Ouvrir le menu principal

Massacre de la famille LeBaron

Massacre de la famille LeBaron
Titre Massacre de la famille LeBaron
Fait reproché Massacre
Chefs d'accusation Multiple homicides, tentatives d'homicides
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Date 4 novembre 2019
Nombre de victimes 9 morts
6 blessés

Le massacre de la famille LeBaron s'est produit le 4 novembre 2019 lorsque des membres présumés du crime organisé ont attaqué et tué un groupe de femmes et d'enfants appartenant à la famille mexico-américaine mormone LeBaron, dans une zone de la Sierra Madre occidentale à proximité du village de La Mora, dans la municipalité (équivalent mexicain du canton) de Bavispe, à l'extrême nord-est de l’État de Sonora et très proche des limites de celui de Chihuahua[1],[2]. Si les assaillants sont bien des narcotrafiquants, cela en ferait un massacre de la Guerre de la drogue.

ContexteModifier

La présence de membres de la famille LeBaron dans les États de Chihuahua et de Sonora remonte à 1924, lorsque le patriarche de la famille Alma Dayer LeBaron senior (es), membre d'une branche fondamentaliste de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, qui s'était séparée de ladite organisation car il refusait d'abandonner la polygamie, émigre au Mexique avec de nombreux membres de sa famille. Ultérieurement, des fils d'Alma LeBaron Sr., Joel LeBaron (es) et Ervil LeBaron (es) ont fondé en 1955 et l'Église del Primogénito de la Plenitud de los Tiempos (es), dont le siège principal s'est établi dans un lieu aujourd'hui appelé Colonia Le Barón (es), dans la municipalité de Galeana dans l’État de Chihuahua. Plus tard, l'organisation religieuse s'est scindée entre les deux frères et Ervil LeBaron a ordonné l'assassinat de son frère Joel, par ce que a été condamné autant au Mexique qu'aux États-Unis[3].

En 2009 et dans un contexte de guerre contre le narcotrafic au Mexique, la famille LeBaron s'est faite connaître nationalement et internationalement en raison de l'enlèvement d'un de ses membres. Erick Le Barón, 17 ans, est pris en otage le 2 mai 2009, et une rançon d'un million de dollars américains est exigée pour sa libération. Devant le fait accompli, la communauté dirigée par Benjamín LeBaron a annoncé publiquement sa décision de ne payer la rançon exigée et de rechercher sa libération d'autres moyens. Erick est libéré par ses ravisseurs le 10 mai sans que personne n'ait payé[4]. Cependant, quelques semaines plus tard, le 7 juillet suivant, Benjamín LeBaron et son beau-frère Luis Widmar, ont été enlevés puis exécutés par des membres du crime organisé[5].

Après ces événements, quelques membres de la famille sont devenus des personnalités publiques, comme Julián LeBaron, devenu activiste pour la paix, aux côtés de Javier Sicilia ; ou encore Alex Lui Baron González, qui a été élu député au Congrès de Chihuahua et député fédéral de 2015 à 2018[6]. Ainsi, ils se sont retrouvés mêlés à d'autres conflits, en particulier des affrontements avec des agriculteurs chihuahuenses regroupés dans l'organisation Le Barzón et dirigés par Eraclio Rodríguez Gómez, qui désiraient la construction de puits pour arroser leurs terres agricoles au nord-ouest de l'état de Chihuahua[7].

La famille est loin d'être la seule victime de la Guerre de la drogue. Le nombre d'homicides au Mexique s'accroit chaque année depuis 2016. Et à la mi-2019, le bilan humain avait déjà dépassé celui de 2018, qui était déjà une année-record en terme d'homicides[8]. En avril 2019, le Cartel de Jalisco Nouvelle Génération avait lui aussi massacré une famille entière dans l’État de Veracruz, puis avait commis un autre massacre qui avait causé 30 morts en incendiant un club de strip-tease en août. Tandis qu'au mois d'octobre, le Cartel de Jalisco Nouvelle Génération tendait une embuscade à des policiers le 14 octobre dans l’État de Michoacán, tuant 13 policiers et en blessant 9. D'autres combats ont opposés des militaires et un cartel le 16 octobre dans l’État de Guerrero, qui ont tourné à l'avantage des forces de l'ordre et provoquant la mort de 14 tueurs à gage et d'un militaire. Le lendemain, de très violents combats ont éclaté à Culiacán entre les forces de l'ordre mexicaines et le Cartel de Sinaloa, remportés par le cartel.

EmbuscadesModifier

Selon la chronologie détaillée par Alfonso Durazo Montaño, secrétaire à la Sécurité et à la Protection Citoyenne et par Joel LeBaron : le matin du 4 novembre dix-sept membres de la famille LeBaron ont quitté La Mora, municipalité (équivalent mexicain du canton) de Bavispe, à Sonora - trois femmes adultes et quatorze mineurs, leurs enfants - en formant une caravane de SUV. Ils se séparent en trois groupes. Deux prennent la direction de la municipalité de Galeana et le troisième, conduit par Rhonita Maria Miller, devait aller à Phoenix, en Arizona aux États-Unis, pour aller chercher son époux à l'aéroport.

Le groupe de Rhonita Maria Miller a été interceptés vers 13:00 heures (Heure des Rocheuses) (20:00 GMT) sur un chemin de terre qui relit les municipalité de San Miguelito (Sonora) et de Pancho Villa (Chihuahua), par un groupe armé, travaillant probablement pour le crime organisé, qui a ouvert feu contre les trois véhicules, en causant l'explosion et l'incendie d'un d'entre-eux, tuant ses occupant, blessant un mineur, et provoquant la disparition d'une autre mineure, depuis retrouvée vivante[9],[10].

Les deux autres groupes tombent simultanément dans une autre embuscade quinze kilomètres plus loin[8]. Les deux conductrices et deux enfants sont tués par balles[8]. Les sept autres enfants qui les accompagnaient, dont cinq sont blessés dans l'attaque, parviennent à s'échapper et à se cacher dans la forêt[8].

Victimes décédéesModifier

Les neuf victimes décédées dans l'attaque sont[11]:

  1. Rhonita Maria Miller (30 ans)
  2. Howard Jacob Miller, Jr. (12 ans)
  3. Krystal Bellaine Miller (10 ans)
  4. Titus Alvin Miller (8 mois)
  5. Tiana Gricel Miller (8 mois)
  6. Christina Marie Langford Johnson (29 ans)
  7. Dawna Ray Langford (43 ans)
  8. Trevor Harvey Langford (11 ans)
  9. Rogan Jay Langford (2 ans)

EnquêteModifier

Le procureur de Chihuahua, Cesar Augusto Peniche, et le secrétaire à la Sécurité et à la Protection Citoyenne (équivalent mexicain du ministre de l'Intérieur), Alfonso Durazo, indiquent que plusieurs cartels s'affrontent pour le contrôle des zones proches de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, et avancent l'hypothèse que les LeBaron auraient été attaqués car ils auraient peut-être été pris à tort par un cartel pour des membres d'un cartel concurrent[12]. De fait, dans la nuit du 6 au 7 novembre, des affrontements éclateront dans tout l’État de Chihuahua entre Los Mexicles (alliés locaux du Cartel de Sinaloa), le cartel de Juárez ou un de ses alliés locaux, et les forces de l'ordre mexicaines, qui causeront 38 morts[13].

FunéraillesModifier

Le 7 novembre ont lieu les funérailles des victimes. Une caravane de 80 véhicules accompagne les cercueils jusqu'au cimetière de La Mora (Sonora), où ils sont enterrés en présence des deux principales branches de la famille LeBaron, de la gouverneure de Sonora Claudia Pavlovich Arellano et des secrétaires du Gouvernement et la Sécurité de l’État de Sonora Miguel Ernesto Pompa Corea et David Ayana Coley[14].

RéactionsModifier

  •   Mexique :
    • Le matin suivant, durant sa conférence de presse quotidienne, le président Andrés Manuel López Obrador a regretté les faits, a présenté ses condoléances aux proches et s'est engagé à ce que justice soit faite[15]. Au cour d'un entretien téléphonique avec son homologue américain Donald Trump, il l'a remercié de son soutien, mais il a rejeté toutes les propositions d'intervention directe des États-Unis[16].
    • La gouverneure de Sonora, Claudia Pavlovich Arellano (es), et le gouverneur de Chihuahua, Javier Corral Jurado, ont condamné l'attaque sur leurs comptes Twitter.
  •    États-Unis :
    • Le président Donald Trump a condamné la tuerie sur Twitter, a demandé que le Mexique déclare la guerre aux cartels de narcotrafiquants, et a offert : « Si le Mexique a besoin ou désire de l'aide pour se nettoyer de ces monstres, les États-Unis sont prêts, disposés et capables d'intervenir [au Mexique] pour faire le travail de façon rapide et efficace[17]. »
    • Le sénateur américain Mitt Romney, dont le père est né dans l'une des communautés mormones du Mexique, condamne des "attaques horribles"[18].

RéférencesModifier

  1. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  2. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  3. Universidad Autónoma de Ciudad Juárez UACJ, « Lebarones » [archive du 12 de julio de 2009] (consulté en 9 de enero de 2010)
  4. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  5. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  6. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  7. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  8. a b c et d Frédéric Autran, « Mexique : trois mères et six enfants mormons assassinés », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 15 novembre 2019)
  9. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  10. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  11. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  12. « Washington et Mexico prêts à coopérer pour lutter contre les cartels de drogue », sur france24.com, (consulté le 15 novembre 2019)
  13. (es) « Chihuahua, bajo ola de violencia; en horas, 38 asesinatos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 novembre 2019)
  14. (es) Cristina Gómez Lima, « Realizan funerales de los LeBarón en La Mora, Sonora », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 novembre 2019)
  15. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  16. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  17. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  18. « Trump prêt à aider le Mexique face aux cartels après la mort de 9 mormons », sur huffingtonpost.fr, Huffington post, (consulté le 15 novembre 2019)