Ouvrir le menu principal

Le Ngöndro (tibétain : སྔོན་འགྲོ, sngon 'gro, « préliminaires ») est un ensemble de pratiques commune aux quatre écoles de la branche Vajrayana du bouddhisme tibétain et au bön. Les pratiques qui le constituent sont dites préliminaires car elles ont pour objectif de préparer aux exercices méditatifs ultérieurs : pratiques du Dzogchen, de Hérouka, de la Mahamoudra.

Les Ngöndros sont au nombre de cinq pratiques qui se succèdent :

  1. Prosternations et prise de refuge en les Trois Joyaux pour purifier l’orgueil
  2. Développement de la bodhicitta pour purifier la jalousie
  3. Récitations du mantra de Dordjé Sempa (en sanscrit : Vajrasattva) pour purifier la haine et l’aversion
  4. Offrande du mandala pour purifier l’attachement
  5. Pratiques du Gourou Yoga pour purifier les illusions

Chacune de ces pratiques Ngöndros doit être accumulée 111 111 fois par le pratiquant. Comme la prise de refuge est récitée pendant les prosternations, elle est également accumulée. C'est pourquoi on parle de cinq Ngöndros.

À l’origine, le Ngöndro était une pratique gardée secrète : au xxe siècle, seuls des explorateurs du Tibet comme Alexandra David-Néel ou Heinrich Harrer étaient au courant de son existence. La situation a changé avec l’essor du bouddhisme en occident et l’ouverture de monastères au public dans des pays comme le Bhoutan, l’Inde, le Népal. Cependant, il est de coutume d’affirmer qu’une connaissance livresque n’apporte pas de mérites, contrairement à l’expérience d’une transmission auprès d’un maitre.