Mini-shinkansen

Mini-shinkansen (ミニ新幹線?) est le nom donné aux lignes japonaises dont l'écartement a été modifié : l'écartement japonais de 1067 mm ne permettant pas de faire rouler les trains modernes, l'écartement standard de 1435 mm a donc été utilisé pour permettre à des trains de type shinkansen d'y circuler. À la différence des lignes à grande vitesse japonaises, les trains ne sont autorisés à circuler qu'à une vitesse maximale de 130 km/h. Il existe deux lignes "mini-shinkansen" en service : la ligne shinkansen Akita et la ligne shinkansen Yamagata. Le gabarit des trains en service sur ces lignes a aussi dû être adapté[1].

Un mini-shinkansen E3 sur la ligne shinkansen Akita en mars 2014

ConceptModifier

L'idée d'un mini-shinkansen a d'abord été envisagée dans les années 1970-80 mais n'a jamais été réellement évoquée avant novembre 1987. Pour cela, il fallait convertir les lignes classiques d'écartement 1067 mm à l'écartement standard 1435 mm, puis les relier aux lignes shinkansen pour permettre des trajets sans rupture de charge. Néanmoins, le gabarit des lignes n'a pas été modifié, ce qui a requis de faire circuler de nouveaux trains avec un gabarit adapté aux lignes classiques. Ces nouveaux trains sont aussi des trains aptes à rouler jusqu'à 320 km/h (pour les séries E6) sur les lignes à grande vitesse mais seulement à une vitesse commerciale maximale de 130 km/h sur les lignes mini-shinkansen, où les vitesses ont été augmentées dans la mesure du possible[1].

Akita ShinkansenModifier

 
Un shinkansen série E6 sur la ligne shinkansen Akita en février 2014.

Après les succès de la conversion de la ligne de Yamagata, il a été proposé de construire une seconde ligne "mini-shinkansen" entre Morioka, ancien terminus de la ligne Tōhoku, et Akita. Cela a impliqué la conversion de 75 km de voie de la ligne Tazawako entre Morioka et Ōmagari ainsi que 51 km de la ligne principale Ōu, d'Ōmagari à Akita[1]. Cette ligne a été ouverte en 1997, le trajet étant opéré par le service "Komachi", d'abord des nouveaux shinkansen E3[2] jusqu'en 2014, puis des shinkansen E6, ces derniers ont permis d'atteindre 300, puis 320 km/h comme vitesse maximale sur la ligne shinkansen Tōhoku après que la vitesse commerciale maximale a été augmentée, en mars 2014.

Yamagata ShinkansenModifier

La première ligne mini-shinkansen à avoir été construite est la ligne shinkansen Yamagata, qui est une conversion des 87 km de voie de la ligne principale Ōu à l'écartement standard entre Fukushima, sur la ligne Tōhoku, et Yamagata. Les travaux ont commencé en 1988, pour une mise en service de la ligne en 1992. Ce service a d'abord été opéré par des nouveaux trains shinkansen série 400, pouvant circuler jusqu'à 240 km/h sur la ligne Tōhoku et jusqu'à 130 km/h sur la ligne Yamagata[2]. Le succès de cette ligne donna lieu à un prolongement de 61 km de rails convertis vers le nord jusqu'à Shinjō, mis en service en 1999.

Matériel roulantModifier

 
Le train E926 East i à la gare d'Omiya en mai 2001

Le matériel roulant ci-dessous a été conçu pour être utilisé sur les lignes mini-shinkansen:

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Peter Semmens, High Speed in Japan: Shinkansen - The World's Busiest High-speed Railway, Sheffield, UK, Platform 5 Publishing, (ISBN 1-872524-88-5)
  2. a et b (en) Shūichirō Yamanouchi, 東北・上越新幹線 [« Tohoku & Joetsu Shinkansen »], Tokyo, Japan, JTB Can Books,‎ (ISBN 4-533-04513-8)