Masao Baba

Masao Baba
馬場 正郎
Masao Baba
Masao Baba (au centre) au terrain d'aviation de Labuan pour signer la reddition de la 9e division le .

Naissance
Drapeau du Japon Préfecture de Kumamoto
Décès (à 55 ans)
Flag of the Territory of New Guinea.svg Rabaul, Territoire de Nouvelle-Guinée
Origine Japonais
Allégeance Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Grade Général de division
Années de service 19091945
Commandement Drapeau de l'armée impériale japonaise Armée impériale japonaise
Conflits Seconde guerre sino-japonaise
Seconde Guerre mondiale

Masao Baba (馬場 正郎?) ( - ) est un général de l'armée impériale japonaise qui commanda les forces terrestres japonaises lors de la campagne de Bornéo en 1945 dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale. Il est exécuté en Nouvelle-Guinée peu après la fin de la guerre après avoir été expéditivement condamné pour crimes de guerre.

BiographieModifier

Né dans la préfecture de Kumamoto, Baba est le fils du lieutenant Baba Masayuki de l'armée impériale japonaise. Il étudie dans des écoles militaires préparatoires dès l'enfance, débutant à l'école de cadets de l'armée à Hiroshima, dont le programme est inspiré du modèle prussien. Il sort diplômé de la 24e promotion de l'académie de l'armée impériale japonaise en , avec la cavalerie pour spécialité. En tant que sous-lieutenant, il est affecté au 5e régiment de cavalerie.

Baba sort diplômé de la 33e promotion de l'école militaire impériale du Japon en . Il reste dans la cavalerie tout au long de sa carrière et est affecté à l'inspection de la cavalerie de 1933 à 1935 où il sert comme instructeur à l'école de cavalerie. En 1935, il est promu colonel et reçoit le commandement du 2e régiment de cavalerie de 1935 à 1938.

En , Baba est promu général de brigade et sert comme commandant de la 3e brigade de cavalerie à partir de 1939. La même année, il sert comme officier d'État-major de l'inspection de la cavalerie. Il est commandant-en-chef de toutes les opérations de cavalerie du au [1]. Durant la seconde guerre sino-japonaise, il est affecté en Mongolie-intérieure pour développer les opérations de cavalerie. En , il est promu général de division.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est nommé commandant de la 53e division, un poste qu'il conserve jusqu'au quand il est nommé commandant de la 4e division à Sumatra. Il devient ensuite commandant en chef de la 37e armée basée à Bornéo.

En service à Borneo, Baba organise des opérations anti-guérilla dans l'intérieur de l'île. Il est également gouverneur militaire de Sabah du au . Les Alliés lancent la reconquête de Bornéo le avec le débarquement de troupes australiennes à Tarakan, suivi de débarquement à Brunei et Labuan le . Les forces japonaises se rendent le et le général Baba remet officiellement son épée au major-général George Wootten de la 9e division australienne à Labuan le [2]. Il est officiellement démobilisé de l'armée japonaise en [3].

Baba est arrêté en sur suspicion de participation à des crimes de guerre et transféré à Rabaul pour être jugé. Il est accusé d'avoir été commandant au moment des marches de la mort de Sandakan durant lesquelles 2 400 prisonniers de guerre australiens sont morts[4],[5]. Des preuves sont apportées au procès pour montrer que Baba était au courant des conditions de faiblesse des prisonniers alors qu'il avait déjà donné l'ordre d'effectuer une seconde marche. Le procès commence le et se conclut 8 jours plus tard le avec une condamnation à mort. Il est exécuté par pendaison le [6].

Notes et référencesModifier

  1. Ammenthorp, The Generals of World War II
  2. (en) « Peace Park », virtualmalaysia.com (consulté le )
  3. The Mercury, 8 March 1947
  4. The Argus, Melbourne, 6 June 1947
  5. The Mercury, 6 June 1947
  6. The Sydney Morning Herald, 6 June 1947

BibliographieModifier

Liens externesModifier