Mohammed Dib Zaitoun

politicien syrien

Mohammed Dib Zaitoun (en arabe: محمود ديب زيتون, né le ) est l'actuel chef de la Direction générale de la sécurité syrienne et un proche conseiller du président syrien Bachar el-Assad[1]. Il est l'un des nombreux hauts fonctionnaires sanctionnés par l'Union européenne pour leurs actions contre des manifestants participant à la guerre civile syrienne[2]. Il est visé par une plainte pour « terrorisme d’État, [accusé] d’avoir orchestré des disparitions forcées, torturé et procédé à des exécutions de masse » en Espagne, aux côtés de huit autres responsables syriens[3].

Carrière MilitaireModifier

Maj Gen Dib Zaitoun est né à Damas dans une famille Sunnite. Avant d'occuper son poste actuel de chef de la Direction générale de la sécurité, il était le chef de la Direction de la sécurité politique (PSD). Il a repris la position PSD en 2009, après que l'ancien chef Muhammad Mansoura ait été retiré de son poste apparemment en raison de son implication dans des activités de contrebande organisée à la frontière irakienne syrienne[4]. Avant d'être chef du PSD, Dib Zaitoun avait été le chef adjoint de l'Assemblée générale Direction de la sécurité au cours de laquelle on lui a demandé, avec d'autres membres de l'entourage du président, d'enquêter sur l'assassinat en 2008 d'Imad Moughnieh du Hezbollah, à Damas[1],[5].

Guerre civileModifier

Au début de l'insurrection syrienne, Dib Zaitoun est devenu l'un des neuf membres de la « cellule de crise » du gouvernement qui a été chargée de gérer les protestations et la confrontation violente avec les manifestants[6]. Après l'attentat du contre la cellule de gestion de crise et la mort de quatre membres clés de l'équipe, Dib Zaitoun a été élevé à la tête de la direction de la sécurité générale et sa position précédente en tant que chef de la sécurité politique a été reprise par Rustom Ghazali[6].

RéférencesModifier

  1. a et b « Bashar al-Assad's inner circle », BBC News,‎ (lire en ligne)
  2. « Joint Proposal for a COUNCIL REGULATION concerning restrictive measures in view of the situation in Syria and repealing Regulation (EU) No 442/2011 », EuroLex, vol. 52011PC0887,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2012)
  3. Patrick ANGEVIN, « Neuf hauts responsables du régime Assad visés par la justice espagnole », sur Ouest-France.fr, (consulté le 20 février 2020)
  4. « Sarg Director Of The Political Security Department Sacked », US Embassy (Syria),‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2012)
  5. « Considering a Palace Coup in Syria », Global Intelligence, Stratfor,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2012)
  6. a et b Rana Khoury, « Assad’s ‘Crisis Cell’ reveals Syrian regime in crisis », Al Arabiya,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2012)