Morali Seyyed Ali Effendi

Morali Seyyed Ali Effendi (en turc : Moralı Seyyid Ali Efendi ; mort en 1809) était un diplomate ottoman. Il fut le premier ambassadeur du gouvernement ottoman en France de 1797 à 1802[1].

Morali Seyyed Ali Effendi
Biographie
Activité

Ayant déjà exercé la fonction d'ambassadeur au Royaume-Uni, en Prusse et en Australie pour le compte de la Sublime Porte, il fut envoyé en France pour développer les relations franco-ottomanes et d'essayer de gagner l'approbation du Directoire[2] contre la Russie.

Le , il embarqua à bord d'un navire en direction de Marseille, accompagné d'une suite de 18 personnes où il fut accueilli en grande pompe. Après son arrivée à Paris le , il reçut une très grande attention aussi bien de Napoléon Bonaparte et sa cour que le peuple lui-même. Cependant les années suivantes ont vu les relations franco-ottomanes se tendre avec les incidents en Égypte et l'incarcération du consul français dans la forteresse des Sept-Tours. En contrepartie, Ali Effendi fut maintenu sous résidence surveillée.

Après son retour en Turquie en 1802, il se consacra à l'écriture et s'enrôla dans la marine, c'est dans ce dernier rôle qu'il tomba dans le tumulte de la révolte de 1808 des janissaires. Il prit la fuite d'abord vers Yeşilköy puis en Roumélie. Peu après, il fut décapité et sa tête envoyé à Istanbul.

À la suite de ses observations en France, il publia en 1911 un des premiers journaux périodiques ottomans auquel il donna son nom (Moralı Esseyyid Ali Efendi Mecmuası).

RéférencesModifier

  1. « L'histoire de l'Europe et les Turcs »
  2. Herbette Maurice, Une ambassade turque sous le Directoire, Paris, Perrin et Cie,