Juniper Networks

Entreprise américaine multinationale de technologie
(Redirigé depuis Netscreen)

Juniper Networks
logo de Juniper Networks
illustration de Juniper Networks

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés  : Création
Fondateurs Pradeep Sindhu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action NASDAQ : JNPR
Slogan The New Network Is Here
Siège social Sunnyvale, Californie
Direction Rami Rahim depuis 2014
Actionnaires voir liste détaillée
Activité Télécommunications
Produits Routeurs, Pare-feu, Détection d'intrusion, Voip, VPN SSL
Effectif 9 419 fin 2019
Site web www.juniper.net

Capitalisation 5 830 millions USD en mars 2020
Chiffre d'affaires 4 445 millions USD en 2019
Résultat net 345 millions USD en 2019[1]

Fondée en 1996, Juniper Networks est une société américaine spécialisée en équipements de télécommunication. Elle produit des solutions de réseau et de sécurité. En partenariat avec Ericsson et Siemens AG, elle fournit des solutions réseau sur IP/MPLS.

HistoireModifier

Juniper a été fondée par Pradeep Sindhu, Dennis Ferguson, et Bjorn Liencres en en Californie. Son siège social est déplacé en mars 1998 dans le Delaware. Juniper fait son introduction en bourse sur le NASDAQ le .

Juniper a depuis acquis un certain nombre d'entreprises :

  • Unisphere Networks, une filiale de Siemens, en pour 585 millions de dollars.
  • NetScreen Technologies en pour 3,4 milliards de dollars.
  • Nexsi Systems (la propriété intellectuelle de la société)
  • Kagoor en pour 65,7 millions de dollars.
  • Redline and Peribit Networks en pour 337 millions de dollars.
  • Acorn Packet Solutions en pour 8,7 millions de dollars.
  • Funk Software en pour 122 millions de dollars.
  • Trapeze Networks en pour 152 millions de dollars.
  • Contrail Systems en pour 176 millions de dollars

Principaux actionnairesModifier

Au 23 mars 2020[2].

Dodge & Cox 14,9%
The Vanguard Group 11,7%
Marsico Capital Management 5,70%
Ivy Investment Management 5,67%
SSgA Funds Management 4,81%
Friess Associates 4,11%
First Trust Advisors 2,97%
Capital Research & Management 2,72%
BlackRock Fund Advisors 2,70%
JANA Partners LLC 2,65%

Gamme de produitsModifier

Les produits de Juniper sont composés des familles de routeurs T, M, E et J et du système SDX Service Deployment System.

  • T-series sont de gros routeurs de backbone (Tera Router).
  • M-series sont des routeurs multiservice de bord de réseau (Multiservice Router).
  • E-series sont des routeurs de bord servant généralement à l'agrégation (Edge Router).
  • J-Series sont de petits CPE.
  • NetScreen et la série SSG sont des firewalls matériel.
  • Secure Access passerelles de VPN SSL.
  • IDP pour la détection et la prévention d'intrusion.
  • VF-series Session Border Controllers.
  • WX and WXC - series accélérateurs WAN.
  • DX-series accélérateurs d'applications.
  • UAC Unified Access Control.
  • EEE/802.1X RADIUS, 802.1X.
  • WLC et WLA gamme de contrôleurs et bornes WiFi (à la suite du rachat de Trapeze Networks)

Les routeurs de la série E utilisent le système d'exploitation JUNOSe. Ils ont été développés par la société Unisphere acquise par Siemens en 2002.

Les routeurs de séries M, T, et J utilisent une architecture logiciel commune et le système d'exploitation JUNOS.

Les séries E, M et T utilisent des ASIC pour la commutation de paquets. Ils peuvent ainsi servir de terminaux pour de multiples fibres optiques. La série J regroupe des routeurs moins performants mais supporte tout de même des lignes de débits égaux ou inférieurs au DS3 (45 Mbit/s). Cette ligne de produit cible les entités déportées de grosses entreprises et les équipements client de fournisseurs de services. À l'automne 2006, la série J s'est étoffée d'une nouvelle gamme de modules permettant d'améliorer les performances particulièrement avec les nouveaux usages WAN (par exemple des cartes de services d'encryption). Dans la même annonce, Juniper indique qu'il coopère avec la société Avaya pour intégrer sa solution de téléphonie IP dans les routeurs de la série J.

Les pare-feu NetScreen et les Secure Services Gateways (SSG Series) utilisent le système d'exploitation ScreenOS. Ces machines possèdent des capacités de pare-feu et de chiffrement VPN matériel. Le pare-feu propose aussi des systèmes anti-virus et anti-intrusion pour décharger les matériels internes dans le LAN.

Les produits Secure Access fournissent des VPN basés sur SSL pour des utilisateurs distants. Ce produit a été créé par Neoteris que NetScreen a acquis avant son rachat par Juniper.

Les produits IDP permettent la détection et l'interception de trafic réseau malicieux en utilisant une analyse par état.

La gamme des routeurs MModifier

L'historique des routeurs dans la gamme M :

  • M40,
  • M20,
  • M160,
  • M7i,

En 2007, cette gamme vise les applications suivantes :

  • M5 : petit point de présence, gros bureaux ;
  • M7i : idem et CPE managé ;
  • M10 : pour des points de présence plus important, la version M10i offre une redondance des cartes CPU et d'alimentations ;
  • M20 et M40e : points de présence importants ;
  • M120 : Grande performance allant jusqu'à 120 Gbit/s et supportant les nouveaux services IP convergés ;
  • M160 et M320 : cœurs de réseau internet, ce dernier supportant 320 Gbit/s au total.

Tous ces routeurs utilisent le même système d'exploitation (JunOS), ainsi les fonctionnalités sont identiques dans toute la gamme, les services proposés homogènes et les coûts d'exploitation réduits. La différence réside dans la capacité du fond de panier et du nombre de cartes enfichables.

Le M7i reprend le large éventail de cartes PIC disponibles pour les M5 et M10. Il comporte 4 ports pour accueillir ces cartes. Le M10i comporte deux routing engine et 8 ports, il comporte une carte HCM (High-Availability Chassis Manager) permettant de retirer des cartes à chaud.

Ces deux routeurs utilisent des cartes nommées 'Routing Engine' (1 sur le M7i, 2 sur le M10i). Cette carte comporte le disque dur et le processeur, il en existe de deux types nommées d'après la vitesse du processeur embarqué :

RE-400 RE-850
CPU Celeron 400 MHz Celeron 850 MHz
Mémoire 256,512,768 Mo 1 536 Mo
Carte flash 256 Mo (option) 256 Mo (série)
Disque dur 20/30 Go 20 Go

Ces cartes peuvent aussi avoir un slot PCMCIA Flash en option.

La gamme des routeurs JModifier

La série J est sortie fin 2004, elle marque la volonté de Juniper de s'ouvrir au marché des entreprises manipulant moins de données. En effet, Juniper propose une interface de configuration web : JWEB (plus tard étendue en option aux routeurs de la série M).

Cette série utilise des processeurs standards et n'ont pas d'ASIC. Ainsi, le processeur gère les tables de services ET la commutation.

Les routeurs proposés sont (en 2007):

  • J2300 (1U)
  • J4350
  • J6350

Ces deux derniers routeurs remplacent les précédents J4300 et J6300 avec de nouveaux processeurs permettant de multiplier par quatre leurs performances. Ils sont similaires.

Le J2300 occupe 1U et ne propose pas d'espace pour enficher des cartes supplémentaires. Les J4350 et J6350 font 2U, ils permettent d'enficher 6 cartes et sont livrés de base avec 4 ports Giga en façade. Les cartes disponibles pour cette série sont des PIM :

  • 4 ports fast ethernet
  • 1 port giga ethernet cuivre
  • 1 port giga ethernet SFP (optique)

Le J6350 comporte 1 Go de RAM extensible à 2 Go, il dispose d'une CompactFlash de 256 Mo. On peut lui adjoindre une carte dédiée à l'encryption.

SécuritéModifier

Le système d'exploitation ScreenOS qui équipe la gamme NetScreen, contenait du "code non autorisé" découvert lors d'un audit de sécurité effectué en 2015 par Juniper. Il est présent depuis 2008 dans la version 6.2 de ScreenOS et provoque des vulnérabilités permettant de gagner les droits administrateurs, l'accès à la configuration de l'équipement et de déchiffrer les connexions VPN[3]. Juniper a publié un correctif pour ses clients. Toutefois, selon le chercheur en sécurité Ralf-Philipp Weinmann, le constructeur n'a pas corrigé l'intégralité des failles et est suspecté de continuer à exploiter une porte dérobée qu'il aurait inséré volontairement. Juniper a utilisé l'algorithme de chiffrement Dual_EC_DRGB créé par la NSA, qui n'est pas considéré comme sûr[4].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.zonebourse.com/Juniper-4881/fondamentaux/
  2. Zone Bourse, « Juniper : actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 24 mars 2020)
  3. Guillaume Champeau, « Du « code non autorisé » ajoutait des failles à des firewalls et VPN Juniper - Tech - Numerama », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2017)
  4. Guillaume Champeau, « La grave faille de sécurité sur les routeurs Juniper est bien liée à la NSA - Tech - Numerama », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2017)

SourcesModifier

  • Formation MPLS/VPN sur Juniper, CSSI, Alain Briant, 2006-2007

Liens externesModifier