Presses de l'Université de Calgary)- (University Press of Colorado) 2004, (ISBN 1-55238-110-2)[note 2].
  • (en) John A. Kington & Franz Selinger, WEKUSTA: Luftwaffe Meteorological Reconnaissance Units & Operations 1938-1945, Flight Recorder Publications Ltd, 256 pages, mis en vente 31 août 2006, (ISBN 978-0954560584)
  • (en) Douglas Liversidge, The Third Front, 1961, Four Square[note 3].
Opuscule
  • (en) Artic War : Norway's Role On The Northen Front, HMSO, 1945 (pas d'auteurs crédités)[note 4].
Articles
  • (en) J.D.M. Blyth, German Meteorological Activities in the Artic, 1940-45, 1951, The Polar Record, Vol 6, N° 42, pages 185-226.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les codes attribués aux navires météo sont réutilisés au fil du temps. Ce qui explique de retrouver le code en son temps attribué au München.
  2. L'auteur allemand fut l'un des participants à la mission Haudegen, au Spitzberg.
  3. Relations détaillées, au premier rang desquelles les opérations météos. Mais absence de notes, d'index et de références.
  4. Cette petite brochure expose le point de vue anglais et détaille nombre d'opérations. Mais le manque de recul (1945) limite son intérêt.

RéférencesModifier

  1. (en) Captain C. R. Downes, « History of the British Ocean Weather Ships », The Marine Observer, vol. XLVII,‎ , p. 179–186 (lire en ligne)
  2. a b et c (en) Malcolm Francis Willoughby, The U.S. Coast Guard in World War II, Ayer Publishing, , 127–130 p. (ISBN 978-0-405-13081-6, lire en ligne)
  3. (en) United States Weather Bureau, « Atlantic Weather Project », Weather Bureau Topics, vol. 11, no 4,‎ , p. 61
  4. (en) David Kahn, Seizing the enigma: the race to break the German U-boat codes, 1939-1943, Barnes & Noble Publishing, , 149–152 p. (ISBN 978-0-7607-0863-7, lire en ligne)
  5. a b et c Jack P. Mallmann Showell, Enigma U-Boats breaking the code, 2009 (1er édition 2000), Ian Allan Publishing, 224 pages, (ISBN 978-0-7110-3396-2), pages 15 et 16.
  6. Les restes de cette station, nommée "WLF6", ne seront découverts sur place qu'en 1982 et sont actuellement exposés au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.
  7. a b et c (en) « Lauenburg », Wetterbeobachtungs-Schiff (consulté le 29 mars 2016).

Voir aussiModifier