Mohammed-Bey-Malamli

Mohammed-Bey-Malamli
Fonctions
Bey de Constantine
Prédécesseur Ibrahim-Bey
Successeur Hadj-Ahmed-Bey
Biographie
Nom de naissance Mohammed-Bey Ben-Khan
Date de décès vers 1840
Lieu de décès Kolea

Mohammed-Bey-Malamli , ou Mohammed-Bey-Manamanni de son nom Mohammed-Bey Ben-Khan (en arabe[1] محمد محمدي باي بن خان) calife et caïd-ech-chair, caïd-djebel-el-renem, d'origine turque, est un bey de la province de Constantine, qui règne de décembre 1824, à fin juillet 1826 (1241 de l'Hégire)[2].

BiographieModifier

Mohammed-Bey-Malamli âgé lorsqu'il est nommé bey de Constantine, sénile et parlant avec difficulté le dialecte constantinois, il délaisse les affaires politiques de sa province. Il constitue son makhzen :

  • Le Calife Bakir-Khoudja;
  • Le Caïd Moustafa-bon-el-Abiad;
  • Le bach-serradj (chef des écuries du bey) Abdallah-ben-Zekri;
  • Le Bach-Mekaheli (chef de bataillon) Es-Semmari;
  • L'agha-ed-deïra (chef militaire des deïra) Bouzian-ben-el-Eulmi;
  • Le bach-kateb (secrétaire du bey) HadjAbd-er-Rahmari-ben-Nâmoun;
  • Chaouche Mohammed-Cedrati;
  • Le Caïd-el-Aouassi (fonctions administratives, judiciaires et financières) Mahmoud-ben-Tchakeur;

Sénile, lors d'une sortie entre Guelma et Souk Ahras, il emprisonne Ahmed-ben-el-Hamlaouï (futur Calife), et décapite Ben-Ameur, chef de l'opération militaire. Sa santé mentale devenant de plus en plus inquiétante, lors d'une expédition au Sahara, contre les Oulad-Darradj et les Oulad-Naïl, il détruit les tentes et égorge plus de 40000 moutons. Il nomme Mahmoud-ben-Tchakeur au rang de calife, qui profitera de ce rang pour piller le trésor, juger et condamner selon son bon vouloir, ces actes qui arriveront aux oreilles du dey d'Alger, le perdra ainsi que Mohammed-Bey. Ce dernier, assigné à résidence à Koléa, restera dans cette ville, et survivra plus de dix ans après la conquête d'Alger par les Français.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (ar) Les Bays de l'est algérien, sur hukam.net Consulté le 2 février 2012
  2. Société archéologique du département de Constantine, Recueil des Notices et Mémoires, Paris, L. Arnolet, , chap. 13, p. 578