Mouvement pour l'indépendance, la renaissance et l'intégration africaine

parti politique

Le Mouvement pour l'indépendance, la renaissance et l'intégration africaine (Miria) créé en 1994 par des dissidents de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj) est un parti politique malien.

HistoriqueModifier

En opposition à Alpha Oumar Konaré et Ibrahim Boubacar KeïtaModifier

Le Miria a été créé par des militants proches de Mamadou Lamine Traoré qui a quitté l’Adema-Pasj en septembre 1994 lors de la nomination du Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta à la présidence du parti présidentiel. Le secrétariat exécutif national du nouveau parti comprend 23 membres dont plusieurs anciens responsables de l’Adema-Pasj comme Mohamedoune Dicko, ancien secrétaire politique, Tiémoko Sangaré, ancien président du groupe parlementaire, Samba Sidibé, ancien ministre de l’Équipement et sept députés[1]

Le Miria se positionne dans l’opposition à la politique mené par le président Alpha Oumar Konaré et le gouvernement. Il leur reproche de ne pas avoir fait les changements nécessaires par rapport à la politique de Moussa Traoré, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé ou de l'administration[2].

Le Miria boycotte les élections législatives et présidentielle de 1997.

Un allié du président Amadou Toumani TouréModifier

En 2002, le Miria soutient la candidature d’Amadou Toumani Touré[3] et présente, pour la, première fois, des candidats aux élections législatives[4].

Aux élections communales de 2004, il fait élire environ 130 conseillers communaux[5].

Le Miria a pour la première fois deux élus à l’Assemblée nationale lors des élections législatives maliennes de 2007[6].

Le Miria a tenu son 3e congrès le . Mamadou Kassa Traoré a été élu au poste de président de ce parti[7].

2012, soutien à Ibrahim Boubacar KeïtaModifier

Le , neuf partis politiques, dont le Miria, ont rejoint le Rassemblement pour le Mali pour appeler à une candidature de l'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta à l'élection présidentielle malienne de 2012[8].

Résultats électorauxModifier

Le Miria au cours des élections depuis 1992
Année Élection Scores et observations
1997 Élection présidentielle A boycotté l’élection
1997 Élections législatives a boycotté les élections
1998 Élections communales
1999 Élections communales
2002 Élection présidentielle Soutient la candidature d’Amadou Toumani Touré
2002 Élections législatives
2004 Élections communales 130 conseillers communaux[5]
2007 Élection des conseillers nationaux pas d’élu
2007 Élection présidentielle Membre de l’Alliance pour la démocratie et le progrès qui a soutenu la candidature d’Amadou Toumani Touré[9]
2007 Élections législatives 2 députés (sur 147) [6]
2009 Élections communales 99 conseillers[10]

Notes et référencesModifier

  1. Des dissidents de l'Adema créent un parti, le MIRIA, afrique-Express, 23 décembre 1994 [1]
  2. Pas assez de changements ? : accusations d'un parti d'opposition contre le pouvoir, Afrique express, N° 100 du vendredi 1er décembre 1995, [2]
  3. MDC: 5 pour la plate-forme, 4 pour soutenir ATT, L’Essor, 12 mars 2002 [3]
  4. Législatives 2002: MIRIA : un autre angle de combat, L’Essor, 5 juillet 2002 [4]
  5. a et b Parti: le MIRIA au sortir des municipales, L’Essor, 3 août 2004
  6. a et b Base de données de l’Union interparlementaire [5]
  7. Bruno D Segbedji, « Mamadou K.Traoré dénonce «l'affairisme au sein de l’Etat» », L'Indépendant,‎ (lire en ligne) ; O Dembélé, « Parti : le Miria choisit koutiala pour se remobiliser », L’Essor,‎ (lire en ligne)
  8. Modibo Fofana, « IBK plébiscité pour 2012 », Journaldumali.com,
  9. S. Doumbia, Conférence nationale : Le Miria toujours avec ATT, L’Essor, 19 décembre 2006
  10. Mali, Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, Nombre de conseillers communaux obtenus par partis, 2009 « http://www.matcl.gov.ml/IMG/pdf/NBConseiller.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)