Mektoub, my love: canto uno

film d'Abdellatif Kechiche, sorti en 2017
Mektoub, my love: canto uno
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film en 2018 au festival du film de Cabourg.

Réalisation Abdellatif Kechiche
Scénario Abdellatif Kechiche
Sociétés de production Quat'sous Films
France 2 Cinéma
Pathé
Bianca Film SRL
Good Films (it)
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame
Durée 175 minutes
Sortie 2016


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mektoub, my love: canto uno est un film franco-italien réalisé par Abdellatif Kechiche en 2016, projeté en septembre 2017 à la Mostra de Venise puis sorti en salles en 2018[1]. Il s'agit du premier volet du dyptique Mektoub is Mektoub, suivi en 2019 par la sortie de Mektoub, my love: intermezzo, et d'une libre adaptation cinématographique du roman La Blessure, la vraie de François Bégaudeau dont l'histoire est transposée une quinzaine d'années plus tard et dans un autre milieu social[2].

SynopsisModifier

En France en 1994, Amin espère vivre des scénarios qu'il écrit à Paris. Il retourne en été dans le Midi de la France où il a passé sa jeunesse chez ses parents qui tiennent un restaurant tunisien à Sète. Amin retrouve sa famille et ses amis de jeunesse, comme son cousin dragueur Tony ou sa meilleure amie Ophélie ; il passe son temps entre le restaurant familial, les bars du coin et la plage où viennent bronzer de jolies vacancières. Alors que Tony a du succès, Amin est plutôt timide. Il se trouve une occupation en photographiant la côte méditerranéenne dont il trouve la lumière fascinante et cherche l'inspiration de ses films futurs[3].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

PréproductionModifier

Après La Vie d'Adèle, plusieurs projets sont évoqués pour le prochain long métrage du cinéaste : une suite de La Vie d'Adèle (on suggéra que le personnage pourrait devenir son « Antoine Doinel »), un biopic sur Marilyn Chambers, une adaptation d'Héloïse et Abélard[8] ou l'adaptation du roman de François Bégaudeau, La Blessure, la vraie (l'écrivain ne cachait pas, en 2011, lors de la sortie de l'ouvrage, son admiration pour Kechiche et son souhait de le voir adapter son ouvrage[9]). En , une interview apprend au public que La Blessure est trop compliquée à tourner et que le nouveau projet, difficile à produire, est Ineffable Amour, biopic sur Marguerite Porete (brûlée en 1310 avec son ouvrage polémique, Le Miroir des âmes simples)[10]. Une série télévisée pour Arte est aussi en préparation, une adaptation de la bande dessinée Carnets de thèse de Tiphaine Rivière, et le cinéaste est à la recherche de fonds[11].

TournageModifier

Abdellatif Kechiche tourne ce film à Sète[12] à l'automne 2016[13] sous le titre Mektoub is Mektoub[14], il fut renommé ensuite Mektoub my Love. On apprend ensuite que le cinéaste, voulant faire une grande saga familiale, avait finalement tourné deux films (initialement nommés Les Dés sont jetés et Pray for Jack), tout en n'excluant pas un troisième volet.

PostproductionModifier

France Télévisions, qui coproduit le film, doit régler en justice ces films imprévus dans le contrat, ce qui entraîne une jurisprudence. Le film n'est donc pas prêt pour être sélectionné au Festival de Cannes 2017 même si Kechiche songe déjà à l'édition suivante. Pourtant, France Télévisions déclare que le cinéaste était autorisé à présenter son film[15]. D'autre part, Kechiche prévoit le tournage de nouveaux films durant l'été 2017 : L'Agneau de Dieu, un road movie, et Sœur Marguerite[16], un film sur Marguerite Porete[17].

SortieModifier

CritiqueModifier

Mektoub, my love
Score cumulé
SiteNote
Metacritic55/100
Rotten Tomatoes40%
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries 
Télérama 

En France, le site Allociné propose une moyenne de 4/5 à partir de l'interprétation de 35 critiques de presse[18] alors que CinéSéries le note 4/5 avec la mention "Bilan très positif"[19].

Box-officeModifier

  • France: 861.000 USD
  • Italy: 35.000 USD

DistinctionsModifier

SélectionModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Lucille Bion, « Abdellatif Kechiche réchauffe notre hiver avec le premier trailer de Mektoub, my love », Konbini France,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2018)
  2. a et b Marcos Uzal, Avec «Mektoub, my love», Abdellatif Kechiche éclabousse la Mostra, Libération, 8 septembre 2017
  3. (en) Abdellatif Kechiche – Mektoub, My Love: Canto uno - La Biennale di Venezia. Consulté le 26 octobre 2017
  4. Allociné, « Venise 2017 : Jennifer Lawrence, Patrick Bruel... Le festival annonce sa sélection », Allociné,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017)
  5. Allo Ciné
  6. « Abdellatif Kechiche tourne Mektoub is Mektoub », sur Cineuropa - le meilleur du cinéma européen (consulté le 19 avril 2017)
  7. « La Blessure la vraie (2016) », sur www.unifrance.org (consulté le 5 mai 2017)
  8. « Abdellatif Kechiche : "Je soutiens Estrosi, pas Poutine ou Assad !" », sur Rue89,
  9. « François Bégaudeau: «Depuis vingt ans à vrai dire je n'ai plus cessé de rire» », sur 20 minutes littérature,
  10. « Abdellatif Kechiche sans langue de bois : "Racisme pernicieux", "imposture"... », sur Pure People,
  11. « Abdellatif Kechiche l'anticonformiste », sur Paris Match,
  12. Mektoub my love : Canto Uno, sur languedoc-roussillon-cinema.fr (consulté le 16 avril 2019)
  13. « Les dés sont jetés / Pray for Jack | Un diptyque pour Kechiche », sur lebleudumiroir.fr (consulté le 5 mai 2017)
  14. « Abdellatif Kechiche tourne son prochain film d’après un roman de François Bégaudeau », sur Les Inrocks,
  15. « Abdellatif Kechiche se dit privé de Cannes », sur Le Monde,
  16. « Abdellatif Kechiche privé de festival de Cannes », sur Le Huffington Post (consulté le 5 mai 2017)
  17. « Kechiche n'ira pas à Cannes », sur Libération.fr,
  18. « Mektoub, my love: canto uno », sur Allociné (consulté le 21 mars 2018).
  19. « Mektoub, My Love: Canto Uno (Film, 2018) – La Critique – CinéSéries », CinéSéries,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018)

Liens externesModifier