Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olim (homonymie).

On appelle Olim (du latin olim « autrefois ») les quatre premiers registres du parlement de Paris. Ces registres consignent les arrêts rendus par la cour du roi sous les règnes de Saint Louis, Philippe le Hardi, Philippe le Bel, Louis le Hutin et Philippe le Long.

Les quatre registres sont conservés aux Archives nationales sous les cotes X1A 1 à 4. Le premier, coté X1A 1, est un registre en deux parties, tenu par Jean de Montluçon : la première partie est intitulée Inqueste ; la seconde, Arresta, judicia et concilia. Le deuxième, coté X1A 2, est un registre tenu par Nicolas de Chartes. Le troisième, coté X1A 3, est un registre tenu par Pierre de Bourges et intitulé Arresta. Le dernier, coté X1A 4, est un registre tenu par Pierre de Bourges et intitulé Inqueste et alii processus.

Ces registres ont conservé le texte ou la substance des arrêts rendus à la cour du roi depuis 1254 jusqu'en 1318, et des jugements prononcés sur enquêtes pendant la même période. Ils jettent la clarté sur les progrès du pouvoir royal et sur l'abaissement de la féodalité française au XIIIe siècle. Ils ont été édités et publiés en 4 volumes par Auguste-Arthur Beugnot entre 1839 et 1848. Le texte est principalement en latin et en français.

On trouve ainsi dans les Olim la lettre en forme de manifeste, que le roi de France, Philippe IV le Bel (1268 - 29 novembre 1314 ; régna de 1285-1314) écrivit à Édouard Ier, roi d'Angleterre, sur son défaut de comparution au ban du roi de France pour (notamment) le duché de Guyenne. Édouard Ier fut déclaré atteint et convaincu de félonie, et, comme l'avait fait Philippe Auguste à l'égard de Jean sans Terre, tous les domaines qu'Édouard possédait en France furent confisqués : mais la difficulté était de mettre un tel arrêt à exécution.

BibliographieModifier