Ouvrir le menu principal

CaractéristiquesModifier

Ils sont connus, de manière analogue aux orbitolines, aux alvéolines ou aux nummulites, pour la roche sédimentaire appelée « calcaires à milioles » qu'ils forment en s'accumulant et en sédimentant. Au Lutétien, en France, les calcaires à milioles du Bassin parisien au grain fin, souvent utilisé dans les bâtiments et statuaires, reçut localement le nom de « banc royal ». Les plus anciennes de ces accumulations datent du Carbonifère. Attention cependant, l'appellation « miliole » est morphologique plus que taxinomique : elle peut désigner des espèces d'autres familles du même groupe des Milioloidea (super-famille).

Les miliolidés sont caractéristiques des eaux tropicales peu profondes, de faible énergie[1].

Liste des sous-familles et genresModifier

Selon World Register of Marine Species (2 septembre 2016)[2] :

Selon BioLib (2 septembre 2016)[3] :


AnnexesModifier

 
Calcaire à milioles (Aude, France)

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiquesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Méthodes modernes de géologie de terrain: Principes d'analyses sédimentologiques, vol. 1, Editions TECHNIP, , 95 p. (ISBN 2710802554, lire en ligne), p. 54
  2. World Register of Marine Species, consulté le 2 septembre 2016
  3. BioLib, consulté le 2 septembre 2016