Kumagai Naozane

militaire japonais
(Redirigé depuis Naozane Kumagai)
Kumagai Naozane
Kumagai Naozane,Ichinotani.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Yūkoku-ji (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Yūkoku-ji (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Yūkoku-ji (d), Kōmyō-ji (d), Okuno-inVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
熊谷直実Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
熊谷氏 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Kumagai Naosada (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
熊谷直家 (d)
熊谷直勝 (新庄熊谷氏初代) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Nom en religion
法力房蓮生Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits
Maître
熊谷直実・直家公墓所.jpg
Vue de la sépulture.

Kumagai Naozane (熊谷直実?, 1141-1208) était un samouraï de la fin de l'ère Heian qui doit sa célébrité à un incident de la guerre de Gempei relaté dans un passage célèbre du Heike monogatari, qui fit ensuite le sujet de pièces de théâtre nô (notamment la pièce intitulée Atsumori) et de kabuki (comme Kumagai)[1].

Le , Naozane Kumagai participe aux côtés de Minamoto no Yoritomo à la bataille d'Ichi-no-Tani[1]. Au terme d'un combat singulier demeuré l'un des plus célèbres de la guerre de Gempei, il tue le jeune Taira no Atsumori, alors âgé de seize ans, c’est-à-dire l'âge du fils que Naozane venait de perdre.

À la suite de cet événement, il devient disciple de Hōnen, puis se fait moine bouddhiste en 1192, sous le nom de Renshō[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 662.