Michel Ouellette

Michel Ouellette est un écrivain et dramaturge franco-ontarien.

Michel Ouellette
Nom de naissance Michel Ouellette
Naissance [1] (60 ans)
Smooth Rock Falls (Drapeau de l'Ontario Ontario)[1]
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

BiographieModifier

Originaire de Smooth Rock Falls (nord de l’Ontario), Michel Ouellette a vécu à Kapuskasing et à Toronto. Depuis 1994, il habite Gatineau (Québec). S'intéressant à l'écriture dramatique dès l'adolescence, Michel Ouellette complète un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat en lettres françaises à l'Université d'Ottawa, institution où il sera plus tard professeur à temps partiel[2].

Entre 1990 et 1992, des bourses du Conseil des arts de l'Ontario permettent à Michel Ouellette d'être dramaturge en résidence au Théâtre Trillium et au Théâtre du Nouvel Ontario. Après un séjour de trois mois à Limoges comme écrivain-résidant au Festival international des francophonies en Limousin, il revient à l'Université d'Ottawa comme auteur en résidence au Département de lettres françaises en 1998. L'année suivante, il est auteur invité par la Fabrique du Théâtre, en Belgique. En 2000, il est l'un des auteurs en résidence du Centre des auteurs dramatiques[1].

Auteur prolifique, ses œuvres sont présentées et lues entre autres par le Théâtre du Nouvel Ontario, le Théâtre du Trillium, le Théâtre de La Catapulte, Vox Théâtre et le Théâtre d'Aujourd'hui[1]. Sa pièce French Town (1994), emblématique de la littérature franco-ontarienne de l'identité, se mérite le Prix du Gouverneur général[3],[4].

Tout au long de sa carrière, Michel Ouellette s'implique dans de nombreux organismes culturels. Il est le secrétaire-trésorier de Théâtre Action en 1990-1991, puis président entre 1991 et 1995, rôle qu'il endosse à nouveau à partir de 2000. Entre 1998 et 2000, il occupe le poste de vice-président de l'Association des auteurs et auteures de l'Ontario français. Par ailleurs, il est membre de l'Association québécoise des auteurs dramatiques et du Centre des auteurs dramatiques[1].

Un fonds d'archives portant sur la vie professionnelle et l’œuvre de Michel Ouellette est conservé par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l'Université d'Ottawa.

Thématique et esthétiqueModifier

Dans la pièce French Town (1994), Michel Ouellette exprime les contradictions et l'ambivalence de la société et de l'identité franco-ontarienne par le biais d'un drame entre deux frères et une sœur, l'un voulant s'éloigner de son milieu d'origine, la fille voulant au contraire s'ancrer dans le monde franco-ontarien et l'autre frère, déraciné, voulant y revenir[4]. Dans Le Testament du couturier (2002), il traite des enjeux de l'itinérance et des rapports entre être humains, dans un lieu indéterminé, dans une approche plus sociale qu'identitaire, se rapprochant de la fable ou du mythe[4]. Il se tourne ensuite davantage vers un questionnement plus métaphysique, avec Iphigénie en trichromie et Achille en colère (2009)[4].

ŒuvresModifier

ThéâtreModifier

Beaux livresModifier

Récits poétiquesModifier

  • 2002 : Symphonie pour douze violoncellistes et un chien enragé, avec Michel Louis Beauchamp et Louise Nolan, Le Nordir,
  • 2006 : Frères d’hiver, Prise de parole
  • 2016: Pliures, Prise de parole

RomansModifier

  • 2017: Trompeuses lumières, Prise de parole
  • 2020: Montjoie, Éditions Prise de parole

Livres jeunesseModifier

  • 2013: Capitaine Baboune, Bouton d'or Acadie
  • 2021: Le retour du capitaine Baboune, Bouton d'or Acadie

Honneurs[5]Modifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Ouellette, Michel (fonds, P338) », sur Centre for Research on French Canadian Culture (consulté le )
  2. Association francophone pour l'éducation artistique en Ontario, « Michel Ouellette: Dramaturge » [PDF],
  3. Yvette Bénayoun-Szmidt, « Littérature francophone en Ontario. De l'histoire et de l'écriture », Globe : revue internationale d'études québécoises, vol. 6, no 1,‎ , p. 65-84 (lire en ligne).
  4. a b c et d Lucie Hotte, « La littérature franco-ontarienne », Québec français, no 154,‎ , p. 69-72 (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Michel Ouellette | Biographies », sur nac-cna.ca (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier