Ouvrir le menu principal

Fondation nationale pour la science

agence indépendante du gouvernement des États-Unis, pour soutenir financièrement la recherche scientifique fondamentale.
(Redirigé depuis NSFNet)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NSF (homonymie).
Fondation nationale pour la science
NSF.svg
NSF building.jpg
Ancien bâtiment de la NSF à Ballston dans le comté d'Arlington jusqu'à 2017.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Effectif
2 100 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
France A. Córdova (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

La Fondation nationale pour la science (National Science Foundation, ou NSF) est une agence indépendante du gouvernement des États-Unis, destinée à soutenir financièrement la recherche scientifique fondamentale. Elle est l'équivalent américain du CNRS en France. La NSF fonctionne principalement par l'établissement de subventions de recherche, à des universités, des laboratoires, ou des individus (directeurs de laboratoires, chargés de recherche, ou étudiants en maîtrise ou doctorat).

Histoire et missionModifier

La NSF fut créée par le National Science Foundation Act de 1950. Sa mission déclarée est de « promouvoir le progrès des sciences ; d'améliorer la santé, la prospérité, et le bien-être nationaux ; et d'assurer la défense nationale » (To promote the progress of science; to advance the national health, prosperity, and welfare; and to secure the national defense). [1]

Certains historiens des sciences considèrent la NSF comme un mauvais compromis (forged consensus) entre différentes perceptions, incompatibles entre elles, du rôle du gouvernement fédéral des États-Unis et de l'étendue de son action. Constamment critiquée pour l'insuffisance de ses fonds, la NSF eut l'occasion de réaffirmer son rôle de principale agence gouvernementale civile pour le financement de la recherche fondamentale avec le Mansfield Amendment en 1973. Le Mansfield Amendment limite expressément le financement de la recherche fondamentale par les agences militaires, telles que la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), l'ONR (Office of Naval Research), et l'AFOSR (Air Force Office of Scientific Research), sauf pour les projets qui ont des applications militaires directes. Cet amendement fut très controversé car il réduisit une source importante de financement de la recherche fondamentale, tandis que la NSF s'avéra incapable de remplacer totalement les fonds ainsi supprimés.

ContrôleModifier

Les activités de la NSF (sauf pour ce qui relèverait de La Défense nationale) sont programmées et contrôlées sous l'égide du Comité des sciences, de l'espace et des technologies de la Chambre des représentants des États-Unis.

Domaines de recherche subventionnés par la NSFModifier

Programmes spéciauxModifier

La NSF organise divers programmes spéciaux, notamment pour tenter d'augmenter la participation aux sciences des minorités sous-représentées (femmes, personnes handicapées, Noirs-Américains, Hispaniques, Asiatiques, Amérindiens), et pour faciliter l'interaction entre recherche et éducation dès le lycée afin d'attirer un plus grand nombre d'étudiants vers les sciences.

La NSF finance également des projets spéciaux à l'échelle nationale tels que la Bibliothèque Nationale Scientifique Numérique (National Science Digital Library). Cette action est intégrée dans une réflexion plus globale sur la cyberinfrastructure, animée également par la NSF.

La NSF et la NASAModifier

Dans le domaine de l'astronomie, l'assignation d'un projet à la responsabilité de la NSF ou celle de la NASA n'est pas toujours claire. Dans la division actuelle, la NASA finance les opérations nécessitant une mise en orbite, telles que les satellites-télescopes (Hubble, Chandra et Spitzer), tandis que la NSF finance les projets au sol (IceCube, LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) ..) .

La NSF comme modèle ?Modifier

En France, l'Agence nationale de la recherche (ANR) s'inspire du fonctionnement de la NSF. La pertinence d'un tel modèle dans le contexte français est fortement remise en question par les chercheurs du collectif Sauvons la recherche[réf. nécessaire].

FlotteModifier

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • (en) David M. Hart, The Forged Consensus: Science, Technology, and Economic Policy in the United States, 1921-1953, Princeton University Press, 1998
  • Les États généraux de la recherche : 9 mars-9 novembre 2004, Tallandier Éditions, 2004

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier