Mark Steyn

écrivain canadien

Mark Steyn (né le à Toronto) est un journaliste et écrivain canadien.

Mark Steyn
Image dans Infobox.
Mark Steyn
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Woodsville (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Site web
Distinction
Prix Sappho (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Né à Toronto en 1959, il fait ses débuts en journalisme en 1986 lorsqu'il est engagé comme critique de la comédie musicale pour The Independent à Londres. En 1992 il devient le critique de cinéma pour The Spectator, qui appartenait alors au groupe Hollinger. Après un certain nombre d'années à écrire principalement sur les arts et la culture, il se lance dans la chronique politique et fait le saut au Daily Telegraph, un journal conservateur à Londres (qui appartenait également au groupe Hollinger). Steyn est un proche allié de Conrad Black et écrit pour plusieurs des journaux de Black à l'époque.

Depuis ce temps, il a beaucoup écrit pour un très grand nombre de journaux et revues, dont plusieurs ont appartenu à Hollinger, dont : le Jerusalem Post en Israël, le Chicago Sun-Times et le National Review aux États-Unis, The Australian (en Australie) et pour le Irish Times en Irlande. Il a écrit une chronique régulière pour le National Post au Canada dans les années 1990, mais il a cessé d'y écrire en mai 2003 après l'acquisition du journal par CanWest Global. Il écrit une chronique hebdomadaire pour Maclean's et une bimensuelle au Western Standard. Le Jerusalem Post, le National Post, le National Review et le Western Standard sont des journaux éminemment néo-conservateurs. Ses chroniques dans Maclean's lui ont valu d'être traîné devant plusieurs commissions des droits de la personne du Canada par des groupes radicaux musulmans[1][source insuffisante]. Il est une des seules personnes à avoir comparu devant ces instances à ne pas avoir été condamné[réf. nécessaire]. Mark Steyn a condamné avec virulence le fonctionnement de ces commissions[2].

En partie grâce à ses liens au groupe Hollinger, Steyn a réussi à se développer un lectorat dans tous les pays anglophones. À une époque ou une autre, ses écrits ont été publiés de façon régulière aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ainsi qu'en Israël.

Steyn est l'auteur de plusieurs livres, dont Broadway Babies Say Goodnight (1997), un historique de la comédie musicale, ainsi que plusieurs collections de ses chroniques. America Alone : La fin du monde tel que nous le connaissons, son premier livre traitant de la politique, a été publié aux États-Unis le et au Royaume-Uni en novembre de la même année. C'est à ce jour son seul livre traduit en français (Scali, 2008). Son livre a été remis en cause, et certains[Qui ?] lui ont reproché un manque de sérieux dans son argumentation, notamment sur le plan démographique, ainsi qu'une xénophobie à l'égard des populations musulmanes[3].

Son ouvrage After America: Get Ready for Armageddon sorti le traite de l'européanisation croissante des États-Unis d'Amérique. L'Amérique ne serait plus l'exception de son livre précédent, comme l'Europe elle est sur le chemin de l'autodestruction.

Steyn a deux résidences, l'une au Québec (Canada) et l'autre au New Hampshire (États-Unis). Il est marié et a trois enfants.

ŒuvreModifier

Liens externesModifier

RéférenceModifier

MultimédiaModifier

  • Entretien au sujet de son livre America Alone, sous-titrée en français : 1, 2