Ouvrir le menu principal
Mario Turchetti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Mario Salvatore Turchetti (né à Taormine en 1944) est un historien et historien de la pensée politique, dans le domaine de la concorde et de la tolérance durant les Guerres de religion de la France des XVIe et XVIIe siècles, de la liberté et de la tyrannie de l'Antiquité à nos jours.

Sommaire

BiographieModifier

Après une Maturité classique en 1962, Mario Turchetti suit les cours de Mathématiques à l'Université de Messine (1963). Il se consacre aux études de Philosophie et d'Histoire, en se formant à l'école crocienne (Raffaello Franchini, Girolamo Cotroneo) et à l'école marxiste (Rosario Villari, Paolo Alatri). En 1968, l’Université de Messine lui décerne la Laurea en Philosophie. La même année, il passe son diplôme de piano au Conservatoire de Musique de Genève. Puis il perfectionne sa formation en méthodologie de l’historiographie à l’Istituto Italiano per gli Studi Storici « B. Croce » de Naples.

Pendant trois ans, il collabore à l’édition scientifique de la Correspondance de Théodore de Bèze au Musée d'Histoire de la Réformation de Genève (Alain Dufour), en se spécialisant en histoire du Protestantisme à l'Institut für europäische Geschichte de Mayence (Joseph Lortz). Intéressé au débat sur la tolérance pendant les controverses théologiques et les conflits politiques des Guerres de religion dans la France du XVIe siècle, il obtient en 1982 son Doctorat auprès de la Faculté des Lettres de l'Université de Genève avec une thèse sur « Concordia o tolleranza ? François Bauduin (1525-1573) e i Moyenneurs » (sous la direction de Pierre Fraenkel)[2].

Assistant ordinaire à la Chaire d'Histoire de la Philosophie de l'Université de Messine (G. Cotroneo) dès 1973, il est nommé en 1986 Professeur Associé d'Histoire des Doctrines politiques. En 1988, il occupe le poste de Maître d'enseignement et de recherche à la Chaire d'Histoire moderne de la Faculté des Lettres de Genève. Il devient en 1993 Professeur ordinaire à la Chaire d’Histoire moderne de la Faculté des Lettres de l'Université de Fribourg. Il a également enseigné, en qualité de Professeur invité à la Chaire de Philosophie de la Renaissance de l'Université de Tours et à la Chaire d'Histoire moderne de l'Université de Neuchâtel[3].

Champs de rechercheModifier

Ses champs de recherche privilégiés sont l’histoire de la liberté, de la liberté de conscience et la problématique de la tolérance à l’époque moderne ; thèmes qui l’ont amené à élaborer un essai sur Tyrannie & tyrannicide de l’Antiquité à nos jours (Réimpression, Paris, Edition Classiques Garnier, 2013). Ses intérêts historiques, notamment pour l’Europe et la France des XVIeXVIIIe siècles, vont de pair avec la mise au point des critères méthodologiques de la recherche, d’où l’étude de certaines « questions mal posées » par l’historiographie. Il travaille tout particulièrement à éclairer les concepts fondamentaux et d’emploi courant dans la pensée politique et juridique moderne et contemporaine, dont les confusions entravent les débats et les réflexions sur des questions vitales : les distinctions entre tolérance et concorde ; entre absolutisme et souveraineté ; entre despotisme, tyrannie, dictature ; entre licence de terrorisme et droit de résistance, etc.

Il prépare actuellement l’édition critique d’œuvres majeures de la Renaissance, telles que la Formation d’un Prince Chrétien (1516) d’Érasme de Rotterdam, en édition bilingue, et les Six livres de la République (1576) de Jean Bodin en édition bilingue avec les deux textes originaux de l’auteur[3].

Principaux ouvrages, articles, contributionsModifier

  • (it) Concordia o tolleranza ? François Bauduin (1520-1573) e i « Moyenneurs », Genève, Librairie Droz, coll. « Travaux d'humanisme et Renaissance » (no 200), , 649 p. (présentation en ligne)
    Autre édition : (it) Concordia o tolleranza ? François Bauduin (1520-1573) e i « Moyenneurs », Milan, Franco Angeli Editore, coll. « Filosofia e scienza nel Cinquecento e nel Seicento / 1 » (no 24), , 649 p. (présentation en ligne).
  • Tyrannie et Tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, 1re réimpr., Paris, Classique Garnier (1045 pages). 2013.
  • Tirania şi tiranicidul : forme ale opresiunii şi dreptul la rezistenţă din Antichitate pînă în zilele noastre, trad. din franceză de Em. Galaicu-Păun, Bucureşti, Cartier, 2003.
  • « Despotism and Tyranny. Unmasking a Tenacious Confusion », in European Journal of Political Theory, avril 2008, p. 159-181[4].
  • « Tyrannicie or Regicide ? The Assassination of Charles I in the Controvery between Milton and Salmasius, with a Comparative Analyse of two Trials (1649-1660) », Études Épistémé, 15, 2009, p.  101-116[5].
  • Entrée 'Tyrannicide', dans Dictionnaire de la violence, éd. Michela Marzano, Paris, Presses universitaires de France (PUF), 2011, p. 1370-1380.
  • « Droit de Résistance, à quoi ? Démasquer aujourd'hui le despotisme et la tyrannie », in Revue historique, 2006/4 no 640, p.  831-878[6].
  • « Une question mal posée : l'origine et l'identité des Politiques au temps des guerres de religion », in Thierry Wanegffelen (dir.), De Michel de l'Hospital à l'édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermond-Ferrand, 2002, p.  357-390.
  • « Middle Parties in France during the Wars of Religion », in Reformation Revolt and Civil War in France and the Netherlands 1555-1585, Proceedings of the colloquium, Amsterdam, 29-31 octobre 1997, ed. Philip Benedict, Guido Marnet, Henk van Nierop and Marc Venard, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1999, p.  165-184.
  • « La liberté de conscience et l'autorité du Magistrat au lendemain de la Révocation », in La liberté de conscience (XVIe-XVIIe siècles). Actes du Colloque de Mulhouse et Bâle (1989), éd. H. R. Guggisberg et al., Genève, Droz, 1991, p.  290-367.
  • Entrée 'Jean Bodin', in Stanford Encyclopedia of Philosophy, révision et mise à jour juin 2010 [7]:
  • « Politique dans la terminologie latine de Jean Bodin, auteur des Six livres de la République (1576, 1586) », tr. par Laurène Ardito, dans Introduction à l'édition bilingue de Bodin, De republica / La République, vol I.
  • « Concorde ou tolérance ? Les Moyenneurs à la veille des guerres de religion en France », Revue de théologie et de philosophie, vol. 118, no 3,‎ , p. 255-267 (ISSN 0035-1784).
  • « Une question mal posée : la Confession d'Augsbourg, le cardinal de Lorraine et les Moyenneurs au Colloque de Poissy en 1561 », Zwingliana, vol. 20,‎ , p. 53-101 (lire en ligne).
  • « Calvin face aux tenants de la concorde (moyenneurs) et aux partisans de la tolérance (castellionistes) », dans Olivier Millet (dir.), Calvin et ses contemporains : actes du colloque de Paris, 1995, Genève, Librairie Droz, coll. « Cahiers d'humanisme et Renaissance » (no 53), , 314 p. (ISBN 2-600-00255-3, présentation en ligne), p. 43-56.

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier