Mathieu Leclercq

politicien belge
Mathieu Leclercq
Mathieu Leclercq.png
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Famille
Blason de la famille Leclercq (Belgique).svg
blason

Mathieu Leclercq, né à Herve le et mort à Saint-Josse-ten-Noode le est un juriste et un ancien ministre belge.

BiographieModifier

Avocat à 21 ans, il devient membre du conseil communal de Liège. À 29 ans, il est nommé Conseiller à la Cour supérieure de justice de Liège.

Vie politiqueModifier

Lors de l'indépendance de la Belgique, Mathieu Leclercq fait partie du Congrès national. Il y joue un rôle très actif en défendant l'instauration d'une monarchie à la place d'une république.

Il sera élu membre de la première Chambre des représentants. En 1833, il est nommé conseiller à la Cour de cassation belge et en 1836, il devient Procureur Général du Royaume. En 1840, il est nommé Ministre de la Justice dans le Gouvernement Lebeau II.

Le refus d'une ambassade à RomeModifier

Le nom de Matthieu Leclercq fut mêlé à un incident diplomatique entre le Saint-Siège et le gouvernement belge, qui fit beaucoup de bruit à l'époque. En effet, comme nous le rapporte Louis Hymans[1] « le Pape refusa d'agréer, comme ministre à Rome, M. Leclercq, ancien membre du Congrès, procureur général à la Cour de cassation. M. Leclerq était l'un des hommes les plus considérés du pays. Personne ne pouvait révoquer en doute son respect pour la religion. Mais il avait fait partie du cabinet libéral de 1840. Ce fut une raison suffisante pour lui valoir cette offense de la part du Saint-Siège ».

Il est inhumé au Cimetière de Bruxelles à Evere.

BibliographieModifier

  • Marcel A. Piron, Le procureur général Mathieu Leclercq, membre de la Constituante, ministre, magistrat, Bruxelles, Office de Publicité, 1944.

Notes et référencesModifier

  1. Louis Hymans, Histoire populaire du règne de Léopold Ier, Bruxelles, 1865, p. 254.

Articles connexesModifier