Ouvrir le menu principal

Nga Pulu

montagne de Papouasie, en Indonésie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nga et Pulu (homonymie).

Nga Pulu
Vue du versant sud du Nga Pulu (calotte neigeuse à droite) et du Sumantri (pic rocheux au centre) depuis le sommet du Puncak Jaya (photo de Christian Stangl).
Vue du versant sud du Nga Pulu (calotte neigeuse à droite) et du Sumantri (pic rocheux au centre) depuis le sommet du Puncak Jaya (photo de Christian Stangl).
Géographie
Altitude 4 862 m[1],[2]
Massif Chaîne de Sudirman (monts Maoke)
Coordonnées 4° 04′ 04″ sud, 137° 11′ 18″ est
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Province Papouasie
Kabupaten Mimika, Puncak Jaya
Ascension
Première 5 décembre 1936 par Anton Colijn, Jean-Jacques Dozy et Fritz Wissel[3],[4]
Géologie
Type Volet synclinal perché

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Nga Pulu

Le Nga Pulu ou Ngga Pulu[2] est une montagne située sur l'île de Nouvelle-Guinée, en Indonésie. Elle se situe à proximité du Puncak Jaya et son sommet est, après celui-ci, le second plus haut de Nouvelle-Guinée occidentale. Le glacier Meren se trouve à son sommet. Elle a été gravie pour la première fois en 1936 par une expédition menée par Anton Colijn, qui pense qu'il s'agit du plus haut sommet des Indes orientales néerlandaises, et lui donne une altitude de 5 030 m[5]. L'expédition australienne de 1971-1973 obtint elle une altitude à environ 4 862 m[6]. Mais la comparaison avec plusieurs mesures de mêmes points montrent une erreur systématique d'environ 125 m des mesures de 1936, qui peut être attribuée à leur dépendance de mesures barométriques. La différence de mesure de l'altitude du Nga Pulu est sensiblement plus grande, ce qui indique la possibilité que ce sommet se soit abaissé d'environ 45 m entre 1936 et 1973 du fait de la fonte de sa calotte sommitale[7]. À environ 4 907 m d'altitude il aurait dépassé les altitudes actuelles du Sumantri et du Puncak Jaya.

Vue aérienne du Nga Pulu (centre gauche) et du Puncak Jaya (à droite, dégagé des glaces) en 1972.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Carstensz Pyramid - Accueil » (consulté le 27 avril 2009)
  2. a et b (en) (en) Geoffrey S. Hope, James A. Peterson, Ian Allison et Uwe Radok, Carstensz Glacier Area, Irian Jaya, Rotterdam, A.A. Balkema, , 1 p. (lire en ligne)
  3. [PDF] Philippe Temple, Mountains of the White Arrow
  4. A.H. Colijn, « The Carstensz Massif », Alpine Journal,‎ , p. 177-189 (lire en ligne)
  5. Dr A.H. Colijn, Naar de eeuwige sneeuw van tropisch Nederland: de bestijging van het Carstenszgebergte in Nederlandsch Nieuw Guinee, Amsterdam, Scheltens & Giltay, 1937 - voir la carte de Jean Jacques Dozy
  6. G.S. Hope, J.A. Peterson, I. Allison et U Radoc (eds), The Equatorial Glaciers of New Guinea : Results of the 1971-1973 Australian Universities' Expeditions to Irian Jaya: Survey, Glaciology, Meteorology, Biology and Palaeoenvironments, Taylor & Francis, 1976, p. 21 [lire en ligne] - voir la carte de A.A. Balkema
  7. G.S. Hope, J.A. Peterson, I. Allison et U Radoc (eds), The Equatorial Glaciers of New Guinea : Results of the 1971-1973 Australian Universities' Expeditions to Irian Jaya: Survey, Glaciology, Meteorology, Biology and Palaeoenvironments, Taylor & Francis, 1976, p. 22

BibliographieModifier

  • A. H. Colijn, Naar de eeuwige sneeuw van tropisch Nederland: de bestijging van het Carstenszgebergte in Nederlandsch Nieuw Guinee, Scheltens & Giltay, 1937
  • A. H. Colijn, « New Guinea: ascent of Carstensz Peak », Alpine Journal, vol. 49,‎ , p. 102 (lire en ligne)