Northern soul

style de musique apparenté à la Soul, originaire du nord de l'Angleterre à la fin des années 1960
Northern soul
Origines stylistiques Soul, rhythm and blues, gospel
Origines culturelles Royaume-Uni
Instruments typiques Instruments à cordes, guitare, chant
Popularité Élevée à la fin des années 1960
Voir aussi Motown Records, skinhead

Genres dérivés

Modern soul, Madchester

Le[N 1] northern soul, ou rare soul, est un genre musical ayant émergé à la fin des années 1960 au Royaume-Uni[1], et popularisé au cours des années 1970.

L'expression northern soul est aussi parfois utilisée, à tort, pour désigner la soul du Nord des États-Unis, essentiellement représentée par la ville de Détroit et son label Motown, par opposition à la southern soul du Sud des États-Unis.

HistoireModifier

Dénommée à l'origine rare soul, la northern soul, issue d'un mouvement né dans le Nord de l'Angleterre, d’où son nom de baptême, tire en fait ses racines de la musique soul américaine.

À la fin des années 1960, après des années de gloire, la furie Tamla et Motown commence à décliner et de nouveaux styles musicaux émergent alors (funk, sweet soul, etc.), principalement sur la scène londonienne. Mais les soul fans et les clubs du nord de l’Angleterre persistent à vouloir n’écouter que du son des années 1960 traditionnels, plus proche du « Motown sound » des origines que des productions d’alors. Les DJs se tournent alors vers des titres différents mais avec ce « beat » insistant et particulier qui caractérise la northern soul[2]. C'est ainsi qu'ils commencent à découvrir de plus en plus de « nouveaux » morceaux répondant à ces caractéristiques et qu'ils deviennent les véritables stars de cette scène musicale naissante.

En réalité, le terme « nouveaux » est anachronique car il s’agit souvent de morceaux déjà sortis aux États-Unis quelques années auparavant et ayant fait un bide commercial (souvent faute de promotion plus que par manque de qualité). Il ne manque plus qu’un nom à cette tendance musicale qu'en 1970, Dave Godin, journaliste musical plus qu’influent baptise « northern soul »[3]. Après avoir épuisé toutes les sorties britanniques, les DJ et vendeurs commencent à écumer les États-Unis et à importer des originaux américains (45 tours) en masse afin de satisfaire un public toujours plus exigeant et prêt à se déplacer pour découvrir ces trouvailles lors des « allnighters », ces soirées « toute la nuit » et organisées aux quatre coins du pays dans des salles de bal des années 1920 souvent décrépites, ou dans des arrière-salles de pubs.

CultureModifier

Le Twisted Wheel à Manchester, le Torch à Stoke-on-Trent, les Catacombs à Wolverhampton, le Mecca de Blackpool et surtout le Wigan Casino à Wigan attirent ainsi des dizaines de milliers de fans tout au long des années 1970[2], le Wigan Casino comptant, à son apogée, plus de 100 000 membres. Il se crée ainsi une véritable sous-culture, avec son identité, ses lieux et ses rencontres. Le magazine Thump rapproche cette structuration de la culture gabber, vingt ans plus tard. L'usage d'amphétamines par les allnighters est également rapproché de la consommation d'extasy par les gabbers[4].

InfluencesModifier

La northern soul influence une grande partie de la scène musicale britannique durant de nombreuses années, avec notamment Paul Weller[5] des Jam, Soft Cell, dont les deux succès (What[6] et Tainted Love[7]) ne sont en fait que des reprises de soul de Judy Street et de Gloria Jones. C'est également le cas du titre Come On Eileen des Dexys Midnight Runners, dont le thème est repris de A Man Like Me de Jimmy James and the Vagabonds, à l'instar d'autres morceaux du groupe. Pete Waterman[8] du trio de producteurs des années 1980, Stock Aitken Waterman, lui-même ancien DJ de northern soul, fait enregistrer un autre classique, Time Will Pass You By de Tobi Legend par Kylie Minogue.

Le cinéma s'empare de ce sujet à son tour, avec deux films britanniques. Tout d'abord, Soulboy (en), sorti en 2010[9], puis le film d'Elaine Constantine, tout simplement baptisé Northern Soul, sorti en 2014[10].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'usage hésite entre masculin et féminin.

RéférencesModifier

  1. (en) David Nowell The Story of Northern Soul, p. 79 Anova Books, 1999, (ISBN 1907554726), consulté le 11 mai 2014.
  2. a et b Alexandre Gimenez-Fauvety, « Dance to the Music #1 : Northern Soul », sur Section26.fr, (consulté le 2 juillet 2020)
  3. Roberts 2000, p. 13
  4. (nl) Eric De Man, « Northern soul was de gabber van de jaren zeventig », Thump - en ligne,‎ (lire en ligne).
  5. Roberts 2000, p. 393
  6. Roberts 2000, p. 39
  7. Roberts 2000, p. 40
  8. Roberts 2000, p. 361 ; 393
  9. Laurent Rigoulet, « La fièvre de la Northern Soul », sur www.telerama.fr, Télérama, (consulté le 17 juin 2015)
  10. Georgia Rose, « La Northern Soul ou l’origine de la club culture anglaise », sur www.vice.com, Vice, (consulté le 17 juin 2015)

AnnexesModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

  • (en) Neil Rushton, Northern Soul Stories: Angst and Acetates, Soulvation, (ISBN 978-0-9564569-1-5)
  • (en) Mike Ritson and Stuart Russell, The In Crowd: The Story of the Northern & Rare Soul Scene, Volume 1, Bee Cool, (ISBN 0-9536626-1-6)
  • (en) David Nowell, Too Darn Soulful: The Story of Northern Soul, Robson Books, (ISBN 1-86105-431-9)  
  • (en) Andy Wilson, Northern Soul: Music, Drugs and Subcultural Identity, Willan Publishing, (ISBN 1-84392-208-8)
  • (en) Keith Rylatt and Phil Scott, CENtral 1179: The Story of Manchester's Twisted Wheel Club, Bee Cool, (ISBN 0-9536626-3-2)
  • (en) Russ Winstanley and David Nowell, Soul Survivors: The Wigan Casino Story, Robson Books, (ISBN 1-86105-126-3)
  • (en) Kev Roberts, The Northern Soul Top 500, (ISBN 0-9539291-0-8)  
  • (en) Reg Stickings, Searching For Soul, SAF Publishing, (ISBN 978-0-946719-87-7)
  • (en) Bill Brewster and Frank Broughton, Last Night a DJ Saved My Life: The History of the Disc Jockey, New York, Grove Press, (1re éd. 1999) (ISBN 0-8021-3688-5)
  • (en) Dave Haslam, Adventures on the Wheels of Steel: the rise of the superstar DJs, London, 4th Estate, (1re éd. 2001) (ISBN 1-84115-433-4)
  • (en) Paolo Hewitt, The Soul Stylists: Forty Years of Modernism, Mainstream Publishing, (ISBN 1-84018-228-8)
  • (en) Andy Blackford, Disco Dancing Tonight, Octopus Books Ltd, (ISBN 9780706410198)

Liens externesModifier