Ouvrir le menu principal

Classe Algol
Image illustrative de l’article Classe Algol
Le SS Regulus (T-AKR-29)
Caractéristiques techniques
Type Navire roulier
Longueur 946,2 pieds (288,4 m)
Maître-bau 106 pieds (32,3 m)
Tirant d'eau 37 pieds (11,3 m)
Déplacement 55 350 tonnes
Propulsion 2 Foster Wheeler timbrées à 61,6 kg/cm3 et surchauffe 507°, 2 hélices
Puissance 120 000 ch (89,5 MW
Vitesse 33 nœuds (61,1 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 43 civils, 12 techniciens militaires (équipage complet) ou 18 civils (équipage réduit)
Histoire
Constructeurs Rotterdamsche D.D.Mij N.V., Rotterdam, Pays-Bas

Rheinstahl Nordseewerke, Emden, Allemagne de l'Ouest
AG Weser, Brême, Allemagne

Période de
construction
1972 - 1973
Navires en activité 8

Les navires de la classe Algol, connus aussi sous le nom de navires de transport rapide ou Fast Sealift Ships en anglais ou FL-7, sont des navires cargo de la National Defense Reserve Fleet des États-Unis. Ils sont actuellement parmi les cargos les plus rapides au monde[1], avec des vitesses pouvant dépasser les 30 nœuds mais avec une vitesse de croisière affichée de 27 nœuds.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
L’Algol en 1984.
 
Chars M60 de la Army National Guard en cours d'embarquement sur l'USNS Antares (T-AKR-294) en 1986 lors d'un exercice de déploiement de renforts vers l'Europe.

Ils furent construits en 1972 et 1973, comme porte-conteneurs de grande vitesse de la classe FL-7, pour la compagnie Sea-Land Service Inc., dans les chantiers navals de Rotterdamse DDM, à Rotterdam, aux Pays-Bas, Rheinstahl à Emden et AG Weser à Brême, en Allemagne de l'Ouest.

Avec la crise pétrolière, leur coût d'exploitation élevé limita leur profitabilité. L'ensemble des 8 navires fut acquis par l'US Navy en 1981, 1982, et 1986 pour le dernier navire reconverti, équipé et livré au Military Sealift Command. La transformation des navires comprenait l'installation de quatre grues, une capacité RORO, une nouvelle conception des cales pour faciliter le stockage des véhicules.

À cause, en grande partie, de leur consommation de carburant élevée, tous les Fast Sealift Ships sont maintenus en réserve, mais peuvent être activés et préparés pour naviguer en 96 heures, le premier en 48 heures.

Actuellement (décembre 2008), tous les FSS sont basées dans des ports américains de la côte Est ou du golfe du Mexique.

Le , la United States Maritime Administration (MARAD) a commencé à exploiter les huit FSS. Le transfert de propriété à la MARAD a eu lieu le , et ces navires ont perdu leur désignation USNS.

ServiceModifier

Les 8 navires prirent part aux opérations de la Guerre du Golfe (1990-1991), livrant 13 % de toutes les marchandises transportées entre les États-Unis et l'Arabie saoudite durant et après la guerre du golfe (avec une panne majeure de l'un d'entre eux en Atlantique, obligeant à le remorquer en Espagne). Des Fast sealift ships ont aussi pris part aux opérations Restore Hope en Somalie, opération Joint Guardian, au Kosovo, Enduring Freedom suite aux attentats du 11 septembre et à la guerre d'Irak en plus de missions humanitaires à travers le monde.

L'équipage de chaque navire en service est composé de 42 civils de la marine marchande américaine employés par une société contractante du Military Sealift Command. Chaque navire peut embarquer 12 personnels de l’US Army dont la tâche est de s'assurer que le cargo est en conditions opérationnelles, aucun personnel de l’US Navy n'est embarqué à bord[2].

CaractéristiquesModifier

 
L’Algol et le Bellatrix dans un des ports du Koweït en 2004 pendant la guerre d'Irak.

L'ensemble des 8 navires peut transporter, par exemple, la quasi-totalité de la 24e division d'infanterie mécanisée américaine (soit 90 000 tonnes de matériel). Le chargement typique de la flotte des FSS peut comporter plus de 700 véhicules tels que des chars M1 Abrams, des véhicules de combats M2 Bradley et des camions citernes. Par comparaison, 116 Liberty ship de la Seconde Guerre mondiale auraient été nécessaires pour transporter le même tonnage sur une même période pendant la guerre du Golfe de 1990/1991.

Les installations comportent quatre grues (deux de 35 tonnes au milieu, deux de 50 t à l'arrière) ; une rampe à bâbord, une à tribord à manœuvre hydraulique (largeur : 10 mètres, hauteur : 4 m) avec possibilité d'ajouter des rallonges ; deux rampes amovibles de 25 m de long stockées sur le pont et mises en place par les grues ; des rampes internes permettant le mouvement des véhicules (rampes fixes sauf celle donnant accès à la plate-forme hélicoptère).

Ces 8 navires emportent huit « Sea Sheds » de 10,5 m pour le transport de matériel roulant hors gabarit intérieur ; 73 allèges ; 46 conteneurs de 20 pieds.

Ils disposent de deux radars de navigation Raytheon (TM 1650/6 X et 1660/12 S) et du système de transmissions par satellite Inmarsat.

Les formes de coque varient légèrement selon les bâtiments.

Ils ne disposent d'aucun armement[3] en temps de paix.

Liste des naviresModifier

Nom du navire Ancien nom Chantier naval Mise en service Acquisition par l'US Navy
SS (ex-USNS) Algol (T-AKR-287) MV Sea-Land Exchange Rotterdamse DDM, Rotterdam 7 mai 1973 13 octobre 1981
SS (ex-USNS) Bellatrix (T-AKR-288) MV Sea-Land Trade Rheinstahl, Emden 6 avril 1973 13 octobre 1981
SS (ex-USNS) Denebola (T-AKR-289) MV Sea-Land Resource Rotterdamse DDM, Rotterdam 4 décembre 1973 27 octobre 1981
SS (ex-USNS) Pollux (T-AKR-290) MV Sea-Land Market AG Weser, Brême 20 septembre 1973 16 novembre 1981
SS (ex-USNS) Altair (T-AKR-291) MV Sea-Land Finance Rheinstahl, Emden 17 septembre 1973 5 janvier 1982
SS (ex-USNS) Regulus (T-AKR-292) MV Sea-Land Commerce AG Weser, Brême 30 mars 1973 27 octobre 1981
SS (ex-USNS) Capella (T-AKR-293) MV Sea-Land McLean Rotterdamse DDM, Rotterdam 4 octobre 1972 16 avril 1982
SS (ex-USNS) Antares (T-AKR-294) MV Sea-Land Galloway AG Weser, Brême 27 septembre 1972 16 avril 1982

Notes et référencesModifier

  1. Sur les pages Military Analysis Network du site de la Federation of American Scientists [1]
  2. Fiche sur le site du Military Shift Command
  3. The FSS are non-combatants, carry no operable weapons systems and are not weapons platforms. sur le site du Miltary Shift Command [2]

AnnexesModifier