Nikāya, terme pāli et sanskrit, désigne les sections des corpus canoniques de suttas hinayana, dont le seul exemple complet de nos jours est le Sutta Pitaka du canon pali[1]. Les pratiquants du mahayana utilisent souvent le terme sanskrit āgama comme synonyme de nikāya, bien qu’en toute rigueur les agamas n’englobent qu’une partie du Sutta Pitaka.

Dans le courant theravada, c’est aussi un terme honorifique pour désigner une secte, un ordre ou un groupe de moines.

Le terme bouddhisme nikaya ou bouddhisme des nikaya désigne selon le contexte le bouddhisme ancien ou le bouddhisme hinayana. Il tend aussi à répandre pour désigner l'ensemble des écoles qui constituaient cette voie[2].

RéférencesModifier

  1. (en) Robert E. Buswell Jr & Donald S. Lopez Jr, The Princeton dictionary of buddhism, Princeton, Princeton University Press, (ISBN 0691157863), page 585.
  2. Bernard Faure, Le bouddhisme, tradition et modernité, Paris, Le Pommier, , 216 p. (ISBN 978-2746-51055-5), p. 35

SourceModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier