Michelle Cliff

auteure jamaïco-américaine

Michelle Carla Cliff ( - ) est une auteure jamaïco-américaine. Ses œuvres comptent les romans Abeng (1985), No telephone to Heaven (1987) et Free Enterprise (2004). 

Marge Piercy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 69 ans)
Nationalité
américaine
Formation
Activité
romancière, poète
Autres informations
A travaillé pour
Trinity College (en), université EmoryVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Abeng (d), No Telephone to Heaven (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Outre ses romans, le travail de Michelle Cliff se compose de nouvelles, de poèmes en prose, et de critiques littéraires. Elle explore les problèmes complexes et nombreux liées à la notion d'identité suite au post-colonialisme, et expose notamment la difficulté de se fabriquer une réelle identité personnelle face aux constructions de genre et de race.

Cliff cherche à établir une autre façon d'appréhender l'Histoire que celle qui est établie par les courants dominants. 

BiographieModifier

Michelle Cliff[1] naît le à Kingston en Jamaïque[2],[3]. Trois ans plus tard sa famille émigre aux États-Unis[4] et s'installe à New York où elle va vivre jusqu'en 1956. Quand Michelle Cliff a 10 ans, sa famille se réinstalle en Jamaïque, et Michelle Cliff est scolarisée à la St. Andrew High School for Girls. C'est là qu'elle commence à tenir son journal, et à écrire, avant de repartir en 1960 à New York[5].

Michelle Cliff poursuit ses études au Wagner College et à l'Institut Warburg de l'Université de Londres. Par la suite, Michelle Cliff enseigne dans plusieurs universités dont le Trinty College[Lequel ?] et l'Université Emory.

À partir de 1976, Michelle Cliff et Adrienne Rich vivent en couple.

 En 1981, Michelle Cliff s'associe au Women's Institute for Freedom of the Press (en)[6].

En 1983, Michelle Cliff participe à l'anthologie féministe noire Home Girls.

À partir de 1999, Michelle Cliff vit à Santa Cruz (Californie)[7] avec Adrienne Rich qui meurt en 2012. Michelle Cliff lui survit 4 ans et meurt le d'une insuffisance hépatique[8], [5].

Œuvre littéraireModifier

FictionModifier

RomansModifier

  • Abeng, New York, Penguin, 1985
  • No Telephone to Heaven, New York: Dutton, 1987
  • Free Enterprise: A Novel of Mary Ellen Pleasant, New York, Dutton, 1993
  • Free Enterprise: A Novel of Mary Ellen Pleasant, City Lights Publishers, 2004
  • Into the Interior. University of Minnesota Press, 2010

NouvellesModifier

  • Bodies of Water, New York, Dutton, 1990
  • The Store of a Million Items, New York, Houghton Mifflin Company, 1998
  • Everything is Now: New and Collected Stories. Short stories. University Of Minnesota Press, 2009

Prose poétique Modifier

  • Claiming an Identity They Taught Me to Despise, Persephone Press, 1980
  • The Land of Look Behind and Claiming, Firebrand Books, 1985

Éditrice Modifier

  • Lillian Smith, The Winner Names the Age: A Collection of Writings, New York, Norton, 1982

AutreModifier

  • "If I Could Write This in Fire I Would Write This in Fire", Home Girls: A Black Feminist Anthology, Barbara Smith(dir.), New York Kitchen Table: Women of Color Press, 1982
  • "Object into Subject: Some Thoughts on the Work of Black Women's Artists", Making Face, Making Soul/Haciendo Caras: Creative and Critical Perspectives by Women of Color, Gloria Anzaldúa (dir.), San Francisco, Aunt Lute, 1990, p. 271–290.
  • "History as Fiction, Fiction as History", Ploughshares, 20(2-3), 1994, p. 196-202.
  • If I Could Write This in Fire, University of Minnesota Press, 2008

BibliographieModifier

  • Curry, Ginette. "Toubab La!", Literary Representations of Mixed-race Characters in the African Diaspora.Newcastle, Cambridge Scholars Pub., 2007
  • Cartelli, Thomas. "After the Tempest: Shakespeare, Postcoloniality, and Michelle Cliff's New, New World Miranda", Contemporary Literature 36, 1995, p. 82-102.
  • Edmondson Belinda, "Race, Writing, and the Politics of (Re)Writing History: An Analysis of the Novels of Michelle Cliff", Callaloo 16, 1, 1995 p. 180-191.
  • Lima, Maria Helena, "Revolutionary Developments: Michelle Cliff's No Telephone to Heaven and Merle Collins's Angel", Ariel 24(1), 1993, p. 35-56.
  • Lionnet, Francoise, "Of Mangoes and Maroons: Language, History, and the Multicultural Subject of Michelle Cliff's Abeng", De/Colonizing the Subject: The Politics of Gender in Women's Autobiography, Sidonie Smith and Julia Watson (dir), Minneapolis: University of Minnesota Press, 1992, p. 321–345.
  • (en) Elena Machado Sáez, Market Aesthetics : The Purchase of the Past in Caribbean Diasporic Fiction, Charlottesville, University of Virginia Press, (ISBN 978-0-8139-3705-2), « Writing the Reader: Literacy and Contradictory Pedagogies in Julia Alvarez, Michelle Cliff, and Marlon James »
  • Raiskin, Judith, "Inverts and Hybrids: Lesbian Rewritings of Sexual and Racial Identities", The Lesbian Postmodern, Laura Doan (dir.), New York, Columbia University Press, 1994, p. 156–172.
  • Raiskin, Judith, "The Art of History: An Interview with Michelle Cliff", Kenyon Review 15(1), 1993, p. 57-71.
  • Schwartz, Meryl F., "An Interview with Michelle Cliff", Contemporary Literature 34(4), 993, p. 595-619.

RéférencesModifier

  1. (en) Poetry Foundation, « Michelle Cliff », sur Poetry Foundation, (consulté le 4 juillet 2019)
  2. (en-US) « Cliff, Michelle 1946– | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 4 juillet 2019)
  3. (en-US) « cliff, Michelle », sur http://www.glbtqarchive.com/
  4. (en) Cora Agatucci, Contemporary African American Novelists : A Bio-Bibliographical Critical Sourcebook, Westport, CT, Greenwood Press, , 530 p. (ISBN 0-313-30501-3, lire en ligne), « Michelle Cliff (1946- ) », p. 95
  5. a et b (en) William Grimes, « Michelle Cliff, Who Wrote of Colonialism and Racism, Dies at 69 », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2018)
  6. (en-US) « Associates | The Women’s Institute for Freedom of the Press », sur www.wifp.org (consulté le 21 juin 2017)
  7. (en) Lisa Diedrich, « Michelle Cliff », sur Emory University, Postcolonial Studies
  8. (en) Opal Palmer Adisa, « Tribute to Jamaican-American author, Michelle Cliff (11/2/1946-6/12/2016) », sur opalpalmeradisa.com, (consulté le 4 octobre 2018)

Liens externesModifier