Maureen Kaila Vergara

coureuse cycliste salvadorienne

Maureen Kaila Vergara
Image illustrative de l’article Maureen Kaila Vergara
Contexte général
Sport Cyclisme sur piste
Cyclisme sur route
Biographie
Nationalité sportive Drapeau du Salvador Salvador
Nationalité Drapeau des États-Unis États-UnisDrapeau du Salvador Salvador
Naissance (55 ans)
Lieu de naissance San Francisco (États-Unis)
Taille 162 cm
Poids de forme 50 kg
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 0 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Championnats panaméricains 1 0 0
Jeux panaméricains 1 0 0

Maureen Kaila Vergara, née le à San Francisco (Californie), est une coureuse cycliste. Elle possède la double nationalité américaine et salvadorienne[1]. Elle représente le pays d'origine de sa mère, le Salvador aussi bien sur des épreuves sur piste que sur route. Elle participe à deux Jeux olympiques.

Repères biographiquesModifier

Née au Salvador et émigrée aux États-Unis avec ses parents en 1945, Ann Vergara Lencioni a élevé ses trois enfants dans le mélange des deux cultures et des deux langues. Maureen Kaila Vergara a grandi, ainsi, à Mountain View, au sud de la baie de San Francisco et vivait en 1996 à Oakland, toujours dans la baie. Elle se rend pour la première fois dans son pays d'adoption, ruiné par douze ans de guerre civile, à cette époque. Maureen emporte avec elle les dons en matériel et équipement qu'elle a collectés et qu'elle offre à la fédération de cyclisme du Salvador[1]. Avant de devenir cycliste professionnel, Maureen a travaillé trois ans comme ambulancière (auxiliaire médicale) municipale à San Francisco puis deux ans pour une compagnie d'ambulances à Oakland[2].

  Image externe
  Maureen Kaila Vergara aux championnats du monde sur piste 1995.

Elle se présente à la course aux points des Jeux d'Atlanta forte de sa dixième place acquise aux précédents mondiaux et surtout du podium obtenu en Grèce lors d'une manche de Coupe du Monde, quelques semaines auparavant. De plus sachant que personne ne domine réellement la discipline, elle pense pouvoir décrocher une médaille, qu'elle aurait dédié à son grand-père (salvadorien). Accompagné de son frère comme mécanicien[1], Maureen Kaila Vergara est tout proche de réussir son objectif et d'offrir la première médaille olympique au Salvador. En tête au début de l'épreuve[3], elle est toujours en liste pour la médaille d'argent lorsqu'elle chute dans le dernier tour. Ce qui la fait rétrograder à la cinquième place finale[4].

  Image externe
  Maureen Kaila Vergara sur le podium des Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes 1998.

Un an plus tard, elle dispute les championnats panaméricains en Colombie. À la surprise de la presse locale, elle remporte l'épreuve du contre-la-montre devant deux Cubaines[5]. Percutée volontairement par une voiture lors d'une sortie d'entraînement en janvier 1998[2], Maureen Kaila dispute, néanmoins, en août, les XXVIIIe Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes. Elle confirme le résultat de l'année précédente et met un terme à quarante-quatre ans de disette pour la délégation salvadorienne, privée de médailles depuis 1954. Sous la houlette de son entraîneur trinidadien Roger Farrell, l'athlète s'impose dans le contre-la-montre[6] et assortit ce résultat d'une médaille d'argent dans la course aux points[7],[n 1]. Par contre, à sa grande déception, il n'en va pas de même lors des XIIIe Jeux panaméricains, à l'été 1999. Porte-drapeau de la délégation salvadorienne, elle termine cinquième du contre-la-montre, devancée par deux Américaines et deux Canadiennes. Sur la piste, elle est également dominée lors de l'épreuve de course aux points et termine ces Jeux par la course en ligne. Seule représentante de sa sélection, Vergara pâtit du travail d'équipes des autres délégations et ne peut se mêler à la lutte pour la victoire[8].

En novembre de la même année, elle est renversée par une voiture, elle subit de graves blessures et doit se faire opérer d'un nerf spinal. Elle perd le goût de la compétition, au point d'envisager le terme de sa carrière cycliste lors des Jeux de Sydney, plusieurs mois à l'avance. Marquée par le décès d'une de ses coéquipières peu de temps avant son départ pour l'Australie, l'épreuve de la course aux points est une désillusion. Ses tentatives de fugue sont toutes neutralisées, notamment par la future championne olympique Antonella Bellutti. Maureen Kaila Vergara est systématiquement débordée lors des emballages ponctuant la course et termine dernière[9].

Aujourd'hui, elle vit loin du tumulte médiatique des compétitions sportives et est actuellement policière[3] à Oakland[10].

Palmarès sur routeModifier

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Jeux panaméricainsModifier

Championnats panaméricainsModifier

  • Cali 1997
    •   Championne panaméricaine du contre-la-montre.

Jeux d'Amérique centrale et des CaraïbesModifier

  • Maracaibo 1998
    •   Médaillée d'or du contre-la-montre.

Championnats des États-UnisModifier

  • 1995
    • Cinquième du contre-la-montre.
  • 1997
    • Septième du contre-la-montre.
  • 1998
    • Neuvième du contre-la-montre.

Palmarès sur pisteModifier

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Coupe du mondeModifier

  • 1996
    • 3e de la course aux points à Athènes.

Jeux panaméricainsModifier

Jeux d'Amérique centrale et des CaraïbesModifier

  • Maracaibo 1998
    •   Médaillée d'or de la course aux points[17].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. À la suite de la découverte du dopage collectif dans la délégation mexicaine, la vainqueure Belem Guerrero est destituée. Maureen Kaila Vergara récupère la médaille d'or.

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) « A number of Olympic hopefuls training in the Bay Area will be representing a mosaic of countries in the Games », sur www.sfgate.com, (consulté le 8 février 2016)
  2. a et b (en) « They shattered her dream and laughed », sur www.sfgate.com, (consulté le 9 février 2016)
  3. a et b (es) « Unida a los pedales », sur www.laprensagrafica.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  4. (en) « Sports digest - Olympian injured by hit-and-run driver », sur www.sfgate.com, (consulté le 10 février 2016)
  5. (es) « Los oros de la ruta, para Dubán e Iván », sur www.eltiempo.com, (consulté le 9 février 2016)
  6. (es) « Maracaibo 8 de agosto 1998, hace 16 años de una gran victoria », sur 5312turelacionpreferida.blogspot.fr, (consulté le 8 février 2016)
  7. (en) « Maureen Kaila Vergara of El Salvador (R) races... », sur pictures.reuters.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  8. a et b (es) « Con las maletas a casa », sur archivo.elsalvador.com, (consulté le 9 février 2016)
  9. (es) « ¡Última! », sur archivo.elsalvador.com, (consulté le 8 février 2016)
  10. « Oakland 2010, cf l'écusson sur l'uniforme », sur www.flickr.com, (consulté le 9 février 2016)
  11. « Le rapport officiel des JO 1996 (volume 3), cf p.178 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le 21 décembre 2016)
  12. (pt) « Maratona dá três medalhas ao Brasil », sur esporte.uol.com.br (consulté le 8 février 2016)
  13. « Le rapport officiel des JO 1996 (volume 3), cf p.184 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 8 février 2016)
  14. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2000, cf le communiqué n°125 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 8 février 2016)
  15. (en) « Day Four from the Track Worlds - Women's 3,000-meters individual pursuit (to qualify for quarter-finals) », sur autobus.cyclingnews.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  16. (pt) « Iatismo fica apenas com um ouro », sur esporte.uol.com.br (consulté le 8 février 2016)
  17. « Les podiums de la course aux points aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.239 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 28 octobre 2018)

Lien externeModifier