Ouvrir le menu principal

Nicolas Mahler

auteur et dessinateur de bandes dessinées
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahler (homonymie).
Nicolas Mahler
VIS - Vienna Independent Shorts 2014 Stadtkino Künstlerhaus Nicolas Mahler.jpg
Nicolas Mahler (2014)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Nicolas Mahler, né en 1969 à Vienne, est scénariste et dessinateur de bande dessinée autrichien.

Sommaire

BiographieModifier

Né en 1969 à Vienne, en Autriche, où il vit toujours, Nicolas Mahler est l'un des rares dessinateurs de langue allemande qui émerge dans le milieu exigeant des strips (histoires courtes, de quelques cases, en général trois, souvent humoristiques et publiées dans la presse).

Après des débuts prometteurs dans les années 1990, il ouvre en 2003 le Kabinett für Wort und Bild dans le quartier des musées viennois pour promouvoir son mode d’expression.

Aujourd’hui, cet auteur a publié près de 30 livres, livrets et cahiers, ainsi que des dessins dans des magazines chez des éditeurs du monde entier. De plus en plus reconnu dans le milieu francophone, ses livres sont édités en France (L’Association, L’Ampoule) et au Québec (La Pastèque). Son travail apparaît régulièrement dans les revues Lapin, Galago (Suisse), Spoutnik et Strapazin.

Certaines de ses œuvres ont, en outre, fait l’objet de films ou de mises en scène. Sa série Flaschko a ainsi été adaptée en dessin animé et montrée dans plusieurs festivals de films en Europe. Elle fait aussi l’objet d’un spectacle mis en scène par Marc Feld et été jouée à l’Espace Jean Legendre en 2008 pour la première fois en France. Enfin, sa bande dessinée Kratochvil a été montée en spectacle par une troupe suisse et tourne en France, en Autriche et en Suisse.

Prix du meilleur album 2006 au salon de la bande dessinée d'Erlangen pour Das Unbehagen, Nicolas Mahler est désormais un auteur-dessinateur reconnu.

ŒuvreModifier

Un univers foisonnantModifier

Avec ses personnages au long nez, sans oreilles, sans bouche ni yeux, Nicolas Mahler dépeint l’essence même de l’humanité, réduite à sa plus simple expression. Ce trait minimaliste, proche de la caricature, donne un caractère grotesque aux personnages de son univers et relève, à l’aide d’un humour incisif, les absurdités et bizarreries de la vie quotidienne. L’auteur maîtrise l’art de la suggestion qui contribue à renforcer l’effet comique recherché, un humour auquel se mêle d’ailleurs souvent la poésie. Il part du principe que le lecteur ne doit pas être détourné de l’essentiel par quelques tours artistiques. Mais ne nous y trompons pas : conjuguer sobriété et efficacité n’est pas donné à tout le monde. Héros de western, pilote de course, icône de film d’horreur, simple employé de bureau perdu dans une forêt déserte (Kratochvil) ou homme dans une couverture chauffante (Flaschko), les héros ou plutôt anti-héros de Nicolas Mahler sont pour le moins variés. Ils ont pourtant un point commun : tous trahissent l’absurdité et l’ironie de l’existence, comme dans les univers de Kafka, Beckett ou de Reiser. À mi-chemin entre le pur divertissement et le noble art, ces dessins nous confrontent à nos propres solitudes et certitudes de vie.

Un quotidien revisitéModifier

Kratochvil fut d’abord publié dans un grand quotidien allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, puis traduit et publié en français en 2002. Il a enfin été transposé sur scène par le Figurentheater Vagabu de Bâle en 2003 avec deux marionnettistes manipulateurs d’objets et un conteur musicien dans une mise en scène de Marc Feld. Kratochvil, c’est un employé de bureau ventru qui semble avoir été croisé avec un oiseau au long bec, qui se réveille un jour au beau milieu d’une forêt sans savoir ni comment ni pourquoi il est là. Immédiatement, on comprend que d’habitude son univers est l’usine. Quel sens peut-il alors donner à ce qui lui arrive ? Les interrogations métaphysiques du héros, laissées sans réponse, sont libres d’interprétation… Le second héros, Flaschko, est une sorte de vieux garçon, qui vit toujours chez sa mère, assis jours et nuits devant la télévision et enveloppé dans une couverture chauffante d’où ne dépasse que sa tête. Sa mère, à l’occasion de régulières apparitions, tente par tous les moyens de déloger son fils. Nous assistons alors à une série de petits mélodrames entre un fils ingrat et une mère indigne, membre des « Alcooliques Anonymes ». Les dialogues laconiques dévoilent ici un humour ravageur.

Le 9e art sans Mme GoldgruberModifier

Dans L’Art selon madame Goldgruber (l’Association), dont le 2e opus (L’Art sans Mme Goldgruber) est sorti en France en 2008, Nicolas Mahler représente, en images, la méconnaissance et l’incompréhension des fonctionnaires autrichiens du fisc vis-à-vis de son travail. « Le taux d’imposition auquel sont soumis les auteurs de bandes dessinées peut-il être celui affecté aux artistes ? », se demandent ces derniers. Avec cet essai autobiographique, l’auteur traite plus généralement, et avec toujours ce même humour piquant, de l’énergie qu’il dépense pour franchir le mur d’incompréhension dressé quotidiennement devant lui. En effet, la bande dessinée -a fortiori les strips- est un art qui a mis du temps à acquérir ses lettres de noblesse. Contemporaine de la photographie, ce 9e art participe pourtant pleinement elle aussi à l’émergence de notre société de l’image. Au sein de la bande dessinée, les strips, quant à eux, se présentent sous la forme de bandes de quelques images, souvent trois, qui exigent une narration et une temporalité concises, un format particulier généralement utilisé dans la presse quotidienne. Nicolas Mahler dessine d’ailleurs régulièrement pour des journaux autrichiens, allemands et suisses.

PublicationsModifier

  • Lone Racer, L'Association, coll. « Mimolette », 1999.
  • TNT, L'Association, coll. « Patte de mouche », 1999.
  • Histoire sans titre dans le Comix 2000, L'Association, 1999, p, 1099-1106.
  • Boring Bob Action Man, B.ü.L.b comix, 2000.
  • Emmanuelle's last flight, L'Association, coll. « Patte de mouche », 2001.
  • Lame Ryder, L'Association, coll. « Mimolette », 2001.
  • Désir, La Pastèque, 2001. Prix du meilleur album humoristique aux German Independant Comic Award 2002.
  • In cold blood, B.ü.L.b comix, 2001.
  • Kratochvil, L'Association, coll. « Côtelette », 2002.
  • Planète Kratochvil, L'Association, coll. « Patte de mouche », 2002.
  • Le labyrinthe de Kratochvil, La Pastèque, 2002.
  • Flaschko, L'Association, coll. « Éperluette » :
  1. Flaschko, 2003.
  2. Flaschko 2, 2007.
  • Les souffrances du jeune Frankenstein, L'Ampoule, 2003.
  • Dick Boss Anthology, B.ü.L.b comix, 2003.
  • Shitty Art Book, La Pastèque, 2003.
  • Bad Job, La Pastèque, 2004.
  • Série Z, L'Association, coll. « Mimolette », 2004.
  • Le parc, La Pastèque, 2004.
  • Le cauchemar, Bréal, 2004.
  • « Sport », dans L'Abécédaire, L'Égouttoir, 2005.
  • L'art selon madame Goldgruber, L'Association, coll. « Éprouvette », 2005.
  • Mystery Music, L'Association, coll. « Patte de mouche », 2006.
  • Poèmes, La Pastèque, 2007.
  • Longueurs et retranchements, L'Association, coll. « Patte de mouche », 2007.
  • L'art sans madame Goldgruber, L'Association, coll. « Éprouvette », 2008.
  • Spam, L'Association, 2009. Cadeau réservé aux adhérents.
  • Secret Identities, La Pastèque, 2009.
  • Engelman, L'Association, coll. « Ciboulette » :
  1. L'Ange déchu, 2011.
  • « Sexy Sea », dans Carton, La Pastèque, 2011, p. 19-26.
  • Pornographie et Suicide, L'Association, coll. « Éprouvette », 2013. (Pornografie und Selbstmord, 2010.)
  • Alice dans le Sussex, L'Association, 2018 - Sélection officielle du Festival d'Angoulême 2019.

Il a participé à des revues telles que Lapin, Oubapo, L'Éprouvette, L'Horreur est humaine et Spoutnik.

ExpositionModifier

RécompensesModifier

  • 2004 :   Prix Max et Moritz de la meilleure publication locale de bande dessinée pour Das Unbehagen
  • 2008 :   Prix Max et Moritz du meilleur comic strip Flaschko
  • 2010 :   Prix Max et Moritz du meilleur auteur germanophone de bande dessinée, pour l'ensemble de son œuvre

RéférencesModifier

AnnexesModifier