Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tulipe noire.

On appelle Opération Black Tulip une mesure du gouvernement néerlandais qui a suivi de peu la Deuxième Guerre mondiale et qui visait à expulser des Pays-Bas les Allemands qui y habitaient. Elle commença le 11 septembre 1946, par décision du gouvernement et fut menée par le ministre de la Justice Hans Kolfschoten. Le but était de chasser environ 25 000 Allemands, dont la plupart habitaient là depuis longtemps avant la guerre et y avaient leur famille.

Après la Deuxième Guerre mondiale, il existait aux Pays-Bas un immense besoin de vengeance contre l'Allemagne et les Allemands. On pensait à des indemnisations financières et à des annexions de territoires allemands, mais l'idée vint aussi d'expulser les Allemands qui habitaient le pays. À l'été 1945, le ministre Kolfschoten publia une note suivant laquelle les Reichsdeutsche (mais non les Volksdeutsche) devaient retourner là d'où ils venaient. Parmi ces Reichsdeutsche, il y en avait un grand nombre qui s'étaient établis aux Pays-Bas dans les années 1920 et y avaient fondé une famille.

Le plan fut tout de suite l'objet de critiques de la part des Alliés et de l'Église catholique. Selon cette dernière, une telle expulsion contrevenait directement à la notion chrétienne d'amour du prochain. Le gouvernement néerlandais ne s'arrêta guère à ces critiques et voulut commencer les expulsions. En riposte, les Britanniques commencèrent à renvoyer aux Pays-Bas les Néerlandais qui résidaient dans leur zone d'occupation en Allemagne. Quand, à l'intérieur du pays, on se mit aussi à condamner de plus en plus l'opération, il fut décidé que seuls seraient expulsés les Allemands qui s'étaient montrés favorables à l'Allemagne au cours de la guerre. L'opposition intérieure était menée surtout par Christine Wttewaall van Stoetwegen, alors députée de la Christelijk-Historische Unie à la chambre basse, et par le cardinal De Jong.

À la fin de l'été 1946, le nouveau ministre de Justice, Van Maarseveen, fit savoir qu'il y avait encore 17 000 personnes à expulser et, le 11 septembre 1946, les expulsions commencèrent officiellement. Les Allemands furent conduits dans des camps au voisinage de la frontière allemande dont le plus grand était celui de Mariënbosch tout près de Nimègue. À la fin de 1948, les camps furent fermés et à partir de 1950 les expulsions cessèrent. Le 26 juillet 1951, l'état de guerre avec l'Allemagne prit fin et les Allemands ne furent plus considérés comme des ennemis de l'État. Au total 3 691 Reichsdeutsche (soit 15 % de tous les Allemands des Pays-Bas) avaient été touchés par cette expulsion.

Sommaire

Populations touchéesModifier

L'opération ne concerna pas seulement les quelques personnes qui avaient collaboré, voire adhéré au NSDAP : on expulsa aussi de nombreux innocents et jusqu’à des survivants juifs de l'Holocauste qui avaient cherché refuge aux Pays-Bas. Furent chassés aussi plusieurs travailleurs étrangers et des femmes de ménage[1].

But recherchéModifier

Selon Angela Boone, spécialiste d’anthropologie culturelle et chercheuse indépendante, ce que cherchait le gouvernement néerlandais par cette opération n’était pas de punir ceux qui avaient collaboré avec le nazisme ou les criminels de guerre mais d’abord d'expulser des Pays-Bas tous les Allemands et les Autrichiens ainsi que leurs familles et de confisquer leurs biens[2].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

SourcesModifier