Mary Goes Round (groupe)

Mary Goes Round
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical New wave, cold wave, post-punk, Touching Pop
Années actives 19861993
Labels Infrastition, New Rose Lively Art
Influences Asylum Party, Little Nemo
Composition du groupe
Anciens membres Jérôme Avril
Cécile Balladino
Thierry Sobézyk †
Stéphane Michaud
Daniel Brajkovic†
Gilbert Correy
Philippe Planchon
Michel Ange

Mary Goes Round était un groupe de cold wave français.

BiographieModifier

C'est sous le nom de Red Light[1], lors d'un concert au Rex Club en 1986 en première partie de Sonic Youth que Mary Goes Round apparaît. Le nom Red Light improvisé la veille du concert sera oublié dès le lendemain. Ce soir la, Jérôme Avril (guitare/chant) et Cécile Balladino (clavier) jouent déjà des morceaux qui figureront plus tard sur les premiers albums tels the Shelter, the Nightmare, Kiss me Love ou the Party. Sur scène, se trouvent également Gilbert Correy (batterie) qui, ayant joué avec Jérôme puis avec Cécile dans Brigades Internationales a été à l'origine de la formation de MGR, ainsi que Maurice qui assure la basse le temps que MGR trouve un bassiste (ce qui ne sera pas simple).

Cécile, contactée pour fournir un titre de BI pour la compilation Unreleased volume I propose également un titre de son nouveau groupe, the Shelter. Ce titre est par ailleurs le seul enregistrement en studio de MGR avec un batteur.

La période suivante reste dans la continuité de la précédente. Maurice parti, c'est Philippe Planchon, guitariste d'Asylum Party, qui prend la basse dans MGR, aucun candidat n'ayant réussi à tenir plus d'une répétition. Dans la perspective de la compilation Unreleased volume II, MGR enregistre the Nightmare en février 1988 au studio Mesa. Gilbert toujours dans le groupe mais absent lors de l'enregistrement est remplacé par une boite à rythmes.

Le groupe retourne au studio Mesa pour y enregistrer un maxi single (45 tours 12") sans Gilbert qui vient de quitter définitivement MGR. The Promised Land, the Great Desire, Dark Times, the Night et Another Sunset figurent sur la maquette. Le label New Rose, à qui a été présenté la bande, est intéressé. Cependant, le son "8 pistes" et le format maxi single ne conviennent pas. MGR se rend au studio du Val d'Orge et enregistre son premier disque qui sera donc un mini LP (33 tours 12"). Trois titres, Mary Sleeps Alone, Sunset et Teardrops Again sont rajoutés tandis que Another Sunset est laissé de côté. Sunset sort en avril 1989, distribué par New Rose.

Sunset à peine sorti, New Rose propose à MGR d'intégrer son label Lively Art, que la presse spécialisée présente comme un 4AD ou un Factory français, avec comme premier objectif un album pour la fin de l'année. Avec Daniel Brajkovic à la basse et une boite à rythmes en guise de batteur, MGR se lance sur scène au Gibus puis lors du festival Ouï FM au Théatre Mouffetard. Sur les conseils de New Rose, MGR choisit le studio Mix-it, ou sévissent Charles Hurbier et Eric Debris, tous deux ex Métal Urbain, pour enregistrer le prochain album. L'enregistrement de the Party pour la compilation 13 devance celui de 70 Suns in the Sky qui a lieu durant l'été.

La rentrée s'annonce riche en événements. MGR va assurer la première partie du groupe And Also the Trees durant leur tournée en France. Au programme, onze dates durant le mois de novembre de Reims à Nice en passant par Paris au Bataclan, Le Mans et son festival Be Bop N'Roll avec Dominic Sonic et Lyon au Truck. Toutefois, MGR rate la deuxième date à Nancy car ils jouent ce soir-là à Paris à L'Élysée Montmartre lors d'un concert Touching Pop, concept fumeux dans lequel MGR s'est laissé englué à ses débuts, avec Asylum Party et Little Nemo. Le premier de ces concerts Touching Pop avec les trois groupes a lieu à Lyon au Transbordeur quelques jours avant Paris. À cette occasion, Lively Art sort le mini CD TP avec un titre de chaque groupe, plus une composition Tribes are Meeting attribuée au groupe TeePee, qui est en fait composé des membres des trois groupes. Pour préparer tous ces concerts, MGR, dont la formation s'est réduite à deux à la suite du départ de Daniel, s'offre un passage au Gibus.

Mis à part ces concerts, le mois de novembre est marqué par la sortie de 70 Suns in the Sky, mais également par l'enregistrement de 3 titres destinés à enrichir Sunset pour sa sortie CD. Extrait de 70 Suns in the Sky, le titre Mary's Garden sort en 45 tours. En décembre, MGR participe à la sulfureuse soirée la Loco à 3 ans avec Ian McCulloch dans cette célèbre boite parisienne qu'est la Locomotive.

En janvier 1990, Sunset sort en CD avec cinq titres supplémentaires. À partir de maintenant, les concerts s’enchaînent plus régulièrement. Deux nouveautés pour MGR sont au menu en ce début d'année. D'abord, un vidéo-clip sur le titre Mary's Garden. Ensuite, c'est un maxi quatre titres Hot Shot in Space enregistré en avril. Autre nouveauté, un tournage vidéo de Mary's Garden diffusé dans l'émission Lunettes noires pour nuits blanches de Thierry Ardisson. Au rayon compilation, on note la présence du titre the Party sur la compilation 13 dédiée au catalogue de Lively Art. Plus tard, pour l'Appel de la Muse, MGR fournit une surprenante version quatre pistes de Nightmare datant de 1985.

La sortie du maxi Hot Shot in Space marque la rupture définitive entre MGR et Lively Art. En fait, MGR choisit de rester sur le label New Rose tandis que Lively Art s'en détache. Cette rupture a pour effet d'affirmer l'indépendance de MGR vis-à-vis de la Touching Pop et de tout ce qui tourne autour. L'image du label New Rose permet également de briser l'image stéréotypée qui présente MGR comme un groupe purement new wave.

La version de Mary's Garden "Angela Mix", extraite de Hot Shot in Space, sort sur une mini-compilation Lively Art diffusée gratuitement par Virgin TP3, mais l'album qu'enregistre MGR courant août sortira lui chez New Rose. En attendant, MGR se repeuple grâce au retour de Daniel Brajkovic, toujours à la basse. En juin, MGR s'associe avec le poète Michel Bulteau pour une apparition plutôt détonante mais sans suite au marché de la poésie.

Highway Planet sort à la rentrée, avec une pochette bien différente de celles des précédents albums. En fait, la pochette originale conçue par Cécile a été refusée par New Rose : trop délirante. Qu'importe, en novembre, MGR participe au concert organisé par New Rose pour les 10 ans du label. Ce soir-là, MGR partage la scène avec Little Egypt, les Croaks et Calvin Russel. Deux titres de MGR, Kiss Me Love et Mary's Yellow Dreams, figurent ainsi sur la compilation Live au Kremlin volume deux regroupant des enregistrements live de tous les groupes ayant participé à ce festival.

Début 1991, MGR retrouve les anciens comparses de la Touching Pop lors du festival "l'état du Rock 91" à Montpellier. La formation qui joue ce soir-là va encore évoluer durant cette année. Tout d'abord, c'est Stéphane Michaud qui rejoint le groupe pour assurer la guitare rythmique. Ensuite, c'est Daniel qui est remplacé par Thierry Sobezyk à la basse. Enfin, à partir de 1992, MGR verra le nombre de ses membres atteindre son apogée avec l'arrivée de Michel Ange à la batterie. Malgré ça, c'est toujours à deux que MGR retourne en studio à partir de mai 1991 pour enregistrer ce qui sera son dernier album, Mary in Wonderland.

Immanquablement, l'album sort à la rentrée. À noter que, évolution technologique oblige, cet album ne sera pas gravé sur vinyle. Dommage pour la pochette qui aurait mérité ce format. Malheureusement, la période n'est pas bonne. New Rose se prépare à disparaître et la promotion du disque est difficile. En fait, MGR doit se débrouiller tout seul. Les chroniques sont bonnes mais les concerts restent le seul moyen pour dispenser la bonne parole. Ainsi, MGR n'hésite pas à traverser l'hexagone en minibus de Nancy à Lorient en passant par Marseille, Lille ou Bordeaux. Bien entendu, Paris reste la cible privilégiée du groupe avec notamment, les incontournables Rex Club et Locomotive.

Mais, sans réelle perspective, cette situation ne peut pas durer. Les difficultés rencontrées usent le groupe et finissent par créer des tensions entre les membres. Les prestations scéniques révèlent ce malaise et après deux concerts catastrophiques en 1993, MGR implose. Cécile quitte le groupe, suivie de peu par Thierry. Dubitatif, Jérôme cède d'abord à la tentation de continuer. Un clavier (Etienne B.) et un bassiste (Philippe-Jean) rejoignent donc MGR. Cette formation est éphémère et le premier concert sera le dernier. L'esprit des débuts et Cécile n'étant plus là, Jérôme met un terme à ce MGR "nouvelle version"[2].

DiscographieModifier

Albums studioModifier

  • 1989 : Sunset (Lively Art)
  • 1989 : 70 Suns in the Sky (New Rose)
  • 1990 : Highway Planet (New Rose)
  • 1991 : Mary in Wonderland (New Rose)

SingleModifier

  • 1989 : Mary's Garden (Lively Art)

RééditionsModifier

  • 2007 : Way to wonderland (Infrastition)
  • 2007 : Way back home (Infrastition)

Notes et référencesModifier

  1. « Mary Goes Round ~ le Site », sur www.marygoesround.com (consulté le )
  2. Hervé, « Mary Goes Round », sur Rock Made in France, (consulté le )

Liens externesModifier