Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Marius Gourdault

Ne doit pas être confondu avec Pierre Gourdault.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gourdault.
Marius Gourdault
Marius Gourdault.jpg

Portrait de Marius Gourdault par son ami le peintre Henry Moret, dessin à la mine de plomb, 30 x 20.2 cm

Naissance

Châtellerault 2, place Saint Marc
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
VanvesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marius Auguste Gourdault
Nationalité
Français
Autres activités
Peintre
Mouvement
signature de Marius Gourdault

signature

Marius Gourdault, né le [1] dans la ville de Châtellerault située dans le département de la Vienne et mort le  dans la ville de Vanves dans les Hauts-de-Seine, est un peintre impressionniste français.

Sommaire

BiographieModifier

Il a souvent posé son chevalet pendant la période estivale aux alentours de Doëlan dans La Vallée du Sénéchal [2] ou au Pouldu, sur les bords de la Laïta.

Marius travailla toujours « sur le motif » en plein-air, pour cette raison ses tableaux sont généralement de taille moyenne.

Avec l’aide et les encouragements de son professeur Paul Saïn[3], Il exposa pour la première fois, alors âgé de 21 ans, au Salon de peinture et de sculpture du Palais des Champs-Élysées de 1880[3], Crépuscule, une huile sur toile de 46 cm x 32 cm sous le numéro d'inventaire 1669[3]. ( Erreur sur le catalogue d’exposition, Il s’agit en fait d’un format 46 cm x 33 cm, P8.). La critique de Théodore Véron de l'institut universel des sciences, des lettres et des arts en 1880 pour cette petite étude est très favorable[4].

Le 19 juillet 1885, il expose au musée de Versailles lors de la 32e édition, sous le numéro d'inventaire 185, une huile sur toile Dans le bois de Clamart[5].

Ami d'Henry Moret[6], de Jules Leray, de Vital Lacaze, de Paul Saïn ... Marius Gourdault passait ses vacances à Doélan. Il rencontra Moret au Salon des artistes français de 1880 et ils devinrent bons amis[7]. Ils partageaient souvent des parties de chasse et de pêche[8]. Marius Gourdault entra au Ministère des Travaux publics en qualité de professeur de dessin à l'École nationale des ponts et chaussées rue des Saints Pères à Paris. Il travaillait notamment aux services des cartes et plans et des statistiques graphique[9]. D’origine modeste et fuyant la vie de bohème que menaient alors ses amis, cet emploi lui procure une situation stable aux revenus réguliers.

En 1883 il épouse Marie Vitrac (1860- ?), institutrice dans le primaire au lycée Michelet de Vanves. De leur union naîtra le 23 mars 1884, Maurice, malheureusement 13 jours après le décès du père de Marius (Eugène Gourdault 1830-1884, chef armurier de 1re classe, décoré de la Légion d’honneur le 12 juillet 1880) survenu le 10 mars qui ne connaîtra donc pas son petit-fils.

Marius Gourdault prit sa retraite en 1921[10] et décéda à l'âge de 75 ans le 13 avril 1935. Il demeurait au 26 rue Raspail à Vanves, non loin de la forêt de Meudon et des bords de Seine si souvent représentés dans ses tableaux.

Il laisse une œuvre encore aujourd’hui méconnue et très mal répertoriée. ( Erreurs sur le Benezit, deux tableaux au profit de Pierre Gourdault ), les mauvaises attributions ,( 30 résultats de ventes aux enchères au total, toujours au profit de Pierre Gourdault ) ont été constatées, signalées et modifiées sur le site Artprice le 11 septembre 2017. Une exposition[7] lui a été consacrée au Pouldu en 1993 par l’association des amis de Marie Henry[11].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ExpositionsModifier

  • Salon des artistes français, Palais des Champs-Élysées, 1880[12].
  • Musée de Versailles 32e édition, 1885, sous le numéro d'inventaire 185, une huile sur toile "Dans le bois de Clamart"
  • Doëlan : vues impressionnistes d'Henry Moret et de son ami Marius Gourdault, Maison Marie-Henry, Le Pouldu, juin-septembre 1993.

Notes et référencesModifier

  1. « Archinoë - Archives départementales de la Vienne », sur archivesnumerisees.cg86.fr (consulté le 20 septembre 2017)
  2. « Exposition. La Vallée verte retrace son passé », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Société des artistes français. Salon, Académie royale de peinture et de sculpture (France), France) Salon (Exhibition : Paris et Société nationale des beaux-arts (France), Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivans, Paris, (lire en ligne), p. 165
  4. https://archive.org/details/dictionnairevero00vero_4
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k940611c/f36.item.zoom?
  6. « Thierry & Lannon - Commissaires priseurs : Enchères Publiques de bateaux, tableaux, objets d'art. », sur www.thierry-lannon.com (consulté le 13 septembre 2017)
  7. a et b « l'apocalypse selon Jean Renault », calameo.com,‎ (lire en ligne)
  8. « 1875. Henry Moret arrive en Bretagne », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  9. http://patrimoine.enpc.fr/document/ENPC02_PER_Pjuris_277_1900_2?download_pdf=1&page=54
  10. « Ministère des travaux publics personnel administratif, dossiers individuels (XVIIIe s.-1948) », sur Archives nationales,
  11. Maison Marie Henry, « amis de la maison marie henry - Site officiel de l'association des Amis de la Maison Marie Henry », sur Site officiel de l'association des Amis de la Maison Marie Henry (consulté le 13 septembre 2017)
  12. Société des artistes français. Salon, Académie royale de peinture et de sculpture (France), France) Salon (Exhibition : Paris et Société nationale des beaux-arts (France), Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivans, Paris, (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Élysées le 1er mai 1880, Imprimerie nationale, 1880.

Liens externesModifier