Ouvrir le menu principal
Mathieu-Jacques de Vermond
Biographie
Naissance
Décès
Activité
ReligieuxVoir et modifier les données sur Wikidata

Mathieu-Jacques de Vermond dit l’abbé de Vermond (1735-1806), fut le précepteur à Vienne puis le lecteur de la reine Marie-Antoinette au château de Versailles de 1770 à 1789, et son secrétaire du cabinet.

Docteur en Sorbonne et bibliothécaire de la bibliothèque Mazarine, il fut, par la protection de Loménie de Brienne, envoyé à Vienne auprès de l'archiduchesse Marie-Antoinette d'Autriche (fiancée à Louis XVI) pour la perfectionner dans la langue française. Il y gagna la confiance de son élève et resta auprès d'elle après son arrivée en France. Il fut son confident intime, fit porter son protecteur Loménie à la présidence du conseil, et joua un grand rôle dans l'affaire du collier.

Pourvu de bénéfices, il fut le dernier abbé de l'abbaye de Cherlieu.

En 1789, il s'enfuit à Valenciennes, puis à Coblentz et à Vienne, où il mourut. Les mémoires du temps le peignent comme un intrigant.

Son frère, Charles-Toussaint de Vermond, conseiller d'État, membre de l'Académie royale de chirurgie, fut l'accoucheur de Marie-Antoinette.

SourceModifier

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « L'abbé de Vermond » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)

BibliographieModifier

  • Mgr F. Genet, L’abbé de Vermond (1735-1806), lecteur de Marie-Antoinette (1770-1789), Niort, 1940.
  • Eugène Welvert, L'Éminence grise de Marie-Antoinette l'abbé Mathieu-Jacques de Vermond, M. Dubois, 1922.