Notandissimi secreti de l'arte profumatoria

Notandissimi secreti de l'arte profumatoria (titre complet ; Notandissimi secreti de l'arte profumatoria, per far ogli, acque, paste, balle, moscardini, uccelletti, paternostri, et tutta l'arte intiera, come si ricerca, cosi nella città di Napoli del Reame, come in Roma, e quini in la città di Vinegia) est le titre du premier livre sur l'art de la parfumerie paru en Occident et publié pour la première fois à Venise en 1555[1].

Rare Première Edition de 1555 ayant appartenu à D'Annunzio.

ŒuvreModifier

Œuvre de Giovanventura Rosetti, cet ouvrage, écrit en italien, est considéré comme le premier[2] texte occidental sur les parfums. Il contient plus de trois cents recettes de parfums et de cosmétiques : des plus surprenantes comme une lotion pour multiplier les cheveux (moltiplica i capelli) à des plus actuelles telle de blanchir les dents (A far li denti bianchi ) ou de confectionner de l'eau florale à partir de lavande (A far l'acqua di fior di lavanda”).

 
Gabriele D'Annunzio fut l'un des rares possesseurs d'une copie originale du Notandissimi.[3]

ExemplairesModifier

Le tirage à très peu d’exemplaires et la discrétion des producteurs de parfum de l’époque – qui le considéraient comme le document de référence de la parfumerie –, rendent cet ouvrage rarissime et en font l’un des plus recherchés par les grandes maisons de cosmétique internationales[4],[5]. Pour offrir la possibilité au grand public de pouvoir accéder à son contenu, la famille Vidal a consenti la réimpression anastatique de l’exemplaire qu’elle possédait à la maison d’édition Madive[6].

L’exemplaire VidalModifier

Cet exemplaire, transmis de génération en génération par la famille vénitienne Vidal, célèbre pour la création de parfums de la marque homonyme, propriété de Henkel[6], est exposée dans le musée du palais Mocenigo à Venise, dans la salle des parfums[7],[8].

L’exemplaire Sainte-GenevièveModifier

Conservé dans la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, il a été dévoilé au public durant l’exposition « No 5 Culture Chanel » au Palais de Tokyo à Paris[9],[10].

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Artivest | Notandissimi Secreti », sur Artinvest | Fine Arts & Antiquities Market (consulté le )
  2. (it) Giulia Penazzi, La pelle e i cosmetici naturali, éditions Techniche Nuove, 2003, p. 11
  3. SpettacoliNEWS, « Per D’Annunzio il profumo è tutto e tutto è nel profumo. la mostra », sur www.spettacolinews.it (consulté le )
  4. « Hope rises even as Venice sinks », sur au.news.yahoo.com (consulté le )
  5. (it) « A Venezia il Museo del profumo - Panorama », sur Panorama, https://plus.google.com/+panoramait (consulté le )
  6. a et b « Venezia nel '500: anche in questo campo era regina » (consulté le )
  7. (it) « Tra moda e profumo | MAVIVE | Fondazione Musei Civici di Venezia | MUVE », sur Fondazione Musei Civici di Venezia | MUVE (consulté le )
  8. Liza Foreman, « In Venice, a New Perfume Museum », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  9. « UNE HISTOIRE D'AMOUR | N°5 CULTURE CHANEL », sur N°5 CULTURE CHANEL (consulté le )
  10. « VISITE | N°5 CULTURE CHANEL », sur N°5 CULTURE CHANEL (consulté le )

Liens externesModifier